La Ruche des Quilteuses

Les Abeilles s'expriment !


18 Commentaires

S comme Sonia Delaunay ou Simultané

 S  comme  Sonia Delaunay  ou  Simultané

 par Kristine, de la Ruche des Quilteuses

Avec Sonia, nous entrons dans le monde de la couleur ! 

Il est trop tard pour aller à Paris visiter la rétrospective qui vient d’avoir lieu au Musée d’Art Moderne consacrée à Sonia Delaunay. Heureusement il nous reste des livres avec une iconographie abondante, nous offrant les diverses facettes de cette artiste (1885-1979).

Sonia Delaunay

Avec son mari Robert Delaunay, ils forment un duo artistique. A quatre mains, ils excellent dans l’art de la peinture, la mode vestimentaire, le textile, la décoration, les costumes de théâtre… Ils créent ensemble des œuvres qui s’inscrivent dans un mouvement artistique appelé simultanisme ou simultanéïsme, consistant à introduire le principe du contraste simultané de couleurs dans leurs travaux. 

Nous pouvons en retenir que la perception des couleurs change selon son environnement ; c’est le thème de la valeur (clair ou foncé) mais aussi celui des couleurs qui vont bien ensemble ou pas, celles qui se complètent et celles qui se heurtent, et surtout donc le changement de perception de la couleur en fonction de celle d’à côté, car le cerveau cherche sa couleur complémentaire... Ce n’est pas sans rappeler les illusions d’optique parfois inexpliquées ! D’autres renseignements sur la Loi du contraste simultané des couleurs sur ce lien, principe établi par le chimiste français Michel-Eugène Chevreul, dont les études sont très détaillées.

Volontairement, je ne relate ici qu’un petit aperçu du volet textile chez Sonia Delaunay, un des thèmes favoris de la Ruche.

Ses œuvres textiles sont toujours d’actualité et pourrait bien nous inspirer, nous quilteuses ! Ses dessins d’imprimés et de vêtements originaux incitent à créer, à la manière des quilts destructurés et  libérés, des quilts modernes et innovants… On peut s’inspirer de tous ces motifs géométriques pour créer des blocs en vue d’une courtepointe pour l’hiver prochain ! 

En 1911, Sonia Delaunay réalise sa première œuvre abstraite avec du textile. Il s’agit d’une couverture pour son jeune fils Charles, c’est un assemblage de coupons de couleurs vives, réalisé dans la tradition ukrainienne, (pays dont elle est originaire). Elle joue avec les couleurs des tissus comme elle le fait dans sa peinture.

Certains voient la silhouette de la Tour Eiffel, la trouverez-vous ?

sd1

Effet de patchwork « crazy », mais très éloigné du crazy victorien !

 

Puis elle se lance dans une longue connivence avec la mode :

sd2

1913 La robe simultanée de Sonia Delaunay pour le bal Bullier

 

sd3

En 1922, robe simultanée bleu et vert. L’art moderne descend dans la rue !

sd4

En 1923, un manteau de broderie de laine pour l’actrice Gloria Swanson

 Il y a eu les robes-écharpes, les robes-toupies, toute une effervescence géométrique et colorée autour du corps de la femme qui devient oeuvre d’Art Déco en mouvement ! 

sd5

Au coeur du monde artistique parisien, Sonia dessine en 1923 une robe-poème d’après une poésie de Tristan Tzara.

 

En 1928, des costumes pour le Carnaval de Rio !

En 1928, des costumes pour le Carnaval de Rio !

 Dans un article paru dans le Monde daté du 14 octobre 2014, Sophie Chassat nous précise à propos des robes de Sonia Delaunay : 

Ses premières « robes simultanées » étaient pensées sur le modèle du patchwork, de la couture-collage de différents morceaux de tissus colorés. Les critiques les dénigrèrent en les appelant « habits d’Arlequin », oubliant que c’était peut-être justement, à travers ce patchwork en forme d’« habits d’Arlequin », que s’exprimait au plus juste la modernité d’un  monde qui n’avait plus de réelle unité.

