Quelques facettes d’Elisabeth

A Vienne, j’ai révisé ma vision de Sissi l’impératrice qui collait avec le radieux sourire de Romy Schneider. Les trois films mythiques sont très romancés et tournent bien à la légère les profonds tourments de cette femme. J’ai la faiblesse de croire que ces deux ou trois choses que j’ai apprises d’elle auront l’heur de vous plaire…

romy in Bavaria
Romy Schneider dans le rôle qui la fit mondialement connaître – ici dans le premier film, en Bavière, la terre natale de Sissi. Dès 12 ans, les femmes de l’époque portaient un corset… pour la vie.

Elisabeth, Sissi, Sisi… ou Lisi ?…

Elisabeth Amalia Eugenia von Wittelsbach naît la nuit de Noël de 1837. Son prénom est l’un des plus portés de l’aristocratie européenne et comme la plupart des enfants, elle avait un ou même plusieurs surnoms dans son enfance. Comment sa famille l’appelait-elle ? Nous ne le saurons sans doute jamais vraiment. Mais il est clair que la jeune Elisabeth signait Lisi :

Ecriture-de-Sissi-Signatue

 La première fois que nous avons trace que « Sisi » est utilisée par écrit, c’est dans une lettre de Franz-Joseph répondant à sa  promise et l’appelant son « petit ange Sisi »… Se pourrait-il qu’il ait mal lu la signature d’une lettre précédente ? Le L et le S majuscule pouvant se confondre… puis Sisi (qu’on dit zizi en allemand !) est devenu, on ne sait quand, Sissi (prononcé en allemand Zissi), peut-être indifféremment utilisé selon les moments et les personnes.

De nos jours lorsqu’on est à Vienne, on est surpris de lire partout Sisi, coquetterie pour différencier clairement la « vraie » femme du personnage incarné par Romy Schneider. Alors, à chacun de choisir comment nommer cette chère Impératrice !

Elisabeth

Adulte, l’impératrice signera Elisabeth la plupart du temps, mais aussi Erzsébet en tant que Reine de Hongrie, et même Titania en tant que poétesse…

Qui était son mari ?

François-Joseph était Empereur d’Autriche mais aussi son cousin. Imaginez deux soeurs (Ludovica en Bavière, Sophie en Autriche) décidant de marier leurs enfants, faisant fi des problèmes de consanguinité qu’on n’ignorait pas totalement pourtant… Le monarque de 23 ans se fait donc présenter sa cousine Hélène (Néné) mais tombe amoureux de son accompagnatrice et soeur Elisabeth (Lisi ?) âgée de 15 ans et demi.

640px-KaiserFranzjosef1853-1-
Franz Joseph, 23 ans, empereur d’Autriche depuis 5 ans, rencontrera cette année-là sa cousine Elisabeth.

Ce mariage d’amour sera célébré grandiosement le 24 avril 1854. Ouvrons ici une parenthèse : par le plus grand des hasards nous avons visité le palais jour pour jour 160 ans plus tard. Le Musée Sisi fêtait ses 10 ans avec l’inauguration ce jour-là d’une exposition exceptionnelle (« Soie, Dentelle, Hermine ») sur la garde-robe d’Elisabeth. Certaines robes sont des reproductions mais d’autres sont les originales, exposées pour une unique fois au public jusqu’au 24 décembre 2014.

Sisi Museum
Réplique de la robe que portait Elisabeth la veille de son mariage. Je ne sais si c’est celle que portait Romy Schneider au tournage du film ! Cette robe fait partie de l’exposition permanente.
10 ans sisi musée
Peu de robes d’origine mais elles sont magnifiques, de même des souliers et maints accessoires pour cette exposition temporaire au coeur du musée Sisi de Vienne. Si vous y allez, je vous souhaite une journée calme car il y a beaucoup à voir et les couloirs de visite sont assez étroits ! Cette sublime robe bleue a été oubliée des décennies dans un carton et retrouvée en 2012. Son état est d’une fraîcheur parfaite ! Elle date de la fin de la vie d’Elisabeth, quand elle était extrêmement maigre.
ob_936596_rosa-kleid-2-01-6d
L’autre robe d’époque montrée jusqu’au 24 décembre est cette robe très ouvragée, avec des inclusions de multiples dentelles délicates. Ces deux robes démentent que Sissi ne s’habillait plus qu’en noir à la fin de sa vie : à Corfou, elle dérogeait à cette règle. (photos de ce blog, toute photo étant interdite lors de la visite !)

