Ambassadrices de notre passion

L’été est bien là, avec souvent des retrouvailles familiales ou amicales, des changements de rythme ou d’horizon… Vive les vacances !
C’est pourtant aussi l’occasion de ne pas oublier ce qui nous fait vibrer au cours de l’année, de partager votre passion -même si, je vous l’accorde, le temps n’est pas au matelassage d’un lourd et chaud quilt…

Petite collection de badges-bouton (ou pin’s) sur le même thème, à accrocher sur un vêtement ou un sac en toile. Elle ne demande qu’à s’agrandir, même si ce n’est plus autant à la mode que dans les années 1990 !

Hissons haut les couleurs de notre art en nous ornant d’un pin’s, en utilisant un sac fait main, en étalant des quilts utilitaires en toutes occasions (pique-nique, balade, virée sur la plage…), cela suscite des questions intéressées et peut-être une nouvelle amie dans le monde du patchwork & quilting…

Question de génération sans doute, je n’irai pas jusqu’à vous recommander le tatouage, d’autres le font très bien à ma place 😉

Pour le QuiltCon d’Austin en 2013, on a demandé aux quilteuses si elles allaient faire un tatouage pour célébrer cet événement. Cet article montre quelques réalisations…
Passion quand tu nous tiens…

Merci pour votre fidélité, votre amitié et bel été à tous !

Comfort for Grenfell

Frédérique et quelques autres, vous m’avez demandé si on faisait quelque chose en France pour les victimes de la Tour Grenfell. Je souhaite vous répondre ici au mieux. Je crois que vous aurez ici les renseignements escomptés.

Grenfell, ce nom restera à jamais dans l’esprit des Londoniens et de bien d’autres personnes. Lord Grenfell fut un militaire du XIXe siècle un peu ou beaucoup oublié ; Grenfell Road, c’est une rue de Londres nommée d’après cette personnalité, celle qui longe la tour qui fut incendiée le 14 juin dernier. Grenfell Tower est forever, pour toujours et à jamais, le souvenir d’un immense drame, des centaines de victimes directes (personnes blessées, décédées, disparues), des centaines de familles et amis dans la détresse et le traumatisme, mais aussi des milliers de personnes qui veulent aider, ou bien qui se battent pour que cela n’arrive plus jamais.

Il était si choquant de voir des scènes de la Tour Infernale, film catastrophe, hanter notre petit écran aux actualités. Et surtout de savoir que tant de personnes ont perdu tout ce qui fait une vie, leurs affaires, leurs souvenirs, et le plus insupportable, la perte de voisins, de connaissances, d’êtres chers. Depuis, le revêtement extérieur qui a tant flambé est retiré de la vente. Une tour similaire a été vidée de ses habitants pour faire des travaux d’urgence. Tout cela crée des traumatismes qu’on n’imagine pas.

Sheila Frampton-Cooper et Ian Berry se sont rencontrés à Quilt-en-Sud, à Biarritz, en mai dernier. Ces deux artistes ont conjointement décidé d’agir à leur manière pour aider et signifier leur compassion aux rescapés, en particulier aux enfants. On ne peut imaginer le traumatisme de tout perdre en une nuit de cauchemar, sauf que c’est la réalité. Ainsi est né le groupe Facebook Comfort for Grenfell.

Les associations caritatives croulent actuellement sous les dons de toutes sortes et c’est difficile d’organiser les tris, les distributions. Alors ce groupe Comfort for Grenfell veut agir vite et bien, offrir des quilts aux enfants qui n’ont plus rien : un signe tangible, durable et utile que d’autres ont pensé à eux. Un quilt est un (ré)confort bien concret…

Sheila Frampton-Cooper est la délicieuse artiste américaine vivant en France dont nous connaissons bien l’élégant style maintenant. 

Electric Faerie of the Getty Garden, Sheila Frampton-Cooper

Ian Berry, cet incroyable artiste qui ne travaille qu’avec du bluejean, habite à Londres. Le jour-même du drame, il a apporté des pantalons en bluejean neufs pour vêtir ceux qui n’ont plus rien. Vivant à Londres, il a particulièrement été choqué par ce drame.

