Marti Michell, le cœur sur la main

logo

Marti Michell est une adorable dame, toute fraîche et mignonne. Ce n’est pas la personne la plus connue actuellement dans le monde du patchwork, et pourtant nous lui devons tant !! Je vais simplement évoquer ce qui leur revient, à elle et son mari Richard, son compagnon de vie et de travail…

A la fin des années 60, Marti, jeune maman, commença à proposer des cours de couture. Parallèlement, elle aimait faire du patchwork et constata l’intérêt de ses élèves pour ses ouvrages, avec l’idée frémissante qu’après tout le patchwork n’était pas si ringard que ça et que cela faisait du bien de renouer avec les racines des grand-mères ! Très vite, le couple se rendit compte que les personnes cherchaient plus des kits de tissus et de modèles que des cours. Car dans les magasins de tissus, c’était le règne du polyester et des étoffes tricotées (dont on fait les tee-shirts par exemple). C’est donc ce couple qui, à partir des années 70, s’est démené pour offrir de nouveau des tissus de coton à la coupe, puis demander aux fournisseurs du molleton en grande largeur, etc. Tout ce qui nous est disponible et évident de nos jours ne l’était pas alors ! Ils sont devenus connus dans tous les Etats-Unis comme fournisseurs majeurs de matériel et de kits de patchwork aux magasins de détail.

Marti Michell/Katell
Marti Michell au stand des Ouvrages de Nat à Sainte-Marie-aux-Mines, en septembre 2014.

Dans le dernier numéro du magazine Les Nouvelles n° 123 de France Patchwork, vous trouverez en page 59 un extrait de ce que m’a appris Marti Michell à SMM en septembre dernier. Rendez-vous compte, c’est elle qui a créé la révolution du patchwork en 1980 en concevant l’utilisation du cutter rotatif avec des règles en plexiglas !

S’ensuivit dans les années 1981-85 l’organisation de cours sur l’utilisation du cutter rotatif tel que conçu par Marti Michell et son amie Mary Ellen Hopkins : ce fut dès lors une formidable effervescence dans le monde du patchwork ! Cette conception de coupe convient pour le travail traditionnel mais surtout suscite de nouvelles techniques, de nouvelles envies… qui ont vite traversé l’Atlantique ! J’ai acheté mon cutter rotatif au Rouvray en 1989, c’est toujours le même que j’utilise. Increvable, mon cutter OLFA ! En janvier prochain, je vous conterai l’histoire de cet objet qui fête ses 35 ans…

Je tiens à remercier très chaleureusement Nathalie Delarge des Ouvrages de Nat qui a rendu cette rencontre possible.

cerise pourpre
Photo empruntée à Cerise pourpre : prise à SMM, on voit deux couples au service du patchwork : Nathalie et son mari, Marti et son mari… Un accueil toujours chaleureux nous est réservé par eux quatre !

La passion continue depuis toutes ces années, les quilteuses du monde entier sont toujours à la demande de nouvelles idées… Cela tombe bien, Marti en a ! C’est au service des utilisatrices que Marti et son mari proposent des « facilitateurs » : tous ces objets, ces livres, ces kits qui permettent à chacune de réaliser de beaux quilts ! Ce sont en particulier les gabarits en plexi, extrêmement bien conçus (vous n’aurez plus de vilaines petites oreilles qui dépassent grâce à ces gabarits !), qui rencontrent leur public.

Ici en France, nous avons la chance d’avoir l’ambassadrice de charme de Marti en la personne de Nathalie Delarge. Tout comme Marti, elle est généreuse, patiente, infatigable, intelligente… J’arrête, je la vois rougir d’ici 😉 Et si vous avez des hésitations sur l’utilisation des gabarits ou que vous recherchez des trucs et astuces, courez voir les vidéos de Nathalie : elle vous explique TOUT avec clarté et brio !

Leur rencontre fut un coup de foudre. Leur collaboration est un succès durable. Que j’aime ces success stories ! 

Nat prépare du nouveau pour le mois de janvier : suivez-la sur Facebook et sur son blog pour ne rien rater !

ce n'est pas un mystère
Un des derniers tops de Nat, tout à la machine ! Les gabarits et la technique rendent possibles des assemblages à la machine incroyables !