Après ce mariage dont je vous passe les détails, très vite le jeune mari doit retourner aux affaires. C’est un homme droit, rigoureux, extrêmement travailleur, devant faire face à de multiples tracas diplomatiques, guerres et révolutions dans les immenses territoires qu’il dirige.

Sissi était alors toute jeune (16 ans), elle était attachée à son mari mais ne pouvait accepter le rôle d’impératrice tel qu’imposé par sa belle-mère et sa vie à la Cour de Vienne lui devint vite un carcan insupportable.  Franz laissera malheureusement s’installer entre sa mère et son épouse une ambiance détestable, ce qui, rapidement, détournera Elisabeth de ses « devoirs » puis la mènera à une véritable frénésie de voyages… sans lui, quotidiennement attablé à son bureau pour régler les affaires de l’Empire.

640px-Franz_Joseph_1865
François Joseph à l’âge de 35 ans.

Franz Joseph règnera près de 68 ans et ne cessera jamais d’aimer sa Sisi. Lui l’aimait d’un amour profond, elle l’aimait très affectueusement jusqu’au dernier jour. Ils eurent quatre enfants, dont je vous laisse découvrir le destin dans les nombreuses biographies.

 Franz dira à plusieurs reprises, après la mort de Sissi en 1898 : « Nul ne sait combien je l’ai aimée… ». 

L’époux de Sissi était né et éduqué pour régner, alors que Sissi la jeune Bavaroise n’a pu faire passer la vie de devoirs et de représentation incombant à une Impératrice devant sa soif de nature et de liberté.

Ils étaient totalement opposés, Franzi était un homme d’ordre et de rigueur militaire, un bureaucrate obstiné, un fervent catholique. Il était infiniment amoureux de sa femme mais ne la comprenait pas.

Sissi, elle, était bien plus fantaisiste, bien moins férue de religion et « ne se sent en harmonie qu’avec les objets d’art, au contact des lacs, de la lune, des forêts, des montagnes, de la mer, des chevaux, des chiens… »(Hortense Dufour, « Sissi, les forces du destin »). Elle a toujours vécu avec des animaux autour d’elle, monte à cheval quotidiennement, a toujours un grand chien. Elle sait les soigner, leur parler…  Et les astres n’étaient pas non plus avec eux : lui étant Lion et elle Capricorne, aux thèmes complètement opposés, il aurait fallu beaucoup pour que règne l’harmonie entre ces deux-là 😉

sissi et Shadow
Sissi et son chien Shadow, ici en 1867.

Au cours de son long règne, François-Joseph a dû affronter de très nombreux drames familiaux (tragédies des Habsbourg…). Il laissera l’empreinte d’un conservateur ayant su tracer des voies politiques riches en bonnes intentions mais pas à la mesure des bouleversements du XIXe siècle, et dont le bilan se soldera malheureusement par la Grande Guerre.

Sissi et la Cour de Vienne 

Il est presque choquant, en tant que touriste arrivant à Vienne l’accueillante, la romantique, l’harmonieuse, d’apprendre qu’Elisabeth détestait cette ville et passait son temps à vouloir la fuir. Etait-elle ingrate, difficile, capricieuse ?

Mettons-nous un peu à sa place. La jeune Sissi a grandi avec simplicité, joie et liberté, toujours à courir dans le grand jardin plein de roses tenu par sa mère, crapahutant par monts et par vaux avec son père dans les Alpes bavaroises, nageant des heures dans les lacs avec son frère ainé… Du jour au lendemain, elle doit se plier à l’étiquette la plus stricte d’Europe, mesurer ses pas, son rire, ses propos… Elle vit soudain dans un palais certes, mais c’est une prison dorée. Son cher Franzi ne la soutient pas, disparaît toute la journée dans son bureau et laisse sa mère faire l’éducation de la nouvelle impératrice. La jeune fille est immensément désemparée dès les premiers jours de sa vie à la Cour de Vienne et ce choc ne s’effacera jamais.

La belle-mère de Sissi était-elle méchante ?

