La Ruche des Quilteuses

Les Abeilles s'expriment !


29 Commentaires

Sister… My sister

Sister, you’ve been on my mind
Oh sister, we’re two of a kind
So sister, I’m keeping my eyes on you…

Cécile est ma petite soeur, ma toute petite soeur qui vient de fêter ses… 40 ans. Eh oui, le temps passe pour tout le monde ! Plus de treize ans nous séparent et je me souviens bien quand je jouais à la petite maman quand elle était bébé !

IMG_5753

Rêves d’Ailleurs pour ma petite soeur… Cadeau qui sera offert en retard, mais tout de même la bonne année ! J’ai inclus l’étiquette au dos piécé.

Tradition dont je m’acquitte avec grand plaisir, j’offre à chacune de mes sœurs (j’en ai tout de même trois !) un quilt pour aider à passer chaque dizaine. Nous savons toutes que c’est un passage parfois délicat… Restait à trouver une idée de quilt qui plairait à Cécile avec certitude. Son métier la fait beaucoup voyager et je sais qu’elle préfère chez elle, dans son refuge parisien, une touche asiatique avec un mélange de luxuriance thaïlandaise et de zen japonais. Et, tradition familiale, elle aime le bleu ! J’avais donc la mission secrète de trouver mon coup de cœur pour elle.

keep-calm-and-love-blue-52

J’aime les scrap quilts, cet assemblage parfois un peu fouilli de multiples restes de tissus qui, finalement, font un tout harmonieux. J’ai plusieurs livres à ce sujet et celui-ci donne de nombreuses idées, certaines étant devenues très utilisées :

SuccessfulScrapQuilts

Ce livre de 2001 montre des combinaisons de rectangles très intéressantes. Livre de Judy Turner & Margaret Rolfe.

Bento box

Ce quilt, issu du livre ci-dessus, m’a tapé dans l’oeil ! Il combine rectangles de tissus japonais indigo et imprimés "kimono". Il s’appelle "Bento box", mot alors inconnu en France, qui depuis est devenu très populaire… et désigne différents blocs cousins des log cabins.

Alors je me suis lancée :

 

PROJet  CECile

Mes premiers essais… Je n’ai pas assez de tissus véritablement japonais pour donner le même effet que l’original, mais le but est aussi de vider un peu mes cartons pleins de tissus !

proj-cec2

Premières rangées complètes, bon d’accord je continue comme ça !

chez Maïté top Ruche des Quilteuses

Toute contente, je montre à mes amies Abeilles début juin le top que je viens juste de terminer !

 

Ma petite recette de cuisine d’assemblage

Si vous souhaitez faire ce modèle très simple mais plein de charme, voici quelques conseils.

- préparez votre gamme de couleurs et faites deux tas qui se départagent nettement. J’imaginerais bien ce modèle en multiples tissus écrus-beige et rouges par exemple ! Ou bien une grosse exubérance avec un stock de tissus Kaffe Fassett… Tout dépend de ce que vous avez dans vos chutes. L’important est d’avoir du contraste (de couleurs, de valeurs) entre les deux sortes. Pour moi, c’était d’une part des bleus majoritairement indigo, d’autre part des tissus chauds et richement imprimés.

- j’ai coupé tous mes tissus avec une règle en inch et choisi de faire mes rectangles de 4 1/2 sur 2 1/2 inches. Cela correspond, en centimètres, à des rectangles à couper de 11,5 x 6,5 cm. On coupe naturellement de longues bandes pour couper vite et bien. Certains tissus étant de petits restes, on essaie d’en tirer le meilleur parti ! A noter que les rectangles sont de la largeur exacte des bandes de Jelly Rolls (2 1/2 inches)… Si vous en avez un sous la main, c’est peut-être le modèle que vous attendiez ;-)

- on peut assembler des bandes puis les couper en tronçons, pour plus de rapidité. Mais attention à ne pas avoir trop de blocs identiques ! J’ai aussi, parfois, coupé des carrés de 4 1/2 inch en tissus "chauds" au lieu de rectangles pour faire diversion. Pas trop non plus…

- quelles sont les unités de ce modèle ? Les rectangles sont assemblés 2 par 2 : les tissus bleus bien sûr, puis les tissus variés sont mis 2 par 2 "par affinité". Le modèle est composé de bandes, alternativement :

  • une bande de 2 bleus + 2 variés + 2 bleus, etc. cousus les uns aux autres  "debout"
  • une bande de 2 bleus + 2 bleus + 2 bleus, etc. cousus "couché" (= à l’horizontale)

 

Bentobox bandes (Ruche des Quilteuses)

Bande du haut : les rectangles sont "debouts", en alternance 2 bleus et 2 variés. On commence néanmoins une bande par un seul pavé bleu (voir plus loin). Bande du bas : il n’y a que des pavés bleus, cousus à l’horizontale (2 rangées).

