Quilting selon la technique Amish – Première partie

Dès la naissance de ce blog, une charmante Patricia nous laissait de gentils commentaires… Je me suis vite rendu compte qu’elle habitait le département voisin et, en septembre, elle a souhaité s’inscrire au Club où sévissent les Abeilles. Intégration très rapide de cette Abeille Voyageuse, Argentine d’origine et Ariégeoise d’adoption (elle a le triple A), qui préfère plus que tout assembler et quilter à la main. Elle nous fait le plaisir de nous raconter une expérience marquante toute récente.

NB : texte en français, anglais et espagnol à la suite, Google traduction va être en vacances !

-=-=-=-

Quand j’ai lu l’article sur Mme Esther Miller dans « Les Nouvelles, Patchwork et Création Textile » (n°105, Juin 2010)*, je me suis dit : « Je veux rencontrer cette dame : une ex-fille Amish, habitant en Allemagne  depuis plus de 40 ans et qui donne des cours en France…  je n’aurai pas trop d’opportunités comme celle-ci. » J’ai dû attendre le 17° Carrefour Européen à Sainte Marie aux Mines, Alsace, en septembre 2011, pour pouvoir la rencontrer et suivre un stage de deux jours avec elle. Ça a été un de mes plus beaux cadeaux d’anniversaire !

Je dois vous dire que j’adore quilter à la main, c’est presque comme une méditation (quand je suis seule) et un plaisir à partager quand je suis en groupe de quilteuses.

Quilter à la main à la manière Amish, c’est-à-dire avec un métier et dans toutes les directions sans bouger le quilt, était une des choses que je voulais vraiment apprendre. Dans le stage, nous étions douze femmes, six autour de chaque métier, comme dans les ‘quilting bees’ (les groupes de femmes qui se réunissent pour quilter ensemble) mais dans ce cas là, chacune travaillait sur son propre carré.

L’enseignement a été clair et orné d’histoires sur la vie Amish et le ‘pourquoi et comment’ ils font leurs quilts de cette manière.

Une belle rencontre ! Esther est très ouverte, sa pédagogie et sa patience pour enseigner m’ont touchée et le plaisir et la joie de travailler sur mon carré ont été immenses. Bien sûr, je ne vous cacherai pas que le début n’a pas été très évident. Apprendre une nouvelle technique (surtout pour quilter vers le haut)  demande toujours de l’ouverture, l’envie et beaucoup de patience envers soi-même, alors quand mes points n’étaient pas beaux…. je souriais, je respirais profond et je recommençais.

J’ai fini le quilting de mon carré chez moi, avec un tambour sur pied (Homestead quilting hoop, Hinterberg Design, acheté au Petit Comptoir à Toulouse). Je suis ravie de travailler avec ce tambour ; c’est reposant pour mon dos, ça me permet d’avoir la bonne tension du quilt et c’est beau à voir dans mon salon.

La suite de cet article bientôt sur ce blog : quelques astuces et les outils que j’ai appris à utiliser pendant le stage d’Esther Miller.

Patricia

                                           

(photo du site Carrefour Européen 2011)

Photo : pendant le stage, autour des métiers…/During the workshop, around the frames…/Durante el curso, alrededor de los bastidores…

-=-=-=-

Quilting according to the Amish technique

When I read the article of Mrs. Esther Miller in `Les Nouvelles, Patchwork et Création Textile’ (n°105, June 2010)*, I said to myself: “I want to meet this lady : a former Amish-girl, living in Germany for more than 40 years who gives workshops in France… I will not have too many opportunities like this one. ” I had to wait until the 17th European Patchwork Meeting, in Sainte Marie aux Mines, Alsace, in September 2011, to be able to meet her and follow a two-day workshop. That was one of my beautiful birthday’s gifts!

I have to tell you, I love hand quilting, it is almost as a meditation (when I am alone) and a pleasure to share when I am in group of quilters.

Hand quilting in the Amish way, meaning, with a frame and in all the directions without moving the quilt, was one of the things I really wanted to learn. In the workshop, we were twelve women, six around each frame, as in the `quilting bees’ (a women meeting to quilt together) but in this case, each one worked on its own square.

Teachings were clear and highlighted with stories about Amish’s life and the `why and how’ they make their quilts like that.

