La Ruche des Quilteuses

Les Abeilles s'expriment !


9 Commentaires

Karine au Salon !

Karine, une de nos chères Abeilles de la Ruche, a fait la permanence dans la galerie d’art du Salon de Toulouse en octobre dernier avec sa casquette de membre actif de la délégation France Patchwork 31. Excellente communicatrice, elle a su expliquer au public la démarche de cette exposition et a engagé de longues discussions sur l’art et ses formes, l’expression artistique hors des sentiers battus… J’ai vu de nombreuses personnes enchantées de leur passage à la galerie, alors merci à Karine et à toutes les bénévoles qui ont parfois dû faire le gendarme mais aussi et surtout mettre en lumière le talent des quilteuses exposantes !

Elle nous raconte ici son expérience.

IMG_6338

Deux journées ou presque de présence dans notre galerie d’exposition au Salon des Loisirs Créatifs m’ont définitivement convaincue de l’intérêt pour notre association France Patchwork d’être visible.

IMG_6369

 

Avoir un stand et un lieu d’exposition est une formidable opportunité de sortir de l’entre-soi dans lequel nous évoluons bien souvent. C’est avant tout un événement grand public, ouvert, dynamique : il a donc soufflé sur notre exposition une brise revigorante et extrêmement motivante pendant 4 jours.

IMG_6347

Etait-ce le thème ou l’exceptionnelle qualité des œuvres ? Il m’est difficile de le dire mais les visiteurs étaient cette année véritablement intéressés, curieux, posant beaucoup de questions pertinentes.

DSCF7350DSCF7351

Leur enthousiasme nous a fait un bien fou ! Je dois préciser à nos lectrices et lecteurs qui n’étaient pas présents sur le salon, que par sa variété, l’exposition « dentelles et kimonos » avait pour vocation de toucher un large public. Des œuvres traditionnelles, modernes ou art textile, réalisées à la main ou à la machine, piécées ou appliquées étaient proposées aux visiteurs. Bref, toutes les tendances étaient représentées.

IMG_6361

IMG_6372

Vous voyez ci-dessus un quilt qui s’appelle « Mais où est le kimono ? » La réponse était en bas à droite, très peu de personnes l’ont découvert… Ou comment mettre un peu d’humour dans ses oeuvres, bravo Sylvie Bedu !

Le format « tableau » a favorisé également la venue de personnes habituellement peu intéressées par les œuvres textiles et je dois le souligner, de nombreux messieurs. Toutes et tous, en tout cas, ont relevé la modernité des œuvres : paroles bien agréables à entendre pour les patcheuses trop souvent jugées avec un brin de condescendance…

IMG_6348

Au premier plan, quilt de la talentueuse Christine Mahé. Comme vous le voyez sans doute, l’éclairage artificiel modifie les couleurs malheureusement…

Enfin, signe qui ne trompe pas, de nombreux visiteurs ont exprimé le souhait d’acheter des œuvres exposées ou d’entrer en contact avec les artistes comme ils le feraient pour n’importe quel artiste peintre les intéressant.

IMG_6368

En résumé, cette expérience un peu fatigante mais très enrichissante m’a confirmé qu’il existe en France un vrai public pour nos œuvres. Aller à sa rencontre est une mission qui tient à cœur toutes les abeilles de la Ruche des Quilteuses et les membres de FP qui débordent d’idées pour le faire mais n’ont souvent pas assez de 24h par jour pour y arriver !

Karine Favard, Abeille et membre de France Patchwork 31

IMG_6353IMG_6358IMG_6365IMG_6367

IMG_6349

Un immense bravo à toutes les talentueuses quilteuses de France et du Japon qui ont participé à ce concours !


15 Commentaires

Le blue jean ailleurs…

…car nous allons aujourd’hui bien loin, en Corée du Sud !

Choi So-Young est une artiste coréenne qui vous rappellera Denimu, tous deux utilisent cette même matière première qu’est le pantalon en jean usé pour faire des oeuvres d’art. C’est une jeune génération, Choi étant de 1980 et Ian Berry (Denimu) de 1984. Peu d’autres renseignements filtrent sur internet sur la jeune femme en raison du barrage de la langue. Son inspiration est principalement urbaine, ses tableaux captent les instantanés de Busan, 2e ville coréenne après Séoul, ville dynamique grâce à son port, ses belles plages et son climat clément.