- il vaut toujours mieux programmer le repassage. J’ai trouvé ce qui, à mon sens, convient le mieux à ce modèle : les blocs "debout" ont leur marge de couture repassée dans le même sens. Les blocs "couchés" sont d’abord assemblés en contrariant chaque couture par rapport à l’autre, puis  repassés dans l’autre sens par rapport à la rangée précédente.

bentobox repassage (Ruche des Quilteuses)

Vous pouvez voir le sens de repassage. Mais attention, contrairement à ce que suggère la photo, le montage ne se fait pas ainsi (voir la suite) : une couture de pavés bleus doit se trouver dans la prolongation de la couture entre les 2 pavés de couleurs !

- une bande complète du quilt de Cécile comporte 40 pavés debout ou 20 pavés allongés. Attention, on commence une bande de pavés debouts par 1 bleu, puis 2 de couleurs variées, puis encore 2 bleus, et on termine par un seul bleu. Regardez comment sont agencés les pavés à partir du début de la rangée :IMG_5766

On peut aussi le faire bloc par bloc (au lieu de ligne par ligne), alors un bloc est ainsi : les 2 pavés de couleur sont entourés d’un pavé bleu à gauche et à droite, puis de deux pavés à l’horizontale en haut puis en bas. 2 pavés de couleurs + 6 pavé bleus font 1 bloc. Le défaut de cette méthode est qu’on risque d’avoir trop de tissus identiques qui se touchent au montage.

Voilà, vous savez tout pour vous lancer dans ce genre de top si le coeur vous en dit !

J’ai mis plus de temps à me décider de faire le quilting, c’est tout de même un grand quilt de 205 x 245 cm… J’ai résisté à l’envie de le faire quilter par une pro, voulant tout faire pour ma petite soeur. Mais la prochaine fois, je crois que je sous-traiterai, ce sera bien plus sophistiqué comme dessin (ici : des lignes sinueuses… bof-bof)

IMG_5754

Sandwich avec du molleton PSR "Super", ma boîte d’épingles à nourrice d’un côté et ma coupelle de Gien (cadeau de ma chère Pénélope !) pour mettre tous les petits fils coupés… En bas, c’est un coussin pour ne pas avoir mal aux genoux !

IMG_5756

Une épingle sur chaque carré de tissus colorés. La prochaine fois, j’essaierai sans doute "l’agrafeuse" de mon club, tout le monde l’adopte peu à peu (pistolet à bâtir "microstitch")

IMG_5757

Et voilà le quilt bel et bien fini ! Un vrai scrap quilt que j’ai eu du plaisir à faire… et bientôt du plaisir à offrir !

IMG_5763

Bordure finie, il me reste à l’apporter en personne !

Quand vous lirez cet article, je serai en train d’offrir ce quilt à ma petite soeur qui vient de donner vie à une petite Rose, à peine éclose… 2014 est une année inoubliable pour ma Cécile !
Je pouponne et je reviens  bientôt !

–ooOoo–


12 Commentaires

Pour qu’existe le livre de Dijanne !

Avant de vous présenter le quilt que je viens de terminer pour ma soeur – je vous l’ai promis à mots couverts au terme de l’article précédent :-) - permettez-moi de relayer un appel, celui d’Emma, pour aider à faire paraître un livre inspiré du patrimoine français vu par Dijanne Cevaal, artiste australienne. Il promet d’être passionnant et sera édité en bilingue, anglais et français :

10636042_10152621130062969_2087292463413433887_n

Mieux que je ne saurais le faire, Emma vous explique le principe et la marche à suivre.  Il ne reste plus que 7 jours pour arriver à la somme nécessaire, lisez bien l’article d’Emma, vous verrez le descriptif de ce gros livre (+ DVD), ce serait vraiment dommage que ce projet n’aboutisse pas…

Pour la même cause et la même personne, Chantal de "Je quilte pour vous" lance aussi un appel pour l’organisation d’un stage l’année prochaine à Nantes.

