Le spécialiste des reproductions d’Indiennes anciennes

480px-Nova_Orbis_Tabula_in_Lucem_Edita
La mappemonde de Frederik de Wit, publiée en 1662 à l’apogée du siècle d’or des Pays-Bas par la plus grande maison d’édition géographique de l’époque, symbolise la prépondérance économique, scientifique, culturelle et artistique du pays, parvenu au rang de grande puissance et qui dominait la cartographie elle-même. (Wikipedia)

C’est une longue histoire que le commerce des braves navigateurs hollandais qui rapportaient d’Asie toutes sortes d’épices et de tissus… Les Européens fortunés adoraient les Indiennes, ces tissus d’Inde dessinés et créés pour l’exportation et qui marquèrent principalement le folklore hollandais et… provençal.

Les quilteuses qui lisent Quiltmania depuis le début connaissent comme moi le nom de « Den Haan & Wagenmakers » car ils ont sorti de l’oubli des modèles des XVIIe et XVIIIe siècles en les redessinant d’après des documents et modèles de musées et de collections privées : Quiltmania en faisait grand éloge, nous nous régalions à la vue de ces extraordinaires quilts faits de ces tissus précieux…

Ces messieurs ont consacré leur vie à cette passion, ils ne vivent plus aux Pays-Bas mais dans notre belle région du Sud-Ouest, dans le Tarn-et-Garonne. Après les avoir rencontré à Sainte-Marie-aux-Mines, nous avons eu la joie de les revoir au Salon de Toulouse et ils seront présents prochainement ici : 

bv000001.thumb

Leurs tissus ont des qualités devenues rares. Outre leur beauté à l’état neuf (comme la plupart des tissus de patchwork, n’est-ce pas ?…) ils ont la propriété de garder leurs couleurs dans le temps, en raison d’une impression traditionnelle aux pigments réalisée aux Pays-Bas. Donc ces tissus ne se décolorent pas, n’affadissent pas en quelques mois. De plus, leur traitement de surface les rend légèrement brillants et les protège contre la poussière (chintz). Cerise sur le gâteau, leurs tissus sont en 150 cm de large !

Méfiez-vous donc des copies : depuis quelques semaines, des tissus imprimés en Asie, copiés directement de leur collection  Nr. 9508 ‘Grenades partout’, se trouvent dans divers magasins. Ils sont peut-être moins chers mais les couleurs et impressions sont moins belles… et ne dureront sans doute pas autant. Ces tissus sont très faciles à reconnaître, ils sont vendus en 110 cm de large.

voc_1_9508_licht_ecru
En haut, vous voyez l’impression de qualité à partir des dessins recomposés de Den Haan & Wagenmakers. En bas, la copie imprimée en Asie, qui n’a visiblement pas les mêmes qualités.

Je vous engage donc à favoriser la qualité ! Ces tissus sont en vente sur leur site : L’arbre de Vie.

Publicités

19 réflexions sur « Le spécialiste des reproductions d’Indiennes anciennes »

    1. Ce salon semble très axé sur le patchwork et les arts du fil, alors que celui de Toulouse est devenu plus polyvalent (scrapbooking, cuisine et autres). Les visiteurs s’y promèreront avec délectation ! Ina Statescu et d’autres seront au rendez-vous, merci de le rappeler !

      J'aime

  1. Je suis d’accord mais puis-je soulever un point négatif concernant les tissus de « l’arbre de vie » ?
    De très belle qualité mais très épais et « laqués » et franchement, pour les quitter, c’est plutôt difficile !
    Mais pour les bordures ou certains appliqués, je reconnais qu’ils sont beaux !

    J'aime

    1. Cécile, Pour en avoir acheté très récemment et cousu certains d’entre eux, ils ne sont pas plus épais que les cotons classiques vendus pour le patchwork et le glaçage est beaucoup moins épais et brillant qu’autrefois. Ce ne sont pas les tissus dits d’ameublement auxquels vous faîtes peut-être référence ? 🙂

      J'aime

      1. Katell, ton blog nous sert de plateforme à débattre ! Lol !

        Non, les tissus que j’ai proviennent bien de l’arbre de vie mais je les ai acheté l’année dernière. Peut être ont-ils évolué depuis….. Je suis heureuse que tu puisses bien travailler avec ! 🙂
        J’ai malgré tout l’intention de m’en servir pour une bordure. Je vous donnerai mon ressenti !

        J'aime

  2. Le patchwork n’est pas, effectivement, la destination première de ces tissus. Le glaçage ne facilite pas les petits points de quilting à la main, j’ai effectivement remarqué que le quilting est souvent contrasté, visible, les points un peu plus grands… ou bien juste cachés dans la couture.
    Bon week-end Cécile !

    J'aime

  3. Ainsi ils habitent en France ! Moi, je me suis toujours dit que si je devais émigrer un jour j’irai aux Pays Bas….J’aime vraiment ce pays !