5105710298_72b4426e11_z

Busan est une ville à l’économie florissante, très moderne et touristique. Cette vue de nuit montre son fameux « Diamond Bridge » de 900 mètres pendant le festival des feux d’artifice (attraction ayant lieu tous les ans en octobre). Voyez ci-dessous l’interprétation de l’artiste !

 

Sur le blog Moonberry, j’ai trouvé quelques photos étonnantes :

lj01171_artstage_choisoyoung1

Vue de Busan de nuit, avec le feu d’artifice rebrodé et « emboutonné », photo du blog de Moonberry

 

lj01171_artstage_choisoyoung2

Photo de détail venant du même blog (immeuble à droite du tableau précédent). L’artiste utilise absolument toutes les parties des jeans, ici des passants font la façade !

 

lj01171_artstage_choisoyoung4

On remarque bien les effets de volumes, la liberté d’interprétation de cette artiste.

bf81b230e2b60dccfdfe64f88af8aee2

Autre vue de Busan, tableau de 2005, 84 x 150 cm. Des jeans presque entiers s’intègrent miraculeusement au paysage !

 

Haeundae-beach

Busan, une des plages touristiques

so-young-choi-collage-12

Il me semble que ce tableau représente le quartier de Gamcheon Culture Village, récemment réhabilité par l’Etat.

gamcheon_cultural_village_busan

Naguère le quartier le plus pauvre et insalubre de la ville de Busan, Gamcheon est fait de maisons qui rappellent des Legos et abritent des anciens régugiés, persécutés pendant la guerre de Corée en raison de leur religion (basée sur le symbole du Yin & Yang). Un programme d’aide a fait réparer les bâtiments et a fait des commandes à des artistes pour transformer l’aspect de cet endroit, maintenant visité par des milliers de touristes !

 

 Dans ce blog espagnol, on voit un autre tableau montrant un quartier plus central de Busan :

toits

Fait en 2010, 97 x 97 cm.

 

 

détail

 Le talent est sans frontière ! 
d5078591x

Son art est largement reconnu par les professionnels car ce tableau fut vendu… 187 000 euros le 24 mai 2008 à Hong-Kong (Christie’s) ! Il est gigantesque et représente un immense travail puisqu’il mesure 1,50 m de haut pour 3 m de long. 

1290567446858_500

Mais je crois que mon tableau préféré parmi ceux trouvés sur internet est celui-ci (100 x 65 cm), bien plus sobre et empreint de poésie ! J’aime cette simplicité…

 


12 Commentaires

Le blue jean ici…

Ici, en terre de Pastel, nous ne sommes pas rancunières. L’indigo asiatique a fait s’écrouler l’économie régionale au XVIIe siècle, rendant notre teinture bleue issue de l’Isatis Tinctoria trop peu performante, mais nous aimons quand même le blue jean à la folie ! De toute manière, cela fait belle lurette qu’il n’est plus teint à l’indigo…

Nous aimons la récup’ des pantalons fatigués de la famille :

dscf7699 martine-toutain sac-jean sac2 (1) sac3 (1)sac4 (1)

 Des sacs en blue jean ont fleuri le 14 novembre dernier lors des 30 ans de France Patchwork ! Nous avons admiré la créativité de chacune…

hc3a9lc3a8ne-vispc3a9

… et Hélène nous avait apporté son fameux « Mon jeans a le blues, c’est le blues du blue jeans… »

L’histoire du blue jean est comme un roman d’aventures qui commence à Gênes (jean) et Nîmes (denim), continue au FarWest avec Levi Strauss… et gagne la planète entière au cours de la 2e moitié du XXe siècle. De nos jours, on peut en trouver à très bon marché mais avec quelles matières premières, quels produits chimiques, quel respect des ouvriers ?

Kris l’abeille butineuse  m’a appris qu’il existe une jeune société française faisant l’effort de fournir des pantalons blue jean le plus possible « faits en France » ; leur démarche est méritante car le choix de chaque matière première, chaque étape de fabrication est mûrement réfléchie jusqu’au moindre détail, dans un souci à la fois économique et écologique.

logo1083

Leur nom ? Le voici : 1083, car c’est le nombre de kilomètres à vol d’oiseau sur une carte de France si vous cherchez la plus grande diagonale… Et donc le « fait en France », est né au maximum à 1083 km de chez vous, résident de ce pays ! Un peu d’humour ne fait pas de mal…

En ce qui concerne un pantalon en jean, je suis contente de la transparence des chiffres qui montre que les matières premières : coton (biologique) + les rivets + le bouton coûtent en tout… 3 euros ! Quant à la teinture, elle est sans produit nocif, mais pas à l’indigo ou au pastel qui, j’imagine, ferait grimper en flèche le prix du pantalon !