J’ai gardé de ma rencontre avec Marti Michell un souvenir vif, empreint de respect envers cette dame à qui nous devons tant, mais aussi déjà de l’affection… Et puis elle m’a bien fait rire ! Sa petite blague en conclusion de notre entretien fut :

Le problème avec mes gabarits, c’est qu’ils sont très solides, ils durent une vie entière de quilteuse. Ce n’est pas bon pour le commerce ! Alors la prochaine fois, je me lance dans le commerce du chocolat !

Publicités

31 commentaires sur “Marti Michell, le cœur sur la main

  1. Quel plaisir j’ai eu aussi de rencontrer Marti et son mari Richard à SMM . je connaissais déjà Nathalie et je crois que grâce à elle et au gabarit de Marti, ma passion pour le patchwork (piècé ) s’est renforcé. Peut être que des gabarits en chocolat auraient un certain succès, lol.

    J'aime

  2. Comme j’aurais aime rencontrer ces personnes remarquables… mais je suis loin. L’ete prochain je m’installe en Auvergne alors peut-etre un jour… Le dernier top de Nathalie est somptueux!

    J'aime

  3. Merci de ce bel article et quand on dit « tout à la machine » je suis plus qu’heureuse de voir Marti derrière une Featherweight. Quand j’essaye de dire que c’est le nec plus ultra de la machine à coudre solide, compacte, facile à utilser sur sa table de travail comme à emporter pour un cours à l’extérieur . Pour celles qui ne connaissent pas ces petites merveilles, vous en verrez sur mon site . Leur numéro Singer est 221 pour la première , la plus simple et 222 pour la plus performante avec bras libre et griffes abaissables.

    J'aime

    1. Cette Featherweight appartient à Nat je crois ! Idéale machine à transporter partout !
      Nous le savons bien, comme pour beaucoup d’objets nos machines à coudre actuelles sont sur-dimensionnées pour ce que nous faisons avec : du point droit majoritairement ! Je comprends oh combien celles qui continuent d’utiliser des machines de grand-mères, si simples et jolies… Malgré tout, je suis heureuse d’utiliser les petits bonheurs de la machine électronique : l’aiguille qui reste en position basse, le coupe-fil et autres détails qui font gagner des secondes, des minutes… A chacune de trouver son plaisir avec la machine qui lui convient…
      Incidemment, je reviendrai sur des machines SINGER dans mon prochain article 🙂
      Merci Odile pour ta fidélité !

      J'aime

  4. j ai decouvert les gabarits de Marti a SMM en 1997, je les ai beaucoup utilise mais j etais un peu frustree de ne pas en avoir d autres en france, mais miracle , Nathalie arrive et là le plaisir de redecouvrir d autres gabarits et la multitude de quilts que l on peut faire avec est enorme, super hommage rendu a MM
    helene

    J'aime

  5. Ton article tombe bien : suivant Nathalie , et donc Marti, sur FB j’hésite, j’hésite, par quel set vais-je commencer ???? Toutes ses propositions m’attirent ! Pas facile pour quelqu’un comme moi qui hésite toujours ! Je vais peut-être attendre l’AEF pour voir en vrai ! Feras-tu le voyage jusqu’à Paris ? On ne sait jamais, ce serait peut-être l’occasion de te rencontrer !
    Pour ton avenir commercial, je suis bien d’accord : lance-toi dans le chocolat, là je n’hésite jamais !

    J'aime

    1. Je ne serai pas à l’AEF, sauf décision de dernière minute !!
      Si tu hésites, le mieux est de discuter avec Nat sur son stand ou plus tôt par internet, elle saura te poser les bonnes questions pour mieux te conseiller !

      J'aime

  6. je me suis lancée dans le patchwork grace à Nathalie Delarge et ses vidéos avec les gabarits de Marti Michell.
    Mille mercis à elles deux et aussi à vous pour tous les articles que vous écrivez sur le patch.
    Amicalement.
    Christiane.

    J'aime

  7. I’m happy to learn who was responsible for the rotary cutter! I joined the quilting enthusiasm long after the invention. I’m sure I would not have made my first quilt without it. To think of how many people have found the joy in quilt-making because of the rotary cutter, not to mention the huge growth in the industry! It boggles my mind. She deserves a highly recognized place in history. Thank you for informing us!