Epineuse question ! On va dire que les historiens sont partagés. Il y a un monde entre le sens du devoir de Sophie, mère de François-Joseph, à la fois tante et belle-mère de Sissi, et le ressenti d’Elisabeth. Il est certain que Sophie a empoisonné la vie de la jeune fille dès les premiers jours en lui inculquant l’étiquette de la Cour, summun de l’arbitraire. Dès lors, le ver était dans le fruit…

Stieler_Archduchess_1832
Sophie l’Archiduchesse en 1832 par A. Stieler, l’année de la mort du fils de Napoléon. Le futur mari de Sissi a alors 2 ans.

Il faut cependant faire attention aux apparences. Belle et intelligente, Sophie la jeune Bavaroise doit épouser à 19 ans en 1824 un homme faible et sans charme, mais promis au trône d’Autriche. Toujours des alliances de personnes au service de la politique, pour rétablir la puissance autrichienne après la catastrophe napoléonnienne…

Son ambition et ses capacités la menèrent à occuper le premier plan politique et les diplomates européens, un brin machistes mais admiratifs, disaient : « c’est le seul homme de la famille impériale ». Ferme, autoritaire, gardienne de la tradition, elle éduqua son fils aîné François-Joseph (Franzi pour les intimes) pour le rôle qui lui incombait : diriger l’Empire d’Autriche et faire passer l’Empire avant tout esprit d’invidualité, « droit dans ses bottes » ! Exception notoire, là où elle céda, c’est pour l’épouse de son fils : Hélène la cousine aînée au caractère conciliant (elle se maria plus tard, fut heureuse et eut beaucoup d’enfants…), était le choix de Sophie, mais Franz imposa son coup de foudre, Elisabeth, laquelle hésitait mais… « On ne dit pas non à un Empereur » rétorqua sa mère Ludovica…

Gardienne de l’étiquette, Sophie ne pouvait accepter les goûts d’indépendance de sa sauvageonne et puérile belle-fille et ne comprenait pas que Sissi refuse le rôle prestigieux qui lui était offert. Sophie se montra très maladroite, plus que méchante, avec la jeune fille qu’elle aurait voulu façonner à son image. La rapide dégradation des relations entre elles fut très nuisible pour l’avenir de Sissi.

Sophie est pourtant une femme qui fut une mère, une grand-mère présente et affectueuse, à défaut de pouvoir aimer son mari qui était à la limite de la débilité. Sa rigueur, son intelligence fut au service de l’Empire, tout comme le fera son fils Franz.

Dans sa jeunesse, elle mit toute sa tendresse au service du fils malheureux et malade de Napoléon et Marie-Louise. Il existait entre eux deux une immense complicité affectueuse qui donna lieu à beaucoup de médisances.  Faisant fi des ragots tout comme des risques de contagion, elle s’occupa de l’Aiglon, fils de Napoléon 1er, jusqu’à son dernier souffle. Franz avait alors 22 mois.

Cette femme n’était donc pas le bourreau sans coeur qu’on veut souvent faire croire. Avec un peu plus de maturité de Sissi, un peu plus de médiation de Franz et un peu plus de souplesse de Sophie, tout aurait pu être différent…

a Meran, Italie
Elisabeth a beaucoup voyagé, de nombreux souvenirs de ses séjours se trouvent dans toute l’Europe. Ici, statue en Italie (Meran)
phpC4M74n
Statue à Funchal (île de Madère). Là encore, Sisi porte un livre à la main : c’était une grande lectrice et écrivait elle-même de nombreux poèmes.
achilleion-statue-de-l-imperatrice-elisabeth-a-taille-reelle-credtis-photo-runintherain-flickr_760_w460
Statue à Achilleion (île de Corfou)
artlimited_img270319
Celle-ci est à Genève, érigée 100 ans après sur le lieu de son assassinat.