A noter que vous ne serez débité que si la cible est atteinte !

 


19 Commentaires

Sister in Purple and Blues

De Sisters en Oregon qui se trouve au nord-ouest des Etats-Unis, nous plongeons dans le "deep South", le Sud profond dans le sud-est des US,  états séparés puis réunis lors de la guerre de sécession (1861-1865). Cette grande région a en commun une histoire tourmentée et une culture distincte du reste des US.

alex-haley_roots

J’ai lu ce livre en 1980 alors que j’habitais en Côte d’Ivoire. Il m’a profondément touchée… Alex Haley, Roots (Racines) 1976, prix Pulitzer.

Cette région est marquée dès le début par son activité agricole et l’utilisation d’esclaves en tant que main d’oeuvre. Les premiers Noirs (une vingtaine) furent débarqués dès 1615 à la suite d’un déroutage d’un navire négrier espagnol par des Hollandais. Puis progressivement le honteux commerce triangulaire s’installa alors que les besoins en main d’oeuvre s’intensifiaient dans les champs de tabac, de riz, d’indigo, de canne à sucre ou de café, le coton ne devenant la culture principale qu’en 1790. Au total, 600 000 Africains furent ainsi déportés vers les territoires des Etats-Unis (5 à 6 % de l’ensemble des Noirs venus d’Afrique vers le continent américain). 

A l’orée du XIXe siècle, il n’y avait presque plus de migration de l’Afrique vers les Etats-Unis, les Noirs étaient pour la plupart installés en familles dans les quartiers des esclaves dans de grands domaines, possédés par des maîtres blancs souvent plus récemment américains qu’eux. Ce n’était pas une belle vie, bien sûr que non, mais ils y avaient une famille, des habitudes, une installation, un homeland américain.

Mais alors vint la migration à l’intérieur du territoire avec l’expansion territoriale vers l’Ouest. Entre la révolution américaine (indépendance le 4 juillet 1776) et la guerre de Sécession, des historiens s’accordent à dire que c’est une période absolument tragique pour les Noirs, aussi traumatisante que le déracinement d’Afrique : brutalement séparés de leurs familles et des terres où ils vivaient depuis des générations, extrêmement maltraités par les passeurs et vendeurs puis leurs nouveaux propriétaires, environ un million d’esclaves  furent déracinés pour travailler plus à l’ouest. Cette période très violente fut le ferment  de tous les maux de la ségrégation raciale dans ces pays du sud et de la situation actuelle. J’ai bien sûr en tête l’actualité à Ferguson (Missouri). 

Pour mesurer toute la violence des combats successifs pour la reconnaissance d’une égalité de fait et les difficultés à vivre ensemble, même avec un Président des Etats-Unis métis (article Obama en quilts), on peut lire le livre de Nicole Bacharan Les Noirs américains : Des champs de coton à la Maison Blanche.

-oOo-

Ce vieux Sud, si violent, est pourtant si attachant, berceau du blues et du jazz, lieu des plus jolies histoires… Laissons-nous porter par cette ambiance à nulle autre pareille…

color-purple-purpleCet été j’ai revu La Couleur Pourpre de Steven Spielberg de 1985, un des films qui réussit à égaler le roman d’origine (La Couleur Pourpre d’Alice Walker, 1982, prix Pulitzer). Steven Spielberg, homme blanc juif, a su capter comme personne l’essence du Vieux Sud et magnifier ces femmes noires chrétiennes, faisant de ce film un enchantement. Complètement invraisemblables sont les critiques essuyées par Spielberg à la sortie du film : que Spielberg ose s’attaquer à ce sujet semblait un affront pour certains, tant les tensions racistes et sexistes demeuraient aux Etats-Unis.
Malheureusement on le sait, ici, là et ailleurs violence et racisme ont la vie dure…

The_Color_Purple_poster17

D’ailleurs, les femmes de ce Sud, blanches ou noires, multiplement rabaissées, avilies, victimes de violences, savent lever la tête et font partie des héroïnes les plus touchantes de la littérature populaire américaine qui font de bons films ! Connaissez-vous Les beignets de tomates vertes, La couleur des sentiments, La vie secrète des Abeilles (Le secret de Lily Owens) ?… Sans parler de Gone with the Wind/Autant en emporte le vent, bien plus ancien et d’un autre temps… Moins féminin mais très instructif sur ce Vieux Sud aux relents toujours violents, le dernier livre de John Grisham (auteur prolifique ayant notamment écrit La Firme et L’Affaire Pélican) m’a tenue en haleine cet été avec L’allée des sycomores.