Je crois que je vais acheter un blue-jean français à mon mari… Il faut patienter, il y a deux mois d’attente ! La rançon du succès sans doute !


29 Commentaires

Happy Thanksgiving to You!

Thanksgiving est une fête nord-américaine : on voit parfois au cinéma de grands repas de famille à cette occasion, on lit des romans autour de drames ou de réconciliations, de joies et de peines au cours de cette fête, c’est la vie !

best wishes

Mais ce n’est pas notre culture ici en France, et donc beaucoup se demandent d’où vient cette fête de Thanksgiving.

En Amérique du Nord, Thanksgiving célèbre dans tous les esprits les premières récoltes faites par les Européens sur le sol américain et la reconnaissance envers Dieu de leur avoir permis de survivre.

kids thanksgiving

Origines de Thanksgiving au Canada

Au Canada, le navigateur anglais Marin Frobisher remercia Dieu de l’avoir préservé d’un terrible voyage au nord du Canada en faisant un grand repas au sud du Groenland en 1578.

Des fêtes plus organisées naquirent avec des Français menés par Samuel de Champlain, né à Brouage. Durant l’hiver 1606-1607, à Port-Royal (île de la Nouvelle-Ecosse), ces Français décidèrent de ne pas se laisser aller à la morosité et Champlain créa l’Ordre de Bon Temps, une sorte de club pour promouvoir de bons repas tout l’hiver ! Voici un extrait de son récit :

Nous passâmes cet hiver fort joyeusement et fîmes bonne chair, par le moyen de l’ordre de bon temps que j’y établis, qu’un chacun trouva utile pour la santé et plus profitable que toutes sortes de médecines, dont on eut pu user. Cet ordre était une chaîne que nous mettions avec quelques petites cérémonies au col d’un de nos gens, lui donnant la charge pour ce jour d’aller chasser : le lendemain on la baillait à un autre et ainsi consécutivement : tous lesquels s’efforçaient à l’envie à qui ferait le mieux et apporterait la plus belle chasse : Nous ne nous en trouvâmes pas mal, ni les Sauvages qui étaient avec nous.
Tiré des Voyages […] de Champlain, 1613

Ces repas, souvent partagés avec les autochtones, étaient accompagnés de fêtes, d’animations théâtrales… ou comment passer du bon temps quand il fait froid ! On reconnaît bien l’esprit français qui aime la bonne chère en toutes circonstances… Cet esprit perdura les années suivantes, établissant cette idée de profiter des récoltes, de la chasse, de la pêche… mais Thanksgiving fut officialisé bien plus tard.
En raison du climat, Thanksgiving est célébré au Canada le 2e lundi d’octobre, ce qui coïncide avec l’anniversaire de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb (le 12 octobre 1492, fêté chaque 2e lundi d’octobre un peu partout sur le continent américain, malgré quelques contreverses).

Origines de Thanksgiving aux Etats-Unis

Mayflower_1920_Issue-1c

En 2020, les festivités seront sûrement immenses pour célébrer les 400 ans du débarquement du Mayflower et des Pères Pélerins, premières personnes s’installant définitivement sur le sol des US. Parmi leurs descendants, 7 sont devenus présidents des USA et un certain nombre de personnalités peuvent aussi s’enorgueillir de compter des Pilgrims parmi leurs ancêtres (listes ici)

Plusieurs textes stipulent des commémorations religieuses de remerciements en Floride (1564) par les Huguenots français, au Texas (1598) par les très catholiques Espagnols… On peut dire que c’était une suite logique à une année qui s’achève dans un monde nouveau !

vintage thanksgiving postcard

Carte postale ancienne avec le Mayflower arrivant en Amérique.

Cependant le Thanksgiving célébré de nos jours est clairement lié aux Pilgrims, des Puritains anglais d’abord émigrés en Hollande pour trouver la liberté religieuse, puis espérant jouir de plus de liberté d’entreprise dans le Nouveau Monde. Après 66 jours de traversée très mouvementée, une centaine de personnes débarquèrent du Mayflower le 11 novembre 1620  dans la grande baie du Massachussets. L’implantation fut très difficile pour ces gens démunis de tout : environ la moitié d’entre eux moururent le premier hiver.

smith

Connaissez-vous John Smith ? Oui, celui de Pocahontas !! Il ressemblait plutôt à ceci :

Captain-John-Smith-colored

Capitaine John Smith (1580-1631), navigateur anglais. Il fit 2 voyages vers l’Amérique, l’un vers la Virginie (avec l’histoire de Pocahontas) où il resta de 1607 à 1609, puis vers le Maine et la baie du Massachussets en 1614-1615.