Exprimer le monde comme il va, d’une manière unique, voilà bien la preuve qu’avec ses robes simultanées, Sonia Delaunay faisait œuvre d’art.

 

Mon carnet d’échantillons, inspirés des tissus de Sonia Delaunay :

sd7 sd8 sd9 sd10 sd12 sd11

Ces croquis sont une inspiration à l’infini pour les quilteuses d’aujourd’hui !

Pour notre plus grand bonheur Sonia Delaunay vécut longtemps et dessinait toujours dans les années 1960. Toujours jeune d’esprit, toujours dans l’actualité, elle s’entretint avec Jacques Dutronc en 1968 (vidéo) : prenez quelques minutes pour la visionner et tomber sous le charme de cette dame et du jeune couple Dutronc/Hardy !

La robe créée pour Françoise Hardy, couturier Marc Bohan chez Christian Dior.

La robe créée pour Françoise Hardy, couturier Marc Bohan chez Christian Dior. Nous pouvons voir cette robe dans la vidéo de l’INA en lien ci-dessus.

Un clin d’oeil aux adhérents de France Patchwork de la région Midi-Pyrénées, en pleine année de labeur sur le Patrimoine régional : voici des créations de 1928, un tissu de soie évoquant nos murs de briques et un costume pour le Carnaval de Rio, à adapter en costume de violettes peut-être ;-) ?… 

sd14

 

Pour sensibiliser les enfants à cet univers ou pour votre propre collection, voici un livre pop-up amusant pour jouer avec les formes, les couleurs et les costumes, intitulé :

madame  SONIA DELAUNAY
Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris

Gérard Lo Monaco et Adeline Souverain
Ed. Paris Musées

sd15Ce voyage en couleurs se termine ici, êtes-vous prêtes à jouer avec elles à la manière de Sonia Delaunay dans un prochain ouvrage textile ?

 

Bibliographie :

Sonia Delaunay Modes et tissus imprimés – Jacques Damasse Editeur
Sonia Delaunay Les couleurs de l’abstraction – Musée d’Art Moderne de la ville de ParisDossier pédagogique exposition du 17/10/2014-22/02/2015 – Musée d’Art Moderne de la ville de Paris

Sur la toile :

http://mam.paris.fr/fr/expositions/exposition-sonia-delaunay
http://www.atelierdemma.com/lartiste-du-vendredi-sonia-delaunay/
http://www.tata-georgette.com/2015/01/sonia-delaunay-les-couleurs-de-l-abstraction.html


14 Commentaires

Des femmes russes à l’ouvrage

La Ruche a la chance d’avoir quelques lectrices russes. Elles font des quilts tout comme nous, suivant les mêmes modes, les mêmes thèmes, grâce à internet. J’aime beaucoup le blog de Natalia de Novossibirsk, capitale de la Sibérie ! C’est drôle de penser que nos vies doivent être fort différentes mais que nous sommes proches par notre passion commune… Parfois aussi on peut admirer chez nous, comme l’année dernière à Ste-Marie-aux-Mines, d’exceptionnels ouvrages aux accents slaves.

Pour les quilteuses russes et pour le plaisir de nous toutes, voici donc un tableau que vient d’éditer Lori Kennedy, une des reines du quilting machine, qui nous régale souvent de belles peintures de femmes à l’ouvrage :

Screen-Shot-2015-02-27-at-11.41.19-AM

J’ai été extrêmement séduite par la fraîcheur des couleurs, l’attention des jeunes filles toutes à leur ouvrage, ainsi que la belle forêt de bouleaux en arrière-plan… Tableau de Nikolai Bogdanov-Lelsky (1868-1945)

Bon dimanche, où que vous soyez !


20 Commentaires

Perception et illusion

Connaissez-vous cette danseuse qui tourne ?