–ooOoo-

C’est principalement dans ce vieux Sud qu’on trouve les quilts "afro-américains" devenus à la mode. Il s’en vend sur internet, parfois estampillés "slave-made", "fait par une esclave" ou autre fantaisie scabreuse… laissant sous-entendre "fait par une descendante d’esclave". Car la plupart de ces quilts datent du XXe siècle, faits d’ailleurs indifféremment par des Noires ou des Blanches du vieux Sud qui partagent le même genre de vie de femmes malheureusement pauvres…

Attention aux amalgames encore une fois : "l’africanisme" n’est pas tout-à-fait ce qu’on croit. Il est prouvé par de sérieuses historiennes du quilt américain (en tête Leigh Fellner à ce sujet) que les esclaves des états du sud faisaient effectivement des quilts, mais avec les mêmes motifs et les mêmes tissus disponibles que les femmes blanches. Certaines étaient très douées pour manier l’aiguille et l’une d’elles, Lizzie Keckley, devint la couturière attitrée de Mrs. Lincoln, épouse d’Abraham Lincoln. Voir ici un article très complet sur cette dame (en anglais).

Non, tout ce qui est spontané, en bandes, de travers, coloré, rythmé, asymétrique etc., stéréotypes véhiculés par nombre d’études pas assez sérieuses, n’est pas obligatoirement afro-américain ! Toutes ces caractéristiques se trouvent aussi chez des quilteuses blanches (même les Amish, même les Galloises, même les Australiennes…).

string quilt pennsylvania 1890

Ce quilt vient probablement de Pennsylvanie et les historiens le datent des années 1890. Il est actuellement au Speed Museum (Louisville, Kentucky), je l’ai vu sur Selvage Blog, blog toujours à la pointe de l’inspiration !


Cela ne remet aucunement en cause le talent de quelque artiste que ce soit, ni l’admiration qu’on peut avoir pour les quilteuses du hameau de Gee’s Bend en Alabama : simplement l’Afrique de leurs ancêtres n’avait pas alors les textiles caractéristiques qu’on lui prête… 

anna-collect-CLXVIII-1998x

Magnifique quilt d’Anna Williams de 1998. Cette grande artiste de Louisiane, née en 1927, inspire de nombreuses artistes contemporaines. Je ne suis pas sûre que la couleur de sa peau soit importante… Voir aussi l’article de Barbara Brackman ici sur l’influence déterminante d’Anna Williams dans le monde du quilting contemporain.


En revanche, il est évident que la quête des origines, oh combien compréhensible, mène de nombreuses Afro-Américaines à s’inspirer de l’Afrique des XIX et XXe siècles (qui n’est pas l’Afrique de leurs ancêtres des XVIIe et XVIIIe siècles), où effectivement on trouve les très colorés tissus WAX inspirés des batiks indonésiens.

Destination-Chateau-rouge-tissus-africains

Quel chaleureux ensemble de tissus africains ! Photo prise… à Paris, voir ce blog.

Mais après tout, les rêves et les mythes sont parfois aussi importants que la vérité pure et dure… Presque tout le monde regrette que la belle histoire de l’Underground Railroad secret Code soit  fausse !

pineburr

Quelques motifs sont dits  "typiquement afro-américains" comme le Pine-Burr (ou Pine-cone) quilt,  présenté ces jours-ci par Karen Griska – Selvage Blog, elle-même inspirée par ma chère LeeAnn, Nifty Quilts. Mais les historiens ne sont pas tous d’accord, j’ai ici un texte sur un blog spécialisé émettant quelques nuances. Il n’en reste pas moins qu’il n’y a rien de tel pour vider les armoires de tous vos petits morceaux ! Attention, le résultat sera lourd, très lourd…

v pinecone large

Superbe Pinecone quilt datant des années 1930 (on voit que c’est la mode des pastels), présenté sur ce blog : Scraps & Threadtales . Il pèse environ 14 kg !

