Simply Moderne #5

Oubliez votre quotidien parasité par tant de soucis et ouvrez le nouveau Simply Moderne ! Il arrive dans les boîtes aux lettres des abonnés et sera en kiosque en fin de semaine prochaine.photo-20160526125604

Carol Veillon et son équipe nous invitent à QuiltCon, je sais que le terme n’est pas le plus élégant en français, mais que voulez-vous,  Con est l’abréviation usuelle de Convention (= salon, congrès).
L’année dernière, le rendez-vous du gratin des quilteuses modernes était à Austin (Texas) et en février 2016 c’est la Cité des Anges (Los Angeles) qui a reçu ce Salon. Alors nous découvrons à la fois la sélection Quiltmania des plus beaux ouvrages exposés et visitons deux spots à la mode : le port et Venice Beach. Que cela a changé depuis ma visite en 1981 ! Je me souviens d’un endroit très, très sale… mais ce lieu mythique était plus intéressant que le centre de cette ville gigantesque.

http://quiltedundertheinfluence.blogspot.fr/2011/10/small-studies-with-gwen-marston.html

Gwen Marston lors d’un de ses innombrables « quilt retreats ». Photo du blog Q.U.I.

Deux personnalités sont mises en avant : Molly Upton  et Gwen Marston. Je voue un véritable culte à cette dernière et sa présentation est trop brève pour moi. 2016 est sa dernière année de travail, elle aspire maintenant à une retraite bien méritée… Elle va manquer à tant de quilteuses ! C’est elle qui la première a longuement étudié les quilts anciens de guingois, a mis en avant l’improvisation et a popularisé dans ses nombreux livres le style « parfaitement imparfait » (Liberated Quiltmaking).
Quant à Molly Upton, c’est le rappel d’un drame, une quilteuse de 23 ans au talent fulgurant qui se donna la mort en 1977. 

forest fire

Molly Upton avait pressenti plusieurs orientations esthétiques à venir, tout en travaillant « à l’ancienne » ; il paraît que ce quilt fut assemblé à l’anglaise, avec des petits papiers enveloppés de tissu ! Et pourtant, visuellement, il fait penser aux Bargellos ou aux merveilleux quilts d’Ursula Kern par exemple. La photo est floue, je n’en ai pas trouvé d’autre…  Ce quilt s’appelle Forest Fire.

torrid dwelling

Torrid Dwelling, Molly Upton. Qui dirait que ce quilt a plus de 40 ans et date d’avant le cutter rotatif ?

Le prochain QuiltCon aura lieu sur la côte est dans la ville de Savannah (Georgie). L’histoire de cette ville concentre un grand nombre d’événements historiques et il paraît que c’est une des plus charmantes des Etats-Unis ! Ce serait un rêve d’y aller en février prochain…

QuiltConEast-DatesLocation1

La section des modèles est importante avec pas moins de 17 quilts expliqués et plusieurs techniques originales. Si vous lisez régulièrement la Ruche, vous retrouverez quelques-uns des thèmes déjà évoqués, présentés ici par diverses stylistes. Ne manquez pas l’introduction au patchwork improvisé qui insiste sur l’aspect ludique de cette forme d’expression ! Et puis saluons le quilt de la couverture cousu et matelassé main par Carol Veillon : mais où trouve-t-elle le temps de quilter ?

 

Le projet FOU !

1202278Catherine Bonte, notre chère Présidente de France Patchwork, a lancé un projet fou l’année dernière : demander aux adhérents de l’association de participer à l’habillage d’un pignon aveugle de la Manufacture Bohin. Non pas avec de la peinture comme NeSpoon, mais avec des blocs de tissus « rouge Bohin » assortis aux couleurs du logo de France Patchwork.

A Paris, les blocs venant de la France entière ont été assemblés et dévoilés pour la première fois en pleine rue fin avril :Projet Fou BOHIN FRANCE PATCHWORK

Hier enfin, jour J pour hisser le top sur le pignon de la Manufacture BOHIN :

Projet Fou BOHIN FRANCE PATCHWORK

Accrochage par des professionnels…

Projet Fou BOHIN FRANCE PATCHWORK

WOW ! Un projet fou devenu réalité !!

Projet Fou BOHIN FRANCE PATCHWORK

Il faut ensuite donner de sa personne pour tout vérifier… Décollage imminent !

 

Projet Fou BOHIN FRANCE PATCHWORK

Ouh !!! Pas si haut ! Décidément, la vie de Présidente n’est pas de tout repos.

Projet Fou BOHIN FRANCE PATCHWORK

Vérification : tout va bien !

Projet Fou BOHIN FRANCE PATCHWORK

Touche finale, hommage au fondateur de la Manufacture, Benjamin Bohin.

 

Projet Fou BOHIN FRANCE PATCHWORK

Et Voilà !

(photos Facebook BOHIN France et Catherine Bonte Daraignez)

stickers-fais-de-ta-vie-un-reve-R1-185391-2

Bravo à tous les participants et merci Catherine pour tes idées folles, nous adorons !