Dans un décor en blue jeans, Ian Berry dans son stand de Quilt en Sud (photo Sheila Frampton-Cooper)

Sheila, qui a eu l’idée de faire le groupe Facebook pour faire connaître cette initiative, nous convie à nous inscrire à ce groupe si on souhaite faire un quilt. Nous y échangeons nos idées, nos questions. Par exemple, nous savons que ces quilts sont pour des enfants qui vivent en 2017 et donc il nous semble évident de leur offrir des quilts modernes et gais. 

Finalement il est apparu plus utile et intelligent de rejoindre l’organisation déjà bien rodée avec une grande logistique, Quilts For Grenfell, avec notamment la Modern Quilt Guild de Londres et une union d’associations caritatives. Pour envoyer des quilts finis, que vous vous inscriviez au groupe ou individuellement, une seule adresse :

Quilts for Grenfell Tower
Carillion Vehicle Handling Centre
Spring Road
Wolverhampton
WV4 6JT

Veuillez écrire que c’est un cadeau et ne déclarez jamais une valeur importante (jusqu’à 20€). Cela n’enlève en rien la valeur de votre don.

Merci d’avance.

Un océan d’émotion

jdrouet3

Les personnes ayant passé leur dimanche à Lacaze ne sont pas près d’oublier l’effet que donne une grande salle remplie de quilts rouge et blanc.
Des quilts remplis à l’excès de croix mises par paires.
Chaque paire de croix représente une victime.
Une victime parmi 70 273.
70 273 blocs est le but, nous en avions dans la salle plus du dixième réalisé en Occitanie et Aquitaine.
8 015 paires de croix en 56 quilts, voilà le résultat d’une splendide mobilisation régionale.

IMG_7070.jpg
Exposition au Temple de Lacaze dimanche 25 juin 2017.

Arrivant au petit matin avant la foule, je suis entrée dans le Temple, salle d’exposition naguère lieu de culte, éclairée par le soleil et enchantée par un air mozartien. La vue de la salle préparée par les Tarnaises m’a saisie.

DSCN3933

De surprise un sanglot a monté, les larmes ont coulé. Et pourtant j’ai vécu toute cette année avec ces blocs faits par des inconnues, des connaissances, des amies et moi-même, avec ces tops et quilts à terminer, avec des fils rouges partout, avec cette pile blanche envahissante de quilts en cours… J’ai ressenti cet océan émotionnel, je vous assure, comme un remerciement et un apaisement. Je ne suis pas particulièrement mystique, mais là j’ai vécu ce moment particulièrement intensément.

Puis ce fut le tour de Jeanne, la fondatrice de ce Projet, d’entrer dans le Temple.

IMG_7198
Jeanne au centre en rouge et blanc, avec des détails bleus pour honorer nos deux pays aux couleurs bleu-blanc-rouge. Elle est entourée de Kristine, Cécile, moi aux yeux encore embués, Liliane et Andy, le mari de Jeanne.
IMG_7199.jpg
Jeanne et son amie californienne Tari, venue elle aussi de bien loin pour cet événement.

C’est pour elle la première grande étape d’un long chemin vers la commémoration en quilts des victimes d’une noire période de l’humanité, mais aussi et surtout le combat pour l’aide et la compassion envers les handicapés. Elle aussi a succombé à l’émotion bien sûr. Que chacune des presque 400 participantes à cette exposition soit remerciée pour ce cadeau.

DSC05915.JPG
Même si les middlings (mini-quilts de 45 x 55 cm) étaient accrochés en hauteur, nous les voyions très bien grâce à un superbe éclairage. Un petit coucou aux amies ariégeoises en passant !

Croit-on ces actions inutiles ? Pense-t-on que tout le monde est dans la même ligne de pensée et que l’état d’esprit néo-nazi est révolu ? Alors lisez cet article paru avant-hier et repris hier dans la presse régionale :
https://informations.handicap.fr/art-proces-medecin-insultes-853-9982.php.
Il montre que, même chez nous, même de la part d’un médecin, il y a encore bien du chemin à faire (sous réserve de la véracité de ces faits). Si vous vous posez encore des questions sur le bien-fondé du Projet, vous pouvez lire ce dossier de presse