–ooOoo–

color-purple-photo-by-aj-photography (1)

Revenons à la Couleur Pourpre, le film.

Whoopi-Goldberg-in-The-Color-Purple1

Whoopi Goldberg (Celie) est ici allongée sur un quilt noué tout simple, fait d’une alternance de carrés foncés et clairs, ouvrage parfaitement en accord avec le milieu social, le lieu et l’époque (état de Georgia, dans les années 1930).

J’y ai réentendu cette merveilleuse chanson de Quincy Jones, Rod Temperton & Lionel Richie : Miss Celie’s Blues (cliquez sur le titre pour 2 minutes 50 de bonheur !) que j’adore…

Sister, you’ve been on my mind
Oh sister, we’re two of a kind
So sister, I’m keeping my eyes on you…

miss celie's blues

J’aime fredonner ce blues (toute seule, car je ne veux pas offenser d’autres oreilles) en pensant à ma petite soeur qui ne s’appelle pas Celie mais Cécile… Vous saurez un peu plus sur ma petite Cécile très prochainement… mais oui, on y parlera patchwork aussi !

colorpurple-field


20 Commentaires

Sisters 2014

2014 Poster-high rez

L’affiche du plus grand festival des quilts en plein air est réjouissante ! Original de Dan Rickards. Les organisatrices ne ménagent pas leur peine pour garder un esprit sympa et bon enfant et chaque année il y a de nouvelles idées !

card display

Il y avait entre autres cette année un challenge en mini-format avec un tissu commun

wish upon a card

"Wish upon a Card Challenge" : une belle expo de mini-tableaux textiles, j’adore celui-ci !

En attendant de pouvoir y aller un jour, je guette les plus beaux articles sur cette manifestation et pour cette année je vous conseille ceux de Lori sur son blog Humble Quilts : le premier (clic) et le second (clic) !

Dommage, les blogueuses n’ont pas été prolifiques cet été sur ce show (ou je n’ai pas su les trouver), gageons que nous aurons plus de reportages pour les 40 ans l’année prochaine… Peut-être même quelques Françaises y feront-elles un tour ?… Dans ce cas, si vous n’avez pas de blog perso celui-ci vous est ouvert… et si vous en avez un, je signalerai volontiers vos articles !

QIH_FB_Status_Update

 

Et cette année, il y avait notamment des quilts patriotiques pour l’association "Operation Homefront" qui aide activement les blessés de la guerre d’Irak (commencée en mars 2003) et leur famille… C’est la société Island Batik, aux tissus bien connus et appréciés, qui a coordonné et sponsorisé l’exposition de quilts au profit de cette cause. Malheureusement, au vu de l’actualité, cette association risque d’avoir encore une longue utilité…

 

Ailleurs dans le village, une  activité met beaucoup de monde en émoi : c’est la séance de signatures de certains mannequins-vedettes…

les vedettes !

Voyez-vous que chaque homme a un nom de mois de l’année sur son tee-shirt ? 

men on calendar

Longue séance d’autographes… Mais qui sont-ils ?

Pour la 2e fois je crois, les organisatrices publient un calendrier… d’un certain genre. Il montre de magnifiques quilts mais pas que… Le titre : The Men behind the Quilts, des hommes derrière des quilts :

2014 Calendar promo

Quelle idée hilarante ! Ce ne sont pas des Chippendales mais des hommes de la région qui aiment les quilts, c’est beaucoup plus sympa :-) et, je dois l’avouer, je me le suis offert (le calendrier), cela promet une bonne ambiance dans la Ruche le jour où je le montrerai aux Abeilles ! Si vous voulez vous l’offrir aussi, règlement sécurisé par Paypal ici.

please do not(photos Facebook du Sisters Outdoor Quilt Show)

L’année 2015 sera sans aucun doute très enthousiasmante puisque le festival fêtera ses 40 ans ! Je doute, malgré mon envie, de pouvoir y aller dans un an, mais pourquoi pas vous ?…

-oOo-

700px-MountainBachelorBrokenTopThreeSistersJuly2010

2R3SLogoSi l’Oregon nous fait rêver avec ses grands espaces, son esprit bon enfant, la préservation de la nature ne se fait pas sans effort. Ainsi, notre bonne vieille ville de Sisters est surmontée des trois volcans "Sisters", mais entourée également de deux rivières, progressivement détournées, polluées, asséchées par différentes réalistions catastrophiques.