24/05/2016 : un diaporama bien plus complet relatant ce Projet FOU et ses réalisations, ainsi qu’un aperçu du travail colossal mené à Paris, est visible sur le blog Les News de France Patchwork ici (cliquez sur le lien dans l’article).

 

La dentelle bretonne s’affiche en blanc et noir

actu_4262_1Découverte d’une artiste polonaise, NeSpoon, qui allie la finesse de la dentelle traditionnelle et le street art. Globe-trotteuse, elle sévit partout😉 ! Elle admire et met en scène les dentelles imaginées par les femmes du monde entier qui partagent cette envie de beauté faite de fil, de patience et de dextérité… Elle s’émerveille de la connexion invisible entre ces femmes qui ont inventé les mêmes motifs de par le monde. NeSpoon allie modernité et tradition avec son art qui, espère-t-elle, entraîne des ondes positives pour tous.

Voyez par exemple cette maison réhabilitée avec juste de la peinture blanche et noire à Fundão, au Portugal :

NESPOON

Vue de plus près :

NESPOON

NeSpoon, 2014

Le 15 mai dernier, elle s’est attaquée au pignon de l’espace associatif, Place des Carmes au centre de Pont-l’Abbé, dans le pays bigouden (Finistère sud) :

pignon NESPOON

Le pignon aveugle est d’abord peint en blanc, 70 m2 d’expression…

stencil NESPOON

Puis commence la peinture au stencil, à la peinture noire.

nespoon

Dernières retouches sur la dentelle aux picots…

NESPOON

Et voilà, un petit centre-ville rénové de la plus belle des manières qui soit, mettant à l’honneur les dentelles de nos grand-mères !

Et rue Danton, les passants découvrent une oeuvre en forme de toile d’araignée… bretonne, comme un attrape-rêves des Indiens d’Amérique :

NESPOON

Au Pays de la dentelle bretonne, tradition et modernité se rejoignent harmonieusement !

NESPOON

BRAVO à cette jeune femme !

Le fil de ces animations s’étire d’avril à octobre pour brodeuses, tricoteuses, dentellières… et des quilteuses s’y manifesteront peut-être aussi !

Photos Facebook et  Bigouden TV

 C’est cette technique du pochoir – ou stencil – que Kristine l’Abeille a utilisée pour son bouquet de violettes, à l’aide d’un napperon de dentelle en papier (pour les pâtissiers) et de la peinture blanche pour textile :

Kristine - La Ruche des Quilteuses

Le blanc, le noir, le rouge

 Dire que le blanc n’est pas une couleur mais le mélange de la lumière de toutes les couleurs est éminemment moderne. De même, le noir n’a pas toujours été considéré comme l’ultime manque de luminosité, l’absence de couleur reçue par l’œil.  

Couleures-pures-teintes-tons

Depuis Newton, les couleurs font la roue ! Cette conception physique cohabite avec le facteur hautement culturel des couleurs.

D’après l’historien médiéval et spécialiste des couleurs Michel Pastoureau, la base des couleurs dans l’antiquité et jusqu’au Moyen-Âge était la triade blanc-noir-rouge. Chacune était une couleur-pigment. Le noir fut le premier pigment, préparé à partir de bois noirci (charbon). Le blanc issu d’une matière crayeuse était un pigment visible sur tous les matériaux de fond utilisés : le gris de la pierre, l’écru du tissu naturel, le brun du bois, puis le beige du parchemin… Quant au rouge, issu d’abord des terres ocres puis de nombreuses origines végétales ou animales, il était LA couleur par excellence, la plus diversifiée, opposée au blanc ou au noir. On garde en espagnol le mot colorado qui signifie à la fois coloré et rouge !

18946319_merci_qui_blanche_neigeCette triade reste au fil du temps extrêmement visuelle et utilisée ; rappelez-vous par exemple Blanche-Neige, aux cheveux noirs comme l’ébène, la peau blanche comme la neige et les lèvres rouges comme la goutte de sang… La trilogie à succès Twilight joue également sur ce code :

35217671

Dans le monde du patchwork, les œuvres rouges, blanches et noires forment des géométries très puissantes, parfois même dérangeantes… comme l’image au-dessus qui n’arrête pas de sauter, n’est-ce pas ?…

Pour oublier ce désagrément, voyez ci-dessous la réussite de cette triade utilisée par Luke Haynes. S’inspirant des 100 objets d’art de Donald Judd, architecte-concepteur, exposés à Marfa au Texas,  Luke a conçu 50 quilts, tous de 90 inch de côté (près de 2,30 m) et tous des variantes de Log Cabin. Chaque bloc a bien sûr le centre rouge, entouré de tissus de récupération de toutes sortes qui se « lisent » noirs et blancs de loin. 

luke

C’est une partie de l’exposition, montrant l’incroyable variété des quilts sur ce thème unique !

Si vous lisez l’anglais, vous aurez d’autres renseignements par ici. Mais je vous conseille vivement de consulter le tout nouveau Quiltmania (n° 113) qui consacre à cette exposition 8 pages magnifiques !

2010

Luke Haynes, autoportrait en quilt (2010).