Eh bien, indirectement il est le sauveur de ces Anglais du Mayflower en détresse !…

Revenons en 1614-1615, John Smith est en exploration dans une région qu’il baptise lui-même Nouvelle-Angleterre (ce nom est resté et désigne le nord-est des Etats-Unis). Quelques Indiens de cette région furent capturés par des hommes de John Smith afin de les amener en Angleterre en tant qu’esclaves ou « bêtes curieuses ». L’un d’eux réussit à s’échapper et prit un bateau pour retrouver sa tribu. Entre temps, il avait eu le temps d’apprendre l’anglais ! Ce cher Squanto, sans une once de ressentiment, enseigna aux Pilgrims en 1621 comment survivre dans ce monde hostile : il leur montra comment cultiver ce qui est comestible et inconnu alors en Europe : le maïs, la patate douce… et les citrouilles évidemment, et leur montra aussi des baies comme les airelles… Ces immigrants n’étaient pas des paysans mais avaient apporté des semences dans le Mayflower afin de s’installer dans le Nouveau Monde ; malheureusement tout avait moisi et c’est ainsi ils ont dû se mettre à cultiver  des plantes locales car sans bonne récolte, c’est la famine !

Puis à l’automne, un grand repas festif réunit les Pilgrims et la tribu de Squanto, apportant pour leur part des dindons et des pigeons sauvages, des coquillages, des poissons et des homards… La fête dura finalement plusieurs jours !

Les familles américaines préparent donc le grand repas familial commémoratif avec les ingrédients supposés du festin d’automne 1621.

3cd61828

Table présentée par Martha Stewart

On doit dire que la tradition ne fut pas ancrée dès lors, car très vite tant de luttes et tant de guerres occupèrent Européens et Indiens dont, malheureusement, les aspirations divergeaient radicalement…

Deux Présidents contribuèrent à asseoir cette fête si typiquement américaine. George Washington décréta peu après l’indépendance des Etats-Unis un jour d’action de grâce, un jour de remerciements à Dieu pour exprimer la reconnaissance d’avoir un si beau pays (en 1789, pendant que la Révolution grondait en France). Puis en pleine guerre de Sécession, pour fédérer le pays à feu et à sang, Lincoln accéda aux demandes répétées de Sarah J. Hale (1788-1879) qui prônait une fête nationale de remerciements. Cette femme, écrivain et éditrice, eut une grande influence sur l’accès des femmes à l’éducation. Ainsi, depuis 1863 aux Etats-Unis il y a cette fête nationale le 4e jeudi de novembre en souvenir de la coopération entre les premiers pélerins et les Indiens.

hale

Sarah Josepha Hale, femme d’influence au XIXe siècle. On la surnomme parfois la marraine de Thanksgiving !

goedys1

Son magazine lui permettait de diffuser largement ses idées, principalement l’accès des femmes aux carrières d’éducation et de médecine.

Thanksgiving aux Etats-Unis de nos jours

Les Américains ont bien moins de jours de congés annuels que nous Européens. Les quatre jours (de ce jeudi au dimanche) sont considérés comme de vraies vacances propices aux déplacements et aux réunions familiales. Ce repas commémoratif reste très ancré dans les habitudes, dans certaines familles c’est même quasiment le seul jour avec Noël où l’on cuisine et où toute la famille se met à table ensemble !

mrs bobbins, Thanksgiving table

Bientôt Thanksgiving aux US (le 27 novembre 2014) : Mrs Bobbins a bien préparé l’essentiel grâce à une organisation dont elle est fière : une bien belle table avec le chemin de table, les sets, serviettes, dessous de verre… Son mari approuve mais demande : mais où est le repas ? Oh zut, répond Mrs. Bobbins, voilà ce que j’ai oublié ! (dessin trouvé sur Facebook – Mrs. Bobbins est régulièrement sur ce site : Kansas City Star Quilts )

Le menu « obligé » consiste en dinde farcie, sauce aux airelles, patates douces et tarte à la citrouille (stuffed turkey, cranberry sauce, sweet potatoes, and pumpkin pie) ainsi que plein d’autres bonnes choses, au choix des cuisiniers ! Si vous souhaitez faire entrer une tradition américaine chez vous, à vos fourneaux ! Les recettes sont un peu partout sur internet.