Plus de dix années de travaux ont rendu aux deux rivières leur beauté initiale, leurs cascades, les poissons sont revenus… Il faut saluer le travail coordonné de plusieurs fondations régionales et nationales. Pour sensibiliser le grand public à cette grande cause, différentes organisations de protection de la nature impliquées dans cette réalisation et l’Open Air Quilt Show de Sisters se sont unis. Le résultat est une exposition itinérante d’un ensemble de quilts de 12,20 m de long en 17 panneaux, montrant le Wychus Creek -l’une des deux rivières- créé par des quilteuses de la région… Une grande réussite de communication !

Vous pouvez voir ici une vidéo de 2 mn 30 racontant cette initiative unissant protecteurs de la Nature et quilteuses ! Vous y verrez les quilts ainsi que de belles images de la nature de ce beau county de Deschutes (ce sont des trappeurs franco-canadiens qui donnèrent ce nom à une rivière du coin pleine de cascades !!)

city hall

Les quilts sont visibles dans le City Hall de Sisters, mais visionnez la vidéo ci-dessus pour mieux les admirer !

-oOo-

Ceci n’est pas sans rappeler le magnifique travail des filles du club de la Courtepointe dans le Tarn : à l’initiative de Cécile Milhau, 28 panneaux forment un quilt montrant un fleuve de sa naissance dans les hauteurs de la montagne jusqu’à l’embouchure en mer… J’espère que ce quilt pourra encore voyager pour être admiré par un encore plus large public ! 

Fleuve Courtepointe à Balma

28 panneaux pour une fresque de 7 mètres, c’est Le Fleuve vu du Ciel ! Ici présenté lors de la fête des 30 ans de France Patchwork à Balma le 23 mai dernier.

 -oOo-

banner-bcpv-main-quilts

Autre charmant rendez-vous estival que je viens de découvrir, c’est un autre show de plein air, cette fois au Canada au mois d’août… Il est bien plus petit mais quand on est dans le coin cela fait une belle sortie ! Cette année, il a plu, dommage il a fallu un temps ranger les quilts, puis les remettre quand le soleil est revenu ! Il s’agit là d’un village "pionnier" reconstitué dans l’esprit 1800, Black Creek Pionner Village, du côté de Toronto. Vous pouvez voir le reportage avec quelques belles photos chez Fiberchick (un superbe blog), et aussi ici.

-oOo-

Et vous, quelles sont les manifestations autour des quilts qui vous font le plus rêver ?… Qu’aimeriez-vous trouver en France ?

–ooOoo–


21 Commentaires

Sisters, au milieu de nulle part ou presque…

Au milieu de nulle part ou presque,
il y a parfois des festivals e x t r a o r d i n a i r e s ! C’est le cas tous les 15 août tout au fond du Tarn

2012-Small-Cut-Images500

C’est aussi le cas dans l’état de l’Oregon…

Sur l’ancien territoire des Amérindiens Païutes dont on connaît la vie grâce à Sarah Winnemucca, se trouve le plus grand festival de quilts en plein air du monde.

Sarah_WinnemuccaJe ne peux m’empêcher de vous parler rapidement de cette femme, Sarah Winnemucca Hopkins (née Thocmentony).

Née en 1844, cette fille de chef indien Païute fut mise à 13 ans par son grand-père dans une famille anglophone, afin de lui assurer une éducation occidentale. Celle-ci mit à profit sa double culture et devint interprète pendant les guerres puis écrivain, donna de nombreuses conférences pour promouvoir et sauver sa culture natale… Elle figure dans le National Women’s Hall of Fame (le Temple de la Renommée des femmes américaines remarquables, voir la liste ici).
Les femmes remarquables restent souvent dans l’ombre des hommes qui écrivent l’Histoire : saluons donc cette fière Amérindienne !

En Oregon donc, tout près des trois majestueux volcans appelés "les soeurs", Sisters, se trouve une petite ville qui s’agite singulièrement tous les 2e week-ends de juillet…

Streams of Colors Dan Rickards

Tableau de Dan Rickards avec en fond les 3 volcans nommés Sisters et la campagne magnifique de l’Oregon. Ce peintre réalise depuis quelques années les affiches du Quilt Show de Sisters.