discours lacaze.jpg
Chacun d’entre nous a pris la parole à midi pour expliquer et encourager ce Projet à nul autre pareil. De gauche à droite, Guy Sablayrolles, Maire de Lacaze, a généreusement prêté le Temple pour cette exposition et a montré sa conviction de l’utilité de ces efforts ; moi-même, qui ai piloté cette exposition ; Jeanne, notre inspiratrice, qui a eu la vision de lancer un si fou projet ; et enfin Cécile Milhau, originaire de ce village, celle qui a eu cette idée folle d’un jour inventer l’expo à Lacaze…. Mille mercis pour tout ma chère amie cathare !
IMG_7201
Sur un des nombreux ponts de Lacaze, on n’y danse pas mais on y est heureux !
Nous trois devant un panneau de l’amitié fait par Geneviève, l’active secrétaire de l’association des Amis du Château de Lacaze.
Nuage de noms de l’amitié… et on pourrait en ajouter tant d’autres ! Merci Gene pour ce beau panneau !
Beaucoup de personnes ont pris le temps de faire un bloc de l’Amitié pour le Quilt de Lacaze ; il sera monté aux USA. Devant le cercle d’information offert par Annie, on voit ici le roman Hadamar qui traite du sujet poignant de la découverte des horreurs de la guerre à la fin de celle-ci.
IMG_7205
Une belle brochette de personnes très actives pour le Projet 70273, y compris le maire de Lacaze à droite. Merci à vous, Guy Sablayrolles, votre accueil nous a enchantées !
IMG_7214
C’est ici la chaleureuse entente entre les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne, avec Lucy et Sharon qui organiseront la prochaine exposition d’envergure dans le Kent, et Chloe, notre Anglo-Normande à la chemise faite pour la circonstance !
IMG_7206
M. le Maire de Lacaze nous a fait la faveur de nous faire visiter ce superbe château Renaissance rénové depuis 20 ans par des passionnés. Sophie Santoire-Furbeyre (au centre) y expose jusqu’à la mi-juillet de somptueuses œuvres d’art textile. Celle-ci a eu la grande gentillesse de traduire la visite en anglais pour Jeanne et les autres Anglophones. Touchée par notre Projet, elle facilitera également sa diffusion dans les mois à venir.
Et bien sûr le blason en quilt du village était visible du côté du camping, les puces des couturières étaient près de l’école… Une belle journée vous dis-je !

J’ai le sentiment d’une importante mission accomplie. Cependant nous avons encore besoin de bonnes volontés pour atteindre le but ! Vous pouvez continuer à trouver le dossier dans la colonne de droite et nous retrouver sur la page FP francophone sur laquelle, avec toutes les Ambassadrices françaises du Projet, je continue d’accueillir les nouveaux membres et les renseigner, encourager tout le monde pour finalement atteindre le but dans quelques mois… Je continuerai à vous signaler ici les expositions majeures qui s’organisent actuellement aux USA, en Angleterre, en Allemagne et ailleurs.

Comme vous le savez, chaque quilt est unique. De loin, on ne voit qu’un océan de croix chargé d’émotion ; de près on admire la diversité et l’inspiration des quilteuses. Voici des exemples :

tari4
Middling de Chantal Trouillot, un des nombreux exemples finement brodés. Ici les rouleaux permettent un record de croix au centimètre carré,  998 en tout !

 

tari1
Françoise Lelionnais a fait ce bloc qui a suscité beaucoup de commentaires et d’admiration.
tari3
Blocs des amies d’Aquitaine, si raffinés ! Merci à Marie Christine et ses amies !

 

tari2
Celui-ci a une très belle histoire. La fille d’une quilteuse a entendu l’histoire de ce projet et a offert à sa maman… sa robe de mariée, considérant qu’elle serait plus utile pour le Projet que dormant dans une armoire. Ainsi sont nés 74 blocs scintillants. Rendons ici hommage à Emma et Christine, fille et mère !


Bien sûr, continuons de faire des blocs qu’on adresse à Chloe Grice !

19452891_1395338397219472_6447613265192211826_o.jpg
Amitié franco-américaine ! Une pensée spéciale pour Jeanne et son mari qui endurent un difficile retour chez eux, avec une série de galères dues à des erreurs de la compagnie aérienne américaine… Malheureusement ces déboires entachent leur beau voyage de souvenirs bien moins gais.
70273 mid#161.1
La désormais fameuse colombe d’Annie exposée à Lacaze, d’après le dessin de Picasso.