A beautiful meeting! Esther is very open, her pedagogy and her patience to teach touched me and the pleasure and the joy of working on my square were immense. Of course, I will not hide you that, at that beginning, it wasn’t easy. To learn a new technique (especially for quilting upwards) is always asking for opening, the desire and a lot of patience towards oneself, so then when my stitches weren’t beautiful…. I smiled, I breathed deeply and I started again.

I finished the quilting of my square at home, with a standing hoop (Homestead quilting hoop, Hinterberg Design, bought at Le Petit Comptoir, Toulouse). I am delighted to work with this hoop ; it is resting for my back, that enables me to have the good tension in my quilt and it looks beautiful in my living room.

Following article: some tips and the tools I learned to use during the master classes with Esther Miller.

Patricia

-=-=-=-

Quilting (Alcolchar) con la tecnica Amish.

Cuando leí el articulo de la señora Esther Miller en la revista ‘Les Nouvelles, Patchwork et Création Textile’ (n°105, Junio 2010)* me dije: “Yo quiero conocer a esta mujer. Una ex niña Amish que vive en Alemania desde hace mas de 40 años y que da cursos en Francia… no tendré muchas oportunidades como esta” Tuve que esperar al 17° Carrefour Europeo en Sainte Marie aux Mines, Alsacia, en Septiembre 2011,  para poder conocerla y tomar un curso de dos días con ella. Fue uno de mis mejores regalos de cumpleaños! 

Debo decir que me encanta ‘quilter’ (hacer acolchado) a mano, es casi como una meditación (cuando estoy sola) y un placer compartido cuando estoy con un grupo de quilteuses.

Acolchar a mano, como los Amish, es decir, con un bastidor y en todas las direcciones sin mover el quilt, era una de las cosas que yo mas quería aprender. En el curso, éramos doce mujeres, seis alrededor de cada bastidor, como en los ‘quilting bees’ (los grupos de mujeres que se reúnen para acolchar juntas) pero en este curso, cada una trabajo sobre con su propio cuadrado.

La enseñanza fue clara y  enriquecida con historias y los ‘por qué y como” los Amish trabajan de está manera.

Un hermoso encuentro! Esther es muy abierta, su pedagogía y su paciencia para enseñar me marcaron mucho y fue un placer y una alegría inmensa trabajar sobre mi propio cuadrado. Claro que no voy a negar, al principio no fue fácil. Aprender una nueva técnica (sobre todo para acolchar hacia arriba)  necesita que estemos abiertos, tener ganas y  mucha paciencia consigo mismo, entonces cuando mis puntos no eran muy bonitos…yo sonreía, respiraba profundo y comenzaba de nuevo.

Terminé el acolchado de mi cuadrado en mi casa, con un bastidor sobre pie (Homestead quilting hoop, Hinterberg Design, comprado en Le Petit Comptoir, Toulouse). Estoy muy feliz con mi bastidor, me permite descansar mi espalda, tener la tensión justa en el patchwork para hacer el acolchado et se vé bonito en mi salón.

La continuación de este artículo: algunos consejos y los útiles que aprendí a utilizar durante el curso de Esther Miller.

Patricia

Mon carré fini (35 cm x 35 cm – 14″ x 14″) – My square finished – Mi cuadrado terminado

-=-=-=-

* Publié par/published by/publicado por : France-Patchwork

 Site d’Esther Miller : http://www.millersquilting.de/

Site du Carrefour Européen du Patchwork : http://www.patchwork-europe.com/?lang=en

Blog de Patricia : http://spiritualartandbeauty.blogspot.com/

Publicités

24 commentaires sur “Quilting selon la technique Amish – Première partie

  1. Très impressionnante, cette méthode!!! Difficile à imaginer sans l’avoir vu faire, car quilter sans bouger l’ouvrage…….En tout cas, le résultat est parfait.
    Bonne journée…

    J'aime

  2. moi qui rêve d’apprendre cette technique depuis plusieurs années . J’espère pouvoir m’inscrire à l’un de ces stages à l’occasion d’un prochain carrefour …
    J’attends la suite du compte rendu via Katell avec l’impatience d’une enfant la veille de Noël …

    Bises et merci Katell pour tout ce que tu nous fait partager.
    Annick

    J'aime

    1. Bonsoir Annick,
      c’est vrai que pour celles qui aiment le quilting à la main, rencontrer Esther ça vaut le voyage à Sainte Marie aux Mines.
      Patricia

      J'aime

  3. Merci de nous relater cette expérience, c’est très intéressant ! Qu’est-ce que ça signifie « quilter vers le haut » ? Et j’ignorais qu’un tambour sur pied soulage le dos, il va falloir que j’expérimente, le quilting est si pénible pour moi !
    J’attends avec impatience la suite de l’histoire. Et en plus, je peux réviser mes notions d’anglais ! Quelle richesse, ce blog ! MERCI !