La beauté de Sissi

Enfant, on la dit mignonne, charmante. Fiancée et jeune épouse, elle est rayonnante, ravissante. La grande brindille bavaroise devint la plus belle femme d’Europe de l’avis de tous, même si Elisabeth, en raison d’une dentition imparfaite, ne rit jamais, sourit à peine… Sa beauté devint son arme de séduction contre l’étiquette imposée par sa belle-mère.

cheveux sissi

Les bonnes fées de l’héritage génétique ont transmis à Elisabeth les traits fins et la belle peau des princesses bavaroises, comme sa mère ou sa tante et belle-mère. Elle gardera de sa jeunesse au grand air alpin une peau qui prend bien le soleil. Elle prend soin de son visage au fil des décennies avec de nombreuses recettes plus ou moins appétissantes : cela va de la purée de fraises écrasées à l’escalope de veau crue… Des années durant, elle testera de nombreuses crèmes, collectionnera les idées de mélanges récoltées au cours de ses voyages et de ses propres expériences. Ainsi, ne serait-ce que par les soins d’hydratation de sa peau, elle pourra paraître longtemps bien plus jeune que les autres femmes de son âge.

On admire beaucoup sa chevelure bouclée, épaisse et brune qui lui tombe jusqu’aux chevilles, héritage de la famille Wittelsbach. Trois heures lui sont quotidiennement nécessaires pour se préparer… Pendant que sa coiffeuse tresse ses cheveux, elle apprend des langues étrangères pour lesquelles elle a un vrai don. Elle tient tellement à sa crinière que c’est un drame dès qu’elle voit un cheveu perdu… La coiffeuse et amie lui cachait donc habilement tous ceux qui restaient du démêlage quotidien pour ne pas la contrarier ! Le poids de sa chevelure lui donne souvent mal de tête mais qu’importe…

456px-Empress_Elisabeth_of_Austria,_1864

 Mais ce qui devient obsessionnel, c’est sa ligne. Après l’intense déception de la vie à la Cour mais les acclamations du peuple devant sa beauté, il se produit un déclic : elle veut devenir la plus belle du monde, c’est à sa portée… Elle s’épuise avec des heures de gymnastique, d’équitation, des régimes insensés… Dans les palais où elle a habité, elle a fait installer du matériel de gymnastique (anneaux, haltères et autres, qu’on peut voir notamment au palais de Hofburg), ainsi qu’un pèse-personne qu’elle utilise plusieurs fois par jour.

Turnzimmer_800x200_03
Salle de gymnastique et d’hygiène au palais du centre de Vienne. Anneaux, barre fixe, espaliers… L’environnement de style boudoir est très étonnant !

Presque jamais elle ne paraît à table car elle suit des régimes déraisonnables. Dommage 😉 leur vaisselle était si belle ! En visitant le palais, j’ai admiré des plats en porcelaine japonaise et pu vérifier que la cour des Habsbourg était au coeur des achats de la plus belle vaisselle du monde… Une recherche sur le bloc de patchwork de l’assiette de Dresde m’a naguère menée assez loin sur les traces de la porcelaine de Chine et d’Imari : une salle entière y est consacrée à Vienne !…

Naguère avec une belle silhouette jeune et « normale », Elisabeth devint extrêmement maigre (50 kg pour 1,72 cm… dont quelques kilos de cheveux !) et garda jusqu’à sa mort à 61 ans une taille de guêpe de 51 cm dit-on :

taille sissi
J’ai vu de nombreux vêtements d’Elisabeth à Vienne. Certains témoignaient de sa très fine silhouette. J’ai particulièrement été frappée par l’extrême finesse de ses chaussures, incroyablement étroites.

Dans son rejet de l’étiquette, dans son éperdue envie de liberté, on regrette que Sissi n’ait pas vécu à notre époque ! Elle y aurait été sans doute plus à son aise, on la sent en avance sur son temps. Malheureusement, elle l’était aussi avec son principal problème de santé récurrent : il est clair que Sissi est devenue anorexique au fil du temps, maladie plutôt rare alors.

En 1998, un ensemble de symptômes liés à l’anorexie mentale fut nommé « le syndrome de Sissi ». La sissimania est  parfois dangereuse, des forums en son honneur existent dans plusieurs pays et font parfois l’apologie de sa maigreur et de ses régimes. C’est so chic d’être comme Sissi !! Le syndrome de Sissi a été inventé par un groupe de marketing pour un laboratoire pharmaceutique… afin de mieux vendre certains psychotropes. Un journaliste scientifique, Jörg Blech, a dénoncé ce scandale après une enquête rigoureuse (voir notamment cet article).