Un mot sur les dindes : ces gros volatiles d’ Amérique sont maintenant élevés en batterie et plus de 45 millions de dindes passeront au four jeudi. Je ne vous montrerai pas de photos de ces élevages pour ne pas vous couper l’appétit, mais sachez que la dinde prête à cuire pesait en moyenne moins de 7 kg en 1930, en 1985 moins de 9 kg et maintenant on arrive à des dindes de 13 kg… Des dindes qui ne tiennent plus debout tellement leur poitrine sont hypertrophiées, mais parallèlement les prix ont baissé : on en a plus pour moins d’argent…

Gall-dindi

Un beau dindon en parade ! Nous appelons dinde ce volatile (poule d’Inde) car ces gallinacées furent importés en Europe par les Conquistadors espagnols qui croyaient encore avoir trouvé l’Inde par l’Ouest. Quant aux Américains, ils l’appellent turkey (comme le pays Turquie) car à sa découverte, elle était confondue avec la pintade de Guinée (appelée Turkey hen), bref un beau méli-mélo géographique pour ces gros oiseaux !

Après cette journée familiale, c’est le Black Friday avec des magasins qui ouvrent parfois dès minuit une minute ! Soldes et promotions incitent à acheter ce jour les premiers cadeaux de Noël. On assiste à une vraie orgie de consommation dont nos soldes ne sont qu’une pâle copie…

Quelques références :

http://indianapolis.canalblog.com/archives/2005/11/26/1041769.html
http://lostinsf.com/comment-thanksgiving-est-devenue-une-f%C3%AAte-nationale
http://www.pointsdactu.org/article.php3?id_article=987
http://www.washingtonpost.com/opinions/five-myths-about-the-pilgrims/2013/11/22/9f93e822-52c1-11e3-9e2c-e1d01116fd98_story.html (en anglais)

Décorations en patchwork et appliqué

happy thanksgiving

C’est la suite directe des décorations d’Halloween en couleurs chaudes : orange, marron, vert, écru etc. Les thèmes préférés sont les potirons évidemment,  mais au lieu d’un zeste d’humour typique à Halloween, les quilts sont plus sages et réconfortants, souvent dans le style Primitive Country qui correspond bien à cette fête familiale :

quilts

Jolie déco vue ici !

Thanksgiving Sampler_thumb[3]

Thanksgiving Sampler, vu ici.

halloween-and-thanksgiving-patterns

Magnifique étoile de circonstance vue ici

Autre symbole prisé, la Cornucopia ou Corne d’Abondance, et tous les fruits d’automne :

cornucopia.th

Magnifique appliqué avec les feuilles en soie laissées libres pour un effet 3D, à voir ici.

S’ajoutent les feuilles d’érable dans leurs plus belles couleurs :

IMG_1687

Un lit amish est l’écrin de ce superbe quilt aux feuilles d’érable.

Dieu étant dans la constitution américaine, on n’hésite pas à le remercier avec force. Thanksgiving est une fête laïque, célébrée par tous, mais d’origine religieuse puisqu’on remercie Dieu pour les bonnes récoltes :

Thanksgiving Quilt 1

Vu sur le blog Stemmons Day.

Parfois on trouve des modèles à tendance plus moderne :

leaves

Très joli chemin de table automnal, dont on peut trouver les explications en anglais dans la petite boutique de Frivolous necessity.

 Happy Thanksgiving à tous nos lecteurs américains le 27 novembre !


33 Commentaires

Valériane, la Lune et les vagues…

Quand on habite à la campagne, on voit mieux la Lune :

 

pleine lune

Voyez-vous les reflets du clair de lune sur les vagues ?

 Nouvelle peinture sur bois de Valériane Leblond aux accents japonais, à la fois par son format et par ses vagues !

kirifomade

Motif japonais depuis plus de mille ans, le seigaiha, « océan aux vagues bleues », avec ses cercles concentriques, est d’une rare élégance. D’abord symbole de la mer sur les anciennes cartes chinoises, il se trouve depuis mille ans au Japon brodé ou imprimé sur les tissus, gravé dans la pierre ou le bois, dessiné sur le papier, la céramique ou encore en mosaïque…

Son graphisme peut aussi suggérer des toits de tuile, des éventails ou des coquillages… Outre-atlantique, on décline ce motif depuis le XIXe siècle à la fois en patchwork, appliqué et quilting. Ce fut aussi un motif très prisé en art déco !
Il m’a inspiré mon logo de blog :seashells

Alors vous comprenez combien j’aime cette nouvelle peinture de Valériane !