    J'aime

  4. Et pour ce qui est des contrefaçons chinoise, je dirai que pour ma part je préfère toujours la meilleure qualité, même si cela doit me coûter plus cher.Vu le temps que je passe sur chaque pièce, je préfère qu’elle dure le plus lontemps possible. J’espère que mes petits enfants pourront encore se servir de mes patchs, ce qui ne serait pas le cas si les tissus ne résistent pas à l’épreuve du temps.

    J'aime

  5. Donc on pourrait penser que tout ce que vous achetez depuis des années, tissus patch vendus en 110 de large, est de mauvaise qualité ?
    Katell, il serait intéressant que l’on débatte de cette question en privé, le net ne me paraissant pas le meilleur endroit. La question soulevée dans ton post est plus grave que ça .

    J'aime

    1. C’est avec plaisir Renée qu’on peut en parler. Ici j’ai fait le raccourci de la largeur du tissu pour comparer les deux tissus précis ici. Mais il est vrai que j’ai quelques grosses déceptions au vu de tissus de patchwork qui s’affadissent si vite, alors que certains quilts de 150 ans sont restés vifs… J’aimerais sincèrement comprendre pourquoi des bleu marine deviennent gris ou violets même préservés du soleil direct, pourquoi mes quilts lavés à la lessive douce vieillissent de manière très hétérogène : certaines pièces sont affadies, d’autres restent belles, toutes provenant de tissus de patchwork achetés dans les 20 dernières années. J’ai l’impression qu’il s’agit d’une loterie, car la plupart sont des Moda, des Andover, bref des marques renommées. En comparaison, les Souleïado des années 80, les Liberty des années 70, gardent leurs couleurs… Y a-t-il parfois des problèmes de fixation ?

      J'aime

  6. j’ai pu les rencontrer aussi au salon de toulouse. J’ai des anciens tissus de chez eux du temps ou ils etaient aqu pays bas.
    Je ne savais pas qu’ils vivaient en tarn et garonne, je pensais qu’ils étaient in stallés en provence. super de les revoir à Périgueux

    J'aime

  7. Je les ai connus il y a plus de vingt ans quand ils avaient une boutique « classique » de patchwork et j’ai suivi leur évolution. Ils ont toujours un magasin à Amsterdam près de la gare. C’est vrai que leurs tissus sont superbes. J’en avais achetés et j’ai raté mon projet. Je l’ai arrêté avant la fin pour minimiser les dégâts et il attend maintenant que je lui donne une deuxième vie.
    J’ai vu plusieurs des expos qu’ils avaient organisées aux Pays-Bas et elles étaient toujours d’une grande qualité.

    J'aime

  8. Ces messieurs ont vendu le magasin d’Amsterdam il y a quelques années. Ils en ont également vendu le nom, que les nouveaux propriétaires utilisent donc en toute légalité. Eux-mêmes n’ont -théoriquement plus que le statut de grossistes.
    En ce qui concerne ce qui est malencontreusement appelé « contrefaçon », il faut rappeler que les tissus anciens ne sont protégés par aucun copyright. Des tissus anciens, il y en a plein les malles des collectionneurs et les réserves des musées spécialisés. Ces messieurs n’ont rien inventé, rien créé, la source Musée étant clairement citée sur la lisière. De même, tous les tissus de Dutch Héritage sont des reproductions de tissus appartenant à des particuliers ou des musées ( et qui pourraient tous être montrés .)
    Concernant la supposée mauvaise qualité de ces tissus imprimés en Asie (comme tous ceux de toutes les collections américaines) je trouve que c’est faire insulte à toute la profession de designers et d’éditeurs de tissus. Ne pourrait-on attendre quelques années qu’ils aient fait la preuve de leurs qualités avant de les décrier ?

    J'aime

    1. Si les tissus DH&W ne sont pas des interprétations mais de fidèles copies d’anciens, si la gamme de couleurs (fonds de six couleurs) existait aussi, alors effectivement Dutch Heritage a exactement les mêmes droits, mea culpa.
      Quant à la qualité des tissus imprimés, ce que je souhaite, comme tout le monde, c’est qu’elle soit toujours excellente. Je n’ai jamais eu de décoloration ni d’affadissement au fil du temps avec les tissus imprimés au Japon (de marque américaine) par exemple et j’espère que nous allons vers toujours plus de fiabilité pour tous nos chers tissus !
      De plus, habitant dans une région où tant de filatures sont fermées -comme ailleurs en France- je dois avouer que la fabrication aux Pays-Bas m’a spontanément plu !

      J'aime

  9. merci pour cette information . Je la repercute . je suis outrée de voir que les gens n’essayent pas de voir la difference . On parle recession , chômage , difficultes economiques en Europe …nous y participons en encourageant la mauvaise qualité.
    bonne journée
    michele

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s