    J'aime

  8. Oui, oui, oui je suis tout à fait d’accord. Ce sont deux grandes dames que j’aime beaucoup, car elles font aimés le patchwork à beaucoup de personnes qui aiment le patch ou qui le découvrent.
    Elles sont toutes les deux en effet super gentilles, et mérittes que l’ont parles d’elles.
    Bravo Nat de nous l’avoir fait connaître.

    J'aime

  9. J’ai eu la chance de suivre un cours de Marti l’année passée à SMM, une journée formidable !!
    Mais des gabarits en chocolat, peut être que Nat notre dentiste préférée ne serait pas tout à fait d’accord !!

    J'aime

  10. Merci pour ce post, j’ai justement lu l’article dans France Patchwork cet après midi, que j’ai trouvé très intéressant. Je me lance depuis quelques semaines dans l’utilisation de ces gabarits et je suis convaincue. Je comprend que ça a été une belle rencontre. C’est ce qui est bien dans le monde du patchwork, et pour moi qui pratique depuis de nombreuses années, c’est une source inépuisable et il reste toujours à apprendre.
    Amicalement

    J'aime

    1. Tu as bien raison Murielle, chacune finit par trouver ce qu’elle préfère : travailler avec des gabarits, ou faire de la broderie sur le patch, ou inventer des formes libres, etc. L’important est d’aimer ce qu’on fait ! Et puis, il y a les rencontres, bonheur supplémentaire !

      J'aime

  11. A voir le nombre de commentaires, tu as fait mouche !!
    On a toutes des gabarits de Marti et on est toutes allées voir les vidéos de Nathalie !! Et c’est vrai qu’ils sont resistants lol !
    Merci pour ce beau reportage …..
    PS : petit plus pour toi…un bel article écrit dans  » les nouvelles » que j’ai eu le plaisir de lire hier soir dans mon lit tout en admirant ton beau quilt….. 😉

    J'aime

  12. Merci pour cet article. J’ai suivi deux cours en ligne avec Nathalie et j’ai beaucoup appris avec elle. Ses explications sont très claires et elle a un talent certain de pédagogue. J’aime beaucoup ce qu’elle fait, son dernier top est magnifique. J’ai acheté un premier set de Marti mais je ne m’en suis pas encore servi. J’espère pouvoir le faire l’année prochaine. Bonne soirée.

    J'aime

  13. Quand j’ai commencé à faire du patch nous n’avions que des règles et des ciseaux. Le cauchemar quand il fallait couper des km de tissu bien droit sans bavure. Tracer la ligne sur le tissu était long et fastidieux. Et celles qui n’avaient pas la patience de le faire aboutissaient souvent à des résultats médiocres. Et puis le rotary cutter est apparu. Au début j’ai hésité. L’outil était cher et surtout la planche n’existait pas encore (ou n’était pas assez répandue pour qu’on ait l’idée de l’employer). Et ces lames si précieuses, si vite abîmées tranchaient le carton, s’émoussaient sur le bois. Lorsqu’enfin le mariage a été célébré, que j’ai pu acheter ensemble le rotary cutter et sa planche j’ai cru que j’étais au bout de mes peines. Pas du tout : les règles de plastique s’abîmaient vite, celles en métal endommageaient la lame et surtout restaient ces terribles problèmes de mesure.

    Lorsqu’enfin j’ai eu les trois outils j’ai nagé dans le bonheur. Ma vie de quilteuse a été transformée comme celle de milliers d’autres qui n’ont peut être pas toujours conscience du chemin parcouru pour en arriver là. Jamais on ne pourra assez remercier et célébrer celle grâce à qui tout cela est devenu possible.

    L’autre jour j’achetais un mètre de tissu dans un petit magasin d’East Street. La vendeuse manipulait péniblement une énorme paire de ciseaux après avoir replié soigneusement le tissu sur la lisière pour être sûre d’aller droit. Nous nous sommes mis à deux pour l’aider, mais je pensais…. elle devrait vraiment avoir un rotary cutter.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s