Illustrations :
Photos de Pierre-Jean Schnitzer, Jo Drouet, Eliane Géraud, Tari Kelley Vickery, Bernie Alquier : merci à vous !

Vous verrez de nombreuses autres belles photos prises ce jour enchanté sur les pages FB francophone et anglophone.

Sur le site des Amis du Château de Lacaze se trouve un diaporama des œuvres de Sophie Santoire et un consacré au Projet 70273.

 

Un Quilt de l’Amitié très spécial

A Friendship Quilt, un Quilt de l’Amitié, c’est ce qui se faisait fréquemment dans les communautés américaines dès le XIXe siècle, pour commémorer une personne ou un événement. Les plus connus sont ceux que préparaient les familles et amis d’un couple qui partait à l’aventure, vers l’Ouest à conquérir, vers la nouvelle Frontière pour ne jamais revenir vers l’Est, chacun le savait… Alors au moment du départ, on leur offrait un quilt dont chaque bloc comportait un nom, pour que chacun reste dans le cœur des voyageurs et les réchauffe dans les moments difficiles. Cette belle tradition perdure et on trouve des Friendship quilts encore de nos jours, écrits à l’encre permanente ou brodés.
Certains blocs, au centre blanc, sont parfaits pour cela :

Vu chez Josephine’s Journal
Quilt de l’Amitié initié par Kathleen Tracy, vu aussi dans son livre Civil War Quilts.

IMG_0650.JPG
Temecula Quilt
signature quilt.jpg
Amy Bradley Designs
Bonnie comp2.jpg
Parfois les Signature Quilts sont bavards ! Ici un quilt de remerciements pour une institutrice.
dscn2535.jpg
Détail d’un quilt de la regrettée Linda Koenig, quilt de l’amitié fait avec ses amies, les Etoiles du Nord…

Certains quilts sont également faits ainsi pour une cause, pour lever des fonds pour une oeuvre caritative, aider une personne en détresse… Simplement les quilteuses unissent leurs efforts pour un but commun.

C’est ce que vous proposera Jeanne Hewell-Chambers le 25 juin à Lacaze. De deux manières, vous pourrez participer à faire monter le compteur du nombre de blocs. Rendez-vous compte, nous avons dépassé d’ores et déjà les 25% du nombre de blocs à faire ! Gageons que les quilts de Lacaze, dont plusieurs ne sont pas encore comptabilisés dans ce total, feront monter en flèche le bilan début juillet.

Voici les deux propositions :

  • Nous tiendrons à votre disposition du tissu blanc découpé, des rubans rouges, des tissus rouges, des fils à coudre et à broder rouges : vous pourrez vous asseoir pour faire un bloc, entouré(e) d’autres personnes pour échanger un moment. Ces blocs de la journée de Lacaze seront ensuite réunis en banderole (Skinny ou quilt Totem, d’une largeur de 38 cm).
  • Vous pourrez faire une croix rouge sur un bloc en écrivant votre nom. C’est ici que le Quilt de l’Amitié prend tout son sens. Même les réfractaires à la couture, hommes, femmes, enfants, pourront participer ! Nous aurons des tissus découpés, des stylos rouges à encre permanente pour vous, à votre disposition. Les premiers blocs faits seront vos exemples. Une seule croix par personne… mais nous espérons que vous serez très, très nombreux à laisser votre amical souvenir qui vous prendra une minute ! J’ai fait deux essais sur papier, je choisirai d’écrire celle du bas. Quilteuse Forever est bien ce qui me correspond ! Vous pouvez associer votre nom à celui de votre ville d’habitation ou d’origine, ou tout ce que vous souhaitez… mais une seule personne par croix. Si vous réussissez à trouver une lettre commune pour faire mots croisés, ce sera encore plus sympa !
    Nous monterons ensuite tous les blocs écrits ce jour-là avec nos noms en un Quilt de l’Amitié de Lacaze qui fera partie intégrante du Projet 70273.

70273 b

Quelques détails pratiques pour les personnes qui viendront dimanche à Lacaze par ici.