-oOo-

Autre Vague japonaise : dans l’actualité parisienne, l’exposition des estampes d’Hokusai au Grand Palais est bondée, le public se rue sur la fameuse Vague : elle n’est pourtant pas plus grande que les autres estampes, donc à chacun son tour !

La Grande Vague de Kanagawa

La Grande Vague de Kanagawa (1831) a longtemps été accrochée dans ma chambre, je la connais par coeur et l’aime toujours autant ! L’estampe originale surprend par sa modeste taille ( environ 25 cm sur 37 cm), alors qu’on a l’habitude de la voir en grande affiche.

Une estampe est le résultat d’une série de travaux : le dessin sur la matrice (ici du bois), la gravure en suivant le dessin, puis l’encrage et l’impression… Il existe donc plusieurs originaux dont les couleurs diffèrent, les traits sont plus ou moins nets en fonction de l’ordre d’impression… Elles ne sont pourtant pas numérotées comme des lithographies actuelles. La qualité du papier joue une importance primordiale également ; certains spécialistes pensent que près de 5 000 estampes originales de cette Vague furent tirées, dont une est toujours à Giverny, chez Monet ! L’ordre de tirage peut grosso modo être établi par les spécialistes en fonction de la netteté des traits (qui s’estompe avec l’usure de la matrice originale).

Cette première vue du Mont Fuji d’une série de 36 est fascinante et de nombreux essais décortiquent les raisons du succès.

Fibonacci

La composition géométrique peut expliquer la beauté de l’oeuvre.

L’exposition ne se limite absoument pas à cette Vague, vous y ferez beaucoup d’autres découvertes si vous avez la chance d’y aller… un jour sans trop d’affluence !

affichehokusai
Au Grand Palais à Paris, du 1er octobre au 18 janvier, avec une interruption du 21 au 30 novembre. 

-oOo-

Merci Valériane de nous offrir de si belles vues au clair de Lune :

lune et facteur Valériane Leblond

moutons sous la lune Valériane Leblond… des vagues menaçantes portant peut-être un message d’espoir :

Bottled - Embouteillé - Mewn potel

Trouvez-vous la bouteille à la mer ?…

… des vagues bien plus douces dans un monde idyllique :

vagues seigaiha Valériane Leblond

… et tant d’autres scènes de la campagne et du littoral gallois que vous pouvez admirer et vous procurer sur son site ici !

seigaiha


25 Commentaires

Ayrton Senna vu par Denimu

Le célébrissime pilote de formule 1 décédé en 1994 voulait consacrer une partie de sa fortune à l’éducation des enfants dans son pays, le Brésil :

“Se a gente quiser modificar alguma coisa, é pelas crianças que devemos começar, por meio da educação »
« Si on veut changer les choses, c’est par les enfants que nous devons commencer, via l’éducation »
Ayrton Senna

C’est ainsi qu’a vu le jour une fondation dédiée à l’amélioration de l’éducation au Brésil. Ainsi, son nom reste au firmament pour les jeunes générations.

Cette fondation a commissionné l’artiste Denimu, pour lequel j’ai tant d’admiration, pour faire le portrait géant du pilote. La matière première ? Des blue jeans (denim) de la famille Senna !

1415220246909_wps_16_epa04477870_A_handout_pic

Le portrait a été dévoilé avant-hier à Sao Paulo pour la commémoration des 20 ans de la disparition du sportif, juste avant le Grand Prix du Brésil qui aura lieu ce dimanche. Encore une totale réussite de cet artiste britannique qui réussit à faire passer la fierté, la sensibilité de l’icône des circuits.

Denimu Ayrton Senna

Superbe hommage à la légende de la F1, Ayrton Senna – Denimu, 2014, 122 x 160 cm. L’argent récolté par la vente aux enchères de ce tableau textile ira à l’ONG Ayrton Senna pour l’éducation des enfants brésiliens.  

Articles précédents de la Ruche sur Denimu :

http://quilteuseforever.wordpress.com/2014/01/13/inspiration-denim-denimu/
http://quilteuseforever.wordpress.com/2014/01/14/denimu-ses-recents-tableaux-textiles/
http://quilteuseforever.wordpress.com/2014/05/24/des-news-de-denimu/

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 125 autres abonnés