Ici Colette est née, là Colette a aimé…

Maison de Colette

colette

Colette en 1902 (29 ans), après avoir coupé ses longs cheveux.

Très jeune j’ai aimé les textes de la romancière Colette. C’est à l’école, au fil des dictées,  que je l’ai découverte, la petite Claudine de mon âge, me charmant par sa légèreté, son espièglerie, sa sensibilité aux beautés simples qui l’entourent. La justesse des mots choisis, l’élégance de la prose me séduisaient déjà.

rue coletteMaison-natale-de-Colette

Plus tard j’ai lu la plupart de ses livres, vu la plupart des films, et il m’en reste le souvenir d’une femme libre, cultivée, sensuelle et qui a fait avancer la condition féminine. Mais surtout il en reste un parfum d’amour de la nature,  l’enchantement des fleurs dans son jardin, l’amour pour ses chats des Chartreux à l’œil d’or et la robe d’argent. 

Chartreux-01-1030x685

La semaine prochaine, le 25 mai 2016, c’est l’ouverture de la maison natale de Sidonie-Gabrielle Colette (Colette est son patronyme) entièrement rénovée grâce à des passionnés et l’intervention de mécènes.

IMG_0242-940x480

Le village de Saint-Sauveur-en-Puisaye devient un lieu consacré à la littérature, au patrimoine culturel, à de multiples activités autour de ces thèmes à préserver.

maisondecolette

Magnifique initiative ! Il me tarde de découvrir un jour cette maison rénovée avec minutie et respect de l’exactitude, jusqu’à faire rééditer les papiers peints et replanter le jardin à l’identique !

rédition pp

 

 (photos Facebook, La Maison de Colette)

Colette ne quiltait pas, ce n’était pas dans sa culture, mais elle brodait :

colette brode

Depuis 20 ans, Colette est dans mon quotidien d’une drôle de manière : j’ai baptisé ma maison Rozven, du nom de celle de Colette en Bretagne… Autre maison, autres horizons !

Contrairement à ce qu’on lit un peu partout, Rozven ne signifie pas la rose des vents mais ici la dune blanche en breton ! D’après mon oncle prof d’anglais et de breton, on pourrait aussi le traduire par la rose blanche (contraction de roz gwenn), et c’est pourquoi j’ai planté une quinzaine de rosiers Iceberg dans mon jardin…

Une grand-mère prévoyante

Maïté est déjà l’heureuse grand-mère de huit petits-enfants… et le neuvième est annoncé, ce sera une petite fille. Alors bien sûr, c’est l’occasion de préparer un nouveau quilt ! Du graphique, du moderne, des couleurs toniques, tels sont les souhaits de la fille de Maïté, pour que la couverture s’intègre bien à leur intérieur très moderne. Notre amie a donc opté pour l’association du turquoise et du fuchsia, avec ses déclinaisons plus claires et plus foncées, tissus mis en scène avec un très joli bloc moderne coupé à main levée. Pour calmer cette explosion de couleurs, une bande gris clair encadre le quilt.

DSC03680DSC03685

Des petits points de broderie au coton perlé bleu ou framboise font office de quilting en bordure, alors que les carrés ont été matelassés à la machine, dans la couture.

DSC03683

La couverture, vue de dos. Nous voyons bien la bordure de finition en association de bandes de récupération.

DSC03690

Elément-surprise adorable, un carré est cousu en poche, permettant au petit lapin de trouver un lit à sa taille.

DSC03699

DSC03697

Maïté ne s’est pas arrêtée en si bon chemin…

DSC03692Avec les chutes de tissus, Maïté a repris le même modèle pour un quilt de berceau ou de couffin. Cette fois-ci, pas de bande grise autour… Il ne manque plus qu’à d’attendre l’heureuse arrivée pour broder prénom et date de naissance de la petite-fille si tendrement attendue !

DSC03693

Oh là là !

Oh là là ! est une expression française typique, bien connue au-delà du monde francophone.

Oh là là ! me suis-je dit ce matin en voyant l’article de mon amie LeeAnn de Nifty Quilts. Elle met à l’honneur les articles la concernant parus dans Les IMG_9164Nouvelles, Patchwork et Création Textile n° 129, le magazine de l’association France Patchwork, dans lequel je suis très fière d’écrire. Effectivement pour ce numéro, j’ai profité de ma grande amitié avec LeeAnn pour transcrire un entretien sur sa vision du patchwork, ses influences, ses goûts… Son expression est libérée des carcans de l’apprentissage traditionnel et elle s’efforce toujours d’exprimer son ressenti dans ses créations. Ce n’est pas le flux majeur du « Modern Quilting », du patchwork moderne, mais c’est celui qui me ressemble le plus !

Egalement, j’ai mis en avant son quilt French Connection, expression  de son hommage aux victimes du 13 novembre.  Il est fait notamment de tissus que Will Vidinic et moi lui avons offerts lors de sa venue en France en juin 2015.

IMG_9161

Le patchwork est une passion grâce à laquelle naissent de très belles amitiés, mais vous le savez sûrement déjà…

Thank you so much LeeAnn for this highlighting!