Nous vous attendons nombreux !

Quilt #161, 234 paire de croix pour ce beau symbole fait par Annie Labruyère, ambassadrice très active de ce Projet. Son blog : Des Tulipes et des Coeurs.

De nouveaux tissus en sourdine

Dans ma tentative de tout traduire en français – alors que je n’ai pas encore réussi à traduire correctement patchwork, c’est dire, sauf si vous êtes prêtes à parler de mosaïques de tissus – j’avais évoqué il y a quelque temps la mode des quilts en sourdine. C’est aussi bizarre en français qu’en anglais, je vous rassure ! Articles ici, ici et.

OHHH ! De nouveaux tissus en sourdine ! (photo Zen Chic)

J’ai présenté ce mouvement un peu différemment dans Les Nouvelles n° 125 en montrant des quilts urbains avec des tissus low-volume, avec une belle galerie de quilts de Sarah Sharp, maintenant très connue. Low-volume, c’est mettre le son bas, le mettre en sourdine.

C’est la talentueuse Malka Dubrawsky qui inventa le vocable low volume appliqué aux couleurs de tissus dans un article de Quilting Arts (Avril 2009). Elle se disait momentanément fatiguée des couleurs saturées et intenses (encore des références aux sons pour des couleurs) et voulait se reposer avec des tissus à base blanche ou claire, avec cependant des impressions en couleurs non-dominantes mais présentes quand même.

Quelle différence avec le style shabby chic ? Le shabby est du vintage clair, alors que le low-volume est du moderne clair. Je vous donne cette définition à l’emporte-pièce, mais c’est assez juste je crois.

Cette idée lumineuse des tissus clairs de couleurs pour faire des fonds semblait se tarir, laissant place aux blancs ou gris en Quilt Moderne. Faute de tissus adéquats ?

Nouveau tissus Zen Chic

Alors réjouissons-nous, Brigitte Heitland a pensé à nous ! Elle vient tout juste de recevoir les premiers tissus de sa collection que nous pourrons acheter en février 2018. Ils sont parfaits pour des tissus de fond, à assembler par exemple avec des unis qui claquent. Voici ses premiers essais via son logiciel, qui n’attendent qu’à devenir en tissus :

Que d’enthousiasmantes perspectives ! En attendant leur venue, d’autres tissus de Brigitte nous attendent. Sa nouvelle gamme est bleue :

True Blue de Zen Chic, un assortiment très doux de bleus et gris avec des touches orange qui donnent des accents chaleureux à l’ensemble. Disponible Au Fil d’Emma notamment.

Celle-ci sera disponible en automne, elle est dans ces tons chauds et froids, très inspirants également :

De quoi vous inspirer de nouveaux quilts pour la rentrée !

Pour mieux connaître cette formidable créatrice, lisez l’article qui lui est consacré dans Simply Moderne #9 et l’interview qu’elle a eu la gentillesse de m’accorder dans Les Nouvelles n° 133 (juin 2017). En plus d’être créative et intelligente, elle est si sympathique ! Ce fut un immense plaisir de partager quelques heures avec elle. Danke Dir meine liebe Brigitte!

fp133

 

 

 

Après Queenie, Betty au Florida Folk Festival

Avant-hier je vous montrais une photo de Queenie Udell remportant un franc succès avec sa démonstration de yoyos en 1978. Précisément 39 ans après, exactement au même endroit (le Florida Folk Festival existe depuis 65 ans), Betty Smith a tenu un grand stand de démonstration d’une autre tradition populaire textile, les Pine Cone quilts. Il y faisait une chaleur accablante (36°) mais l’ambiance n’a pas faibli durant 3 jours avec des danses, des musiques, des artistes de toutes disciplines…

Le panneau rappelle l’héritage de cette technique de femme à femme, de Miss Sue à Betty Smith.

Betty s’est sentie un peu la Queenie (la reine) avec toutes les femmes autour d’elle, curieuses d’apprendre son savoir-faire !

Le quilt violet qu’elle m’a dédié attirait beaucoup le regard, alors que beaucoup d’autres étaient au moins aussi attractifs. Aux plus intéressées, Betty sortait un exemplaire du magazine Les Nouvelles (France Patchwork n° 132) pour montrer l’article qui lui était consacré. Elle ne le laissait pas traîner sur la table, de crainte qu’il ne disparaisse !