Imaginez d’abord la splendide nature préservée tout autour d’une bourgade ayant conservé son charme des années 1880, des maisons en bois à l’ancienne… et partout, des quilts accrochés aux murs, aux portes, aux rembardes… Il faut avoir foi en sa bonne étoile pour organiser un tel show dans un pays si verdoyant… et donc souvent pluvieux !

Quilt-Show

Stitchin’ Post est le magasin des Wells, Jean la mère l’a fondé en 1975. Elle fait partie des grandes inspiratrices du patch moderne, coloré, inspiré de la nature. Sa fille, Valori, a repris l’affaire et dessine de très beaux dessins pour des tissus imprimés par Free Spirit, R. Kaufman… Ce sont deux artistes et femmes d’affaire qui baignent dans le monde des couleurs…

Flowers-n-quilts-9601

Partout dans la ville, des quilts…

sisters-quilt-car

"Oh my God, a quilted car!" (photo Terry)

Mountain-Quilt-9601

Ce quilt est de Jean Wells. On reconnaît le bloc "New-York Beauty". C’est sa fille qui écrivit le livre à succès sur ce bloc. Jean compte aussi de nombreux succès de librairie. Seule ou en collaboration avec sa fille, elle en a édité 28 à ce jour !

extraordinary-wells

Dans une ville appelée "Soeurs", Sisters, c’est le duo mère-fille qui est fameux pour le monde du patchwork. A gauche, Valori, à doite Jean. Photo de Lynn Woodward.

stitchinwall-Large

Vue d’ensemble. Les fils électriques ne sont pas dans le style "1880", mais l’ambiance reste très bon enfant !

 

553995_10151606267348598_982889635_n

Peut-on imaginer plus bel écrin que cette forêt pour centre de conférence ?…

1003017_10151606191613598_724615711_n

Toutes ces photos furent prises ces dernières années, prochainement vous aurez ici un aperçu du Quilt show de Sisters du mois dernier, le 12 juillet !

31bb40c459da975ab173bc8a10f82126

Ici le montage de l’expo 2014. La chance, le soleil est toujours au rendez-vous !

Photography by Gary Miller

Je ne sais pas encore quelle année, mais je prévois d’aller un 2e week-end de juillet à Sisters dans l’Oregon !


19 Commentaires

Mieux comprendre l’esprit Amish…

A la suite de l’article précédent sur les blocs d’humilité, le journaliste-conférencier Jacques Légeret m’a adressé la photo d’un quilt qu’il aime particulièrement :

quilt de Rachel Stoltzfus

Quilt cousu par Rachel Stoltzfus dans les années 1990.

Voici ce qu’en dit Jacques Légeret :

Rachel, que j’ai bien connue ( de plus c’était une excellente cuisinière….), éclatait de rire quand on lui demandait si elle faisait des erreurs “on purpose” et nous montrait simplement le tas de petits bouts de tissus dans lequel elle puisait. On voit bien notamment que les verts sont de tonalités différentes, etc, ce qui justifie l’appellation “d’art de la récupération” ou mieux “d’art de l’économie”.

-oOo-

834647__amish-way-of-life_p

Tableau naïf, image idyllique de l’Amish Way-of-life… Artiste : Judy Wickersham Schauermann

On croit souvent "connaître" les Amish quand on fait du patchwork ou du point de croix. Une vie bien calme, ordonnée, bucolique, simple et heureuse : beaucoup de folklore est suggéré, mais ce n’est que l’écume des choses… 

logo-patchworkCette année, on célèbre les 20 ans du Carrefour Européen du Patchwork à Sainte-Marie-aux-Mines et dans tout le Val d’Argent. Vous êtes nombreux à savoir que le lieu fut initialement choisi car il est le berceau du mouvement Amish, branche dissidente de l’Eglise réformée.
L’histoire du Carrefour Européen du Patchwork est intimement liée aux Amish puisque c’est à la suite des célébrations de la naissance de ce mouvement à Sainte-Marie-aux-Mines (300 ans en 1993) que naquit l’idée d’une manifestation artistique annuelle autour du patchwork : l’Association Française d’Histoire Anabaptiste et Mennonite avait invité le collectionneur suisse Jacques Légeret à exposer des quilts amish qui firent sensation… Cette année donc, nous aurons droit à la 21e exposition de quilts amish pour les 20 ans du Carrefour !