220px-Spinning_Dancer

Regardez-la bien. Elle tourne toujours dans le même sens… et puis soudain hop ! elle change de sens. Si vous la regardez à plusieurs, elle ne changera jamais de sens au même moment pour tout le monde ! C’est une histoire de domination de l’hémisphère droit de votre cerveau si elle tourne dans le sens des aiguilles d’une montre et du gauche si elle tourne dans le sens inverse. Trop drôle :-)

Si, désespérément la demoiselle ne veut pas changer de sens, un petit truc proposé par mon fils : tout en regardant la danseuse infatigable, imaginez quelque chose (par exemple ce que vous pourrez faire demain), puis souvenez-vous de quelque chose… La danseuse devrait changer de sens car vous ne sollicitez pas les mêmes zones de votre cerveau !

Cette illusion d’optique fut concue en 2003 par le Japonais Nobuyuki Kayahara.

-oOo-

Illusion d’optique bien plus récente, l’affaire de la robe qui nous en fait voir de toutes les couleurs :

26.02-La-photo-de-la-robe-postee-par-Swiked-sur-Tumblr.-1280

C’est la nouvelle robe de Caitlen, qu’elle a photographiée et mise en ligne jeudi dernier. Elle est troublée par les commentaires de ses amis qui ne la voient pas de la bonne couleur… et la photo fait donc le tour du Net ! Moi je la vois, comme la majorité des personnes, blanche et or. Certes, le blanc est bleuté car la robe est à l’ombre. Les Impressionnistes ne peignent-ils pas les ombres bleues ou même violettes ?… C’est le grand thème sur internet car la robe est en réalité… bleue et noire, c’est plutôt ainsi que mon mari la voit d’ailleurs. La voici sur catalogue :

B-1l26HXAAEJ48-

Mystère non encore élucidé, même si, sur les Décodeurs du Monde, certains scientifiques semblent comprendre ce qui se passe…

 


11 Commentaires

Une ribambelle de fanions…

Des fanions volant au vent, c’est l’inspiration de ce quilt tonique :

Des fanions sous la neige...

Photographié la première semaine de février, on aperçoit des restes de neige dans le jardin !

 Déjà, les deux années précédentes, Kristine produisait de nombreux quilts inspirés par Bernadette Mayr ; depuis qu’elle a découvert le livre de Sujata, c’est un enthousiasme renouvelé !! L’une et l’autre, l’Allemande et l’Indo-américaine, proposent des styles de patchwork qui lui convient au mieux.

Ce quilt au fond noir, néanmoins très gai, fut fait à la vitesse de l’éclair, assemblé et quilté en quelques demi-journées : c’est le privilège des tops coupés et cousus au coup d’oeil et à main levée. Ainsi sont faits toute une branche de quilts contemporains. Celui-ci est toujours issu d’un modèle du livre de Sujata Shah (livre : Cultural Fusion Quilts, C&T éditions). Un éditeur aura-t-il l’idée de le faire traduire pour toutes celles qui préfèrent les textes en français ?…

Inspired by Sujata Shah

Très difficile à distinguer sur photo, le quilting ton sur ton indique que le quilt est inspiré par Sujata Shah. On le voit pourtant très bien « en vrai » !

Les magnifiques tissus sont de Brigitte Heitland, la styliste de ZEN CHIC. Kristine les lui avait achetés à Sainte-Marie-aux-Mines en septembre dernier et conviennent parfaitement à ce style de patchwork. C’était un sac de coupons restant de la collection Barcelona !

ribambelle de fanions Kristine la Ruche des Quilteuses

Ici le titre, en fil contrasté, se voit bien mieux.

Pas d’étiquette au dos, tout est dans le quilting ! Et il ne manque pas le petit crayon du souvenir : 

DSCN6176 (2)

 

Prochainement, Kristine partagera ici avec nous sa passion pour le style et les oeuvres d’une femme d’origine ukrainienne… Vous ne trouvez pas ? Alors, patience !