Transmission du savoir dans la bonne humeur :

Fierté d’avoir appris une nouvelle technique :

Le bonheur de partager de bons moments ensemble :

Le plaisir de goûter une spécialité locale, des cœurs de palmier cuits :

Le nouveau quilt en cours de Betty a bien avancé pendant ces trois jours :

Et voilà, inlassablement Betty continue de faire connaître son art appris par son ancienne voisine, Miss Sue, dont j’ai longuement raconté la vie précédemment.

Sa dernière idée lui est venue comme une illumination (vous savez, la petite ampoule qui s’allume dans une bulle de BD) : utiliser des petits carrés de cette technique pour orner son t-shirt, histoire de revendiquer son savoir-faire et d’égayer sa tenue :

Une de ses élèves du Folk Festival lui a apporté son carré fini quelques jours plus tard, l’idée a plu à Merri McKenzie et voilà la mode est lancée !

Queenie Udell et ses yoyos

Queenie Udell a vécu en Floride, encore une de ces femmes fortes qu’on trouve dans le Vieux Sud. Elle naquit en 1919 et eut une vie de labeur, de création d’innombrables quilts, la plupart des string quilts, les plus faciles à faire à partir de petits bouts de tissus de récupération.

Elle apprit de sa mère et sa grand-mère à faire des yoyos dans les années 40. Dès lors, elle avait sa récréation, ses temps libres étaient occupés à faire des yoyos, de minuscules ronds froncés de la taille d’un dime, moins de 2 cm… Et elle en faisait par dizaines, par centaines, par milliers, les fermant avec du fil de broderie, les assemblant bien serrés pour que le quilt soit beau… Faits de petits restes de vêtements ou de feed sacks -sacs de tissu contenant des denrées alimentaires- ses quilts suscitent l’admiration, en particulier en raison de leur taille minuscule !

Il y a environ 4 000 yoyos dans ce quilt. Queenie est à gauche sur cette photo de 1977.
Autre photo de 1977.

Dans les années 70, ses quilts font parler ! Elle fut alors invitée au Florida Folk Festival où sa technique impressionna les passants.

Elle continua de faire des quilts de yoyos, aux pièces toujours aussi minuscules :

Un de ses quilts est précieusement conservé par un Musée (Florida Memory), il est montré ici à un petit groupe de quilteuses, parmi lesquelles Betty Smith, LA spécialiste des Pine Cone Quilts, autre technique ancienne populaire. Thank you Betty for this discovery and your photos!

Et ses ouvrages de yoyos sont si représentatifs des quilts populaires de la région que des granges de Floride montrent des yoyos à la manière de Queenie !

ADAMS_COUNTRY_STORE_2_COLUMN.jpg
La peinture sur le côté du magasin Adams County à White Springs (Floride) fut peint par l’artiste Janet Moses qui a su très bien rendre le volume des tissus. L’ouvrage original est de Nancy Morgan, qui voulait ainsi honorer a mémoire de Queenie Udell, la Reine des yoyos. -Photo: Bill Kilborn
Autre grange, autre dessin !

Les quilts en yoyos sont délicieusement désuets, en voici un petit florilège issu de Pinterest :

21aebfa14fcad5701dd5ae388b53019c

Mais la modernité frappe à la porte avec Rachael Daisy, en Australie :

Fair and Square ( 2016) Best in Show – 2016 Australian Modern Quilt Show First place in Modern Traditional category – 2016 Australian Modern Quilt Show
IMG_7381.jpg
Yoyos à la Mode, détail.
YoYos a la Mode (2014) 2nd place in Modern Traditional Category – 2015 Modern Quilt Show Australia

Et voilà comment le traditionnel inspire les artistes d’aujourd’hui une fois de plus !

Edit : je n’ai pas évoqué dans cet article que les yoyos étaient populaires aussi en France, heureusement les commentaires le rappellent ! Voici en exemple un gilet chiné par la sœur d’Hélène Vispé :

20170610_100157.jpg20170610_100214.jpg

Vous aussi avez sans doute vu des ouvrages de yoyos !