On sait que beaucoup d’Amish partirent vers le Nouveau Monde à partir du début du XVIIIe siècle afin de trouver un lieu de tolérance… Vous pouvez trouver un historique précis en français dans ces livres :

énigme amish

Edition Labor et Fides – 2000

amish legeret

Edisud – 2005

 

Croyez-moi, ces livres sont vraiment passionnants ! Celui de gauche, l’énigme amish, est une analyse fine, très complète du mouvement amish et de ces gens qui veulent vivre en accord complet avec leurs convictions. De nombreux sujets sont abordés avec beaucoup d’empathie mais aussi suffisamment de recul. Très sensible notamment est le thème de la place de la femme amish. Le féminisme n’est pas passé par là dans cette société restée patriarcale, mais c’est aussi un choix de vie… L’Ordnung, les règles qui régissent l’organisation de leur société, est certes rigide, mais c’est un cadre qui les rassure.
Le livre de droite, Les Amish et leurs quilts, nous offre, outre un texte tout aussi intéressant, de sublimes photos de quilts amish…
On peut encore se procurer ces livres, ainsi que le premier édité : "Quilts amish", Catherine & Jacques Légeret, éditions Labor et Fides – 2001. A commander en librairie ou sur votre site préféré…

Actuellement, le mouvement amish se porte très bien, trop bien même ai-je presque envie de dire ! Après une désaffection des jeunes pendant de nombreuses années, les adolescents, au moment de leur choix de vie, décident majoritairement de devenir amish. Notre vie occidentale étant devenue bien rude, individualiste et violente, elle n’attire plus ces jeunes, élevés avec de toutes autres valeurs… Cependant, il devient difficile pour chacun de s’installer en tant que fermier avec suffisamment de champs pour faire vivre sa famille, le prix des terres agricoles est élevé et le patrimoine familial ne suffit pas pour 3, 4 ou 5 fils…

04

Lone Star. Laine et batiste de laine. Lancaster County, Pennsylvanie. 214 cm x 237 cm Confectionné en 1990 par Katie Esh, alors âgée de 79 ans et dont ce fut le dernier quilt.

Si les quilts amish vous paraissent trop sombres, c’est que vous n’avez vraisemblablement pas eu l’occasion d’en voir "des vrais", je veux dire que les plus traditionnels sont faits de tissus en laine qui s’imprègnent intimement de la teinture et restituent des couleurs extraordinairement denses et vibrantes… Ne nous fions donc pas aux photos ! Alors si vous avez la chance d’aller à Sainte-Marie-aux-Mines le mois prochain, vous pourrez admirer une grande sélection de quilts amish de la collection de Jacques Légeret sur le thème" Zigzag en pays amish"  et assister à sa conférence :

"Les Amish : une société à part, des quilts à part" – Conférence samedi 20 septembre 2014 à 11 h 30
Conférence en français – Théâtre de Sainte-Marie-aux-Mines, 1er étage – 8,50€

Pour ma part, je ne manquerai pas ce rendez-vous !

Au Carrefour Européen du Patchwork, nous aurons aussi cette année deux conférences ayant pour thème l’éducation des enfants amish :

*"Grandir dans la Lumière : la spiritualité de l’école amish" – Conférence de François Caudwell (AFHAM) le 19 septembre à 14 h 30
Conférence en français – Théâtre de Sainte-Marie-aux-Mines, 1er étage – 8,50€

 *"Plain teaching, les outils pédagogiques dans l’école amish" – Conférence Alex Neff  le 20 septembre 2014 à 14 h 30
Conférence en français et anglais – Théâtre de Sainte-Marie-aux-Mines, 1er étage – 8,50€

afham

Reconstitution d’une salle de classe amish – Photo de l’Association Française d’Histoire Anabaptiste et Mennonite (AFHAM)

-oOo-

Vous ne pouvez vous rendre en Alsace en septembre ? Quel dommage ! Sachez que Jacques Légeret peut se déplacer partout en France pour assurer des conférences et expositions, contactez-le ici !

Une excellente nouvelle pour le sud-ouest :  du 7 au 11 novembre, expo-conférence de Jacques Légeret au Centre des expositions et Congrès de Bordeaux !

Merci Jacques pour votre confiance et votre sens du partage !

–ooOoo–

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 044 autres abonnés