24 Commentaires

Des quilts en Inde, des traces d’universalité

Le point avant, le point universel… non seulement pour l’assemblage invisible de deux pièces, couture basique, mais aussi pour la consolidation d’un tissu ou de plusieurs couches de textiles, en matelassage ou quilting, appelez-le comme vous voulez ! Les quilts bosniaques dont on parlait au début des années 2000, le boutis comme le trapunto, le kantha bengalais, le sashiko japonais… Tous ont pour base le point avant, le point qui court, running stitch en anglais, que je trouve si imagé que je le présente ainsi aux enfants ! Point indispensable, rapide, à la fois utile et décoratif.

BQW_Naht_camila_c_LF-scrollbox_landscape-c9193566b770e40f4b73557f06f7271b

Bosna quilt, quilt d’exposition reprenant les codes des quilts utilitaires du pays.

 

Sampler de motifs de sashiko

Sampler de motifs de sashiko

boutis modèle Nicole Astier-fait par Danyl

Extraordinaire boutis, vu en transparence. Je ne sais pas si Danyl l’a fait au point avant, point traditionnel, ou de piqûre, plus solide. Art raffiné à la Française…

On appelle kantha une broderie au point avant, faite à l’origine pour maintenir ensemble des morceaux de tissus de toutes sortes sur plusieurs épaisseurs. On peut penser à une similitude avec les Boros du Japon, dont on a longuement fait état les années précédentes. Cette année à l’Aiguille en Fête, il y avait, parmi de nombreuses autres merveilles d’Orient, des Kanthas récents qui étaient tous à vendre. Ici plusieurs formes de formes de broderies kantha, faites pour l’exportation, sont réalisées sur un grand panneau textile :

IMG_7039

Beau motif de coquilles sur un tissu teint en bandes verticales roses et vertes.

IMG_7040

Tissu uni clair, entièrement décoré de points avant. Certains remplissent les espaces, donnant un effet d’impression du tissu.

IMG_7048

Trois couleurs de fils pour un effet géométrique

Même couleur de fil pour un mélange géométrique et figuratif qui doit être très amusant à inventer au fur et à mesure :

IMG_7043IMG_7042

IMG_7041

IMG_7044Les kanthas peuvent aussi être ainsi :

IMG_7046

Motif figuratif élaboré aux belles couleurs !

 Grâce à des associations, le kantha est un savoir-faire qui est actuellement sauvé de l’oubli. A l’origine humble piquage d’étoffes usagées cousues ensemble pour protéger et embellir les personnes et les objets, les qualités décoratives de ces textiles les érigent en objets de collection. Vous en saurez sans doute plus, très prochainement, dans la presse spécialisée ! 

Si le kantha provient du Bengale, vaste territoire partagé entre l’Inde et le Bengladesh, on trouve ailleurs en Inde, plus à l’ouest, des patchworks quiltés. Il y a un air de famille en raison des points avant omniprésents, ainsi que l’origine indienne. Des différences aussi, mais on peut trouver toutes les variantes qui font que toutes ces pratiques ne sont pas éloignées ! Quelques patchworks indiens étaient exposés l’année dernière, toujours à l’Aiguille en Fête, mais aussi en Alsace en 2013 à l’occasion de la sortie du livre de Geeta Khandelwal :

Livre bilingue Godharis, nous faisant voyager dans l'Inde centre-ouest.

Livre bilingue Godharis (Quiltmania), nous faisant voyager dans l’Inde centre-ouest. A côté, mes jolis tissus Neelam, des unis tissés-teints aux couleurs naturelles. Il me tarde de commencer quelque chose avec eux !

Comme un carnet de voyage, Geeta nous raconte un périple dans un monde rural varié, aux femmes qui confectionnent des godharis, des quilts en bon français ;-). Jamais ces quilts ne sortent du village, ce sont des objets utilitaires. Ils sont faits principalement de restes de saris, coupés sans ciseaux (le tissu est entamé par une lame de rasoir, puis déchiré), mesurés à l’aune du doigt, de la main, de la coudée… Alors évidemment on ne peut attendre un piécé absolument rectiligne. Mais qui s’en soucie ? Les godharis sont là pour tenir chaud, un point c’est tout ! Certaines nuits, même au coeur de l’Inde, il peut faire bien frais.