Elisabeth était obsédée par sa beauté, mais également la beauté des autres femmes : elle a collectionné des photos de femmes de tous âges et toutes conditions, son « album de beautés » comportait plus de 2 500 clichés ! Elle utilisait les réseaux diplomatiques pour enrichir sa collection… 

A la soixantaine, elle s’habillait presque toujours de noir et promenait en Europe sa très fine silhouette. Elle fuyait non seulement Vienne et sa Cour mais aussi tout le monde alors qu’elle était déjà entrée dans la légende. Les témoignages des contemporains insistent sur sa beauté mais surtout sa gentillesse, son charisme naturel, son charme inexprimable. Le président Félix Faure avait déclaré, témoignage parmi tant d’autres : « L’Impératrice est sublime. On dirait qu’elle est française ! »… Chauvin, va !!

sissi_fan
Pour ne laisser qu’une belle image d’elle à la postérité, Elisabeth refuse, l’âge venant, de se laisser photographier… Elle protègera son visage de voilettes, d’éventails, n’acceptant de montrer que sa silhouette juvénile…

Les musées de Vienne et tout particulièrement celui de Sisi à Vienne ont eu l’honnêteté et l’intelligence de ne pas s’en tenir au côté glamour de la belle impératrice. C’est une femme qui a beaucoup souffert, physiquement et psychiquement, qui a subi beaucoup de drames, les plus terribles étant la mort de son premier enfant, la petite Sophie, à 2 ans, puis la mort très mystérieuse du beau Rodolphe (à l’âge de 30 ans), lequel a tant souffert des voyages incessants de sa mère… Le sujet des enfants d’Elisabeth et Franz est complexe.

Elisabeth fut assassinée par un anarchiste en pleine journée à Genève, « pour rien »… Parmi la multitude d’objets exposés au musée de Vienne, on peut y voir la fine lame qui a tué Sissi à l’âge de 61 ans.

dernier vêtement
C’est le vêtement que portait Elisabeth, le jour fatidique du 10 septembre 1898. On voit le trou provoqué par la lame qui la tuera.

 

Ici s’achève l’évocation de cette femme au destin extraordinaire mais à la vie si malheureuse, loin des clichés habituels. Si cet article vous donne envie d’en savoir plus vous pouvez lire, parmi les centaines de livres parus dans le monde, la sensible biographie de Jean des Cars (Sissi, impératrice d’Autriche) ou « Ces Autrichiennes, nées pour régner » de Catarina de Habsbourg (son grand-père fut le dernier empereur, à la mort du mari de Sissi).

sissi jeune
Finissons avec cette belle photo prise le jour où Elisabeth devint Reine de Hongrie (1867) ! Elle aimait ce pays qui le lui rendit bien, contrairement aux Viennois…

–ooOoo–

Publicités

25 commentaires sur “Quelques facettes d’Elisabeth

  1. Merci pour ce bel hommage à cette jolie reine (qui nous rappelle obligatoirement Romy Schneider). Il est vrai que la vie de ces gens avec obligation de tenir un « rôle », n’est pas toujours rose. Je pense à Charlène de Monaco a qui je trouve toujours un sourire triste, espérons que la venue de son BB la changera.
    Bonne journée

    J'aime

  2. Merci ,Katell pour ce résumé. Cela donne envie de relire ces ouvrages, l’été est là!
    Entre quelques points de quilting ou de couture, on peut se « cultiver »
    bises Mony

    J'aime

  3. C’est sûr les petites filles rêvent de devenir des princesses…mais c’est une charge bien lourde sur les épaules de toutes jeunes femmes
    Biz et bravo pour ce très bel article
    la cocottedekiev

    J'aime

  4. Merci Katell pour cette belle leçon d’histoire ! Bien que remplie de nostalgie, la vie de cette souveraine suscite encore et toujours de l’admiration !

    J'aime

  5. merci pour ce reportage sur cette belle Reine. elle nous rappelle que le rôle de dirigeant n’est pas forcément drôle. bien des petites filles rêvent pourtant de devenir princesse.
    toujours présent bien sûr Romy schneider dans le rôle, qui l’a mise a portée de nous.
    le prince Franz etait pas mal non plus !!!
    bonne journée à toutes

    J'aime

  6. Merci pour le plaisir que j ai eu a lire votre article et j ai beaucoup aimé les robes merveilleuses présentées. ! Je pense que avoir toute cette chevelure et ces tissus étaient pas facile a vivre ! Mais tout est magnifiques ! Continuez avec ces reportages passionnant

    J'aime

  7. J’aime regarder « les secrets d’histoire » à la télé, et maintenant j’ai plaisir à lire ta rubrique si bien écrite et très documentée. Merci de prendre du temps pour nous faire partager tes passions.
    Je te souhaite une belle journée, moi je suis sur un beau nuage au dessus de Vienne …..