    J'aime

    1. Hmmm pas évident d’expliquer…’quilter vers le haut’ c’est quilter avec le pouce, on pousse l’aiguille en s’éloignant de soi. Quant au tambour sur pied, je peux être assise et rapprocher le tambour, alors j’ai toujours mon dos droit. Avant, avec mon tambour sur mes genoux, je faisais un peu contorsionniste ! Happy quilting !
      Patricia

      J'aime

      1. J’ai eu la chance d’avoir une démonstration de Patricia : elle sait quilter vers le haut, le bas, la gauche, la droite… et toutes les autres variantes ! Le prochain article aura des photos pour expliquer cette technique.
        Mon cadeau de Noël était ce fameux tambour sur pied : on se met sur une chaise confortable, assise en appuyant le dos au dossier, et on quilte des heures…. mais je tourne ce tambour pour avoir ma ligne de quilting dans le bon sens, je n’ai pas la formation de Patricia !!

        J'aime

  4. Merci de vos commentaires et merci à Katell de me permettre parler de ce stage qui a été pour moi que du plaisir! Parler de la technique ce n’est pas comme montrer comment faire, et pour celles qui aiment le quilting à la main, je vous assure que rencontrer Esther ça vaut le voyage à Sainte Marie aux Mines.
    Patricia

    J'aime

  5. Merci pour cet article. Ce carré est quilté d’une façon ravissante. J’avoue que je ne suis pas très douée pour le quilting main, je manque de technique. J’attends avec impatience la suite. Bonne soirée.

    J'aime

  6. Arrivée ici par l’intermédiaire de Jubama…
    Je me régale des commentaires sur le quilting, moi qui suis débutante en patchwork!
    Je reviendrais lire vos aventures!!!!!

    J'aime

    1. Bienvenue aux nouvelles lectrices de ce blog communautaire, nous sommes un groupe de quilteuses de la région toulousaine, les Abeilles, et avons la constante envie de faire partager nos découvertes, nos préférences, nos ouvrages en patchwork ou appliqué. Et merci à Jubama d’avoir largement contribué à élargir le lectorat de la Ruche !

      J'aime

  7. J’habite l’Ariège (je suis aussi une personne d’adoption du département)
    Je fais partie de France Patchwork
    A quel endroit peut ton faire votre connaissance et peut être même avoir la possibilité
    de prendre quelques cours de quilting, çà me plairait bien.
    A bientôt et merci si vous pouvez me répondre
    Joelle09

    J'aime

  8. merci pour tous ces conseils, j’aimerais me procurer ce fameux dé à quilter en porcelaine ,où puis-je le commander? Mina

    J'aime

    1. j’aimerais bien apprendre à quilter de cette manière, où trouver un stage, j’habite en provence, mais j’aimerais surtout savoir où l’on peut acheter ce genre de métier à quilter, merci d’avance

      J'aime

      1. Vous pouvez demander si votre magasin local peut en commander un, sinon vous pouvez vous renseigner auprès de la Couserie Créative qui en vend un d’une autre marque. Vous pouvez peut-être aussi profiter d’un salon de loisirs créatifs pour trouver votre bonheur ?
        Quant aux stages, à part Esther Miller à Ste-Marie-aux-Mines tous les ans ou Patricia, je ne connais personne d’autre. Il faudrait constituer un groupe de stagiaires et demander à Patricia si elle peut se déplacer… ou demander à la déléguée France-Patchwork de votre département si elle connaît quelqu’un !

        Bonne chance dans vos recherches !

        J'aime

    2. Je viens de voir que je ne t’ai sans doute jamais répondu, excuse-moi. Le dé en porcelaine d’Esther existe en 3 tailles, difficile de le commander sans l’essayer. Si tu as l’intention d’aller à Ste Marie aux Mines, ce sera l’occasion de t’en procurer un ! Sinon, celui en plastique est bien moins beau mais très efficace, on le trouve maintenant au Petit Comptoir à Toulouse.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s