Geeta

Geeta Khandelwal, auteur du livre Godharis.

Pour maintenir les couches textiles entre elles, le quilting est soutenu, avec des points avant qui courent parallèlement puis changent de sens, juste pour suivre un motif ou pour le plaisir :

textile Sujata shah

On aperçoit l’assemblage du même tissu, quilté avec des fils changeant parfois de couleur… et de direction ! Photo Sujata Shah en Inde.

Un motif dessiné, cousu, montré plusieurs fois dans ce livre me rappelle un modèle de quilt qui fit grand bruit il y a quelques années dans Quiltmania, dont un bloc de patchwork était en forme de svastika… d’ailleurs pas vraiment, mais le quilt était nommé ainsi (Quiltmania n° 52). Dans le numéro suivant, des excuses étaient présentées. C’est toujours en Inde un signe extrêment bénéfique, ainsi que dans le boudhisme et de nombreuses civilisations passées ou actuelles (dès le néolithique, et aussi notamment chez les Navajos, les Kunas, etc.). De ce beau symbole universel, notre plus sombre histoire du 20e siècle en a fait un signe honni, ce qui a pour conséquence qu’en Occident on ne peut plus se permettre de l’utiliser…

Vous découvrirez dans le livre certains Godharis extrêmement proches de quilts américains. Peut-on imaginer des quilts ayant voyagé, ou des quilteuses d’un pays ou l’autre ayant transmis ses connaissances ? L’auteur pense plutôt à l’universalité de certains motifs, vérifié maintes et maintes fois…

Universalité des choses, c’est ce qui m’a traversé l’esprit en lisant ce livre sur les femmes en Inde peu après celui de Roderick Kiracofe qui raconte un peu la même histoire dans les Etats-Unis ruraux. Universalité de la géométrie et de l’esthétique, quand j’ai vu des photos de godharis qui ressemblent un peu au quilt fait pour ma fille :

2009_049_0007

Godhari

Katell Renon

Petit air de ressemblance, n’est-ce pas ?… 10 ans de lavages l’ont rendu moins flamboyant qu’à l’origine. Il est quilté à gros points au coton perlé, il n’a pas de nom mais je l’appellerais bien Godhari maintenant !

Un coucou à Sujata Shah, actuellement en voyage en Inde, qui a eu la chance de rencontrer Geeta Khandelwal la semaine dernière. Voyez son article ici, avec de très belles photos. Elle se sent tellement liée aux deux pays qu’elle peut résumer ses influences ainsi :

facebook the root connection

-ooOoo-


10 Commentaires

Le livre de Dijanne Cevaal consacré à la France arrive bientôt !

Nous avons été quelques unes à contribuer au financement de la parution du livre de l’artiste australienne Dijanna Cevaal, souvenez-vous…

Musing in Textile

 

Il ne saurait tarder à arriver dans nos boîtes aux lettres ! Le travail de préparation des paquets, avec les diverses options possibles, a dû être un vrai casse-tête. Il me tarde de le lire !

Si vous souhaitez vous assurer que vous êtes bien dans la liste des destinataires, voyez la liste sur le blog de Dijanne. Et si vous devenez accro à son style, le prochain livre sera sur l’Italie !


8 Commentaires

Un jour, Une expo

Villeneuve Tolosane

Villeneuve Tolosane est une de ces jolies petites villes dans les alentours de Toulouse. La déléguée France patchwork 31 précédente, Josette Billard, faisait partie du club de patchwork de cette ville. Ce club continue de nous étonner à chaque exposition, toujours avec des oeuvres de grande qualité. Annie Cunnac et ses amies espèrent un nombreux public, qu’elles accueillent toujours avec beaucoup de gentillesse !

affiche

Une seule journée d’exposition, à ne pas manquer :
Dimanche 8 mars 2015 de 10 h à 18 h

-oOo-

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 277 autres abonnés