    J'aime

  8. Quel plaisir de lire cet article ! Moi qui ne fait jamais ça, je l’ai lu au petit déjeuner sur mon téléphone (heureusement que les enfants n’étaient pas là pour me voir !). Quand j’étais adolescente j’avais lu plusieurs livres sur Sissi mais il n’existait pas grand chose de non-romancé. J’ai lu aussi l’an dernier un livre sur Zita la dernière impératrice d’Autriche qui m’a beaucoup impressionnée. Je vais partir maintenant à la recherche d’ouvrages sur les Habsbourg.
    Bien sûr comment ne pas penser à Romy Schneider ! Franz-Joseph était plutôt beau garçon !
    Un grand merci encore.
    Bonne journée

    J'aime

  9. Merci Katell pour ce beau reportage . Etre princesse n’est pas de tout repos ni rose!!!!!
    Je cherchais une nouvelle lecture pour l’été , et bien voilà un sujet tout trouvé.
    Bonne journée.

    J'aime

  10. Katell ,quel plaisir de te lire une fois de plus, tu nous fascines à chaque fois, que ce soit pour du patch ou pour un bouquin ou un reportage !! bravo bravo, passes un bel été et vivement qu’on se retrouve en Alsace. Plein de grosses bises
    Joelle09

    J'aime

    1. Merci à toi Joelle et à toutes les lectrices qui, je le vois, s’intéressent aussi aux personnages marquants de l’Histoire !
      Après les impressions captées à Vienne, j’ai eu beaucoup de plaisir à faire des recherches, tenter de démêler le vrai du faux (mais nous ne sommes jamais vraiment sûrs…) et écrire pour vous ce que j’en ai retenu.

      J'aime

  11. Merci pour cette jolie page d’histoire .Qui ne connaît pas Sissi ? Oui, cela donne envie de relire ses biographies .Martine D

    J'aime

  12. merci Katel, moi qui n’aime pas l’histoire je trouve tes comptes-rendu passionnants surtout sur ce couple mythique

    J'aime

  13. Super article, trés intéressant, très complet bref une bonne entrée en matière pour notre voyage a Vienne!
    Un billet sur les impressionistes ça serait pas mal non plus!
    Comme quoi faire la queue pour les expos peut amener a de belles rencontres!
    Véronique

    J'aime

    1. Merci Véronique ! Nous étions 3 jours à Paris pour la famille ce week-end… et aussi pour visiter les expos de Van Gogh à Orsay et les impressionnistes à Marmottan, là où nous nous sommes rencontrées… Souvent je parle de peinture ici : je suis quilteuse parce que j’adore la peinture mais n’ai aucun talent dans ce domaine… Le patchwork est donc mon moyen d’expression, ma façon de vivre avec les formes et les couleurs, avec les tissus qui sont des matières si intéressantes et plus chargées en émotions finalement que les tubes de peinture…
      Début juillet, j’espère trouver le temps de faire un article sur le dernier atelier de Klimt… à ne pas rater lors de votre visite à Vienne !
      Merci d’avoir eu la curiosité de me lire,
      Katell

      J'aime

  14. j’ai beaucoup apprecié ce reportage qui me donne envie d’en savoir plus et qui sait , si je peux d’aller à Vienne . j’ai rêve devant les films de Sissi avec Romy , ses portraits sont splendides..comment etait son coeur?
    un grand merci pour avoir pris le temps d’ecrire
    cordialement
    michele

    J'aime

    1. D’après ce que j’ai lu et senti d’elle, de fillette joyeuse elle est devenue vite renfermée sensible à l’extrême, n’aimant que son cercle restreint qui l’adorait en retour. Elle eut le coeur arraché par ses enfants qu’elle n’a pu élever elle-même et par la mort de deux d’entre eux…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s