EPP – La folie de la Passacaglia de Mr. Penrose

dscn1377 (1)En mai dernier, j’ai choisi de préparer un article sur le « piéçage sur papier à l’anglaise » pour le magazine France Patchwork. Il est paru en septembre (Les Nouvelles n° 126).

Je sentais bien que l’EPP prenait de la place chez les quilteuses ! EPP, mais qu’est-ce ? C’est l’élégante abréviation anglaise de notre « piéçage sur papier à l’anglaise », comme par exemple l’hexagone, faufilé sur papier puis assemblé au point glissé. EPP signifie English Paper Piecing. Ce qu’il faut savoir, c’est que cette technique d’emballage de tissu sur papier n’est pas réservé aux hexagones, même s’ils gardent la vedette.

Justement, depuis la rédaction de cet article, cette technique ne cesse de prendre de l’ampleur. Non, pas pour sa facilité ou rapidité je vous assure ! A vrai dire, ce qui enthousiasme un nombre extraordinaire de quilteuses, c’est de faire d’époustouflantes mosaïques !

mille booksLes Millefiori Quilts de Willyne Hammerstein (quilteuse hollandaise présentée dans Quiltmania n°  69, puis édition de ses modèles de quilts en 2 tomes par la même maison d’édition) connaissent un engouement extraordinaire. Cette Juge au Conseil d’Etat découvrit le patchwork en 1986 mais c’est après plusieurs tentatives tous azimuts qu’elle a trouvé son bonheur dans le patchwork à la main, la détressant de son travail extrêmement prenant.

La-Passacaglia-Quilt
La quilteuse Willyne Hammerstein engendre un immense engouement pour le travail à la main !

Linda Franz, quilteuse canadienne qui a inventé l’Inklinko, utilisation de notre imprimante domestique pour éditer toutes sortes de gabarits, s’est investie dans l’aide à la réalisation d’un de ces quilts. Elle propose l’impression directe des gabarits d’un des quilts préférés, La Passacaglia with Mr. Penrose. Ils sont à utiliser comme on veut, en EPP ou en assemblage au point droit, c’est-à-dire à l’américaine. Voir son offre ici. Cela soulage la fabrication des multiples gabarits, surtout en EPP !

Car oui, la grande vedette de ces livres est le quilt le plus complexe, La Passacaglia !

Au lieu de faufiler chaque pièce sur papier, certaines quilteuses collent temporairement leur tissu sur papier. Un gain de temps sans doute, mais la beauté du geste traditionnel n’est plus ! A chacun de choisir son mode d’assemblage. Sur le blog Very Berry (UK), on peut voir les débuts et l’organisation de la quilteuse qui fait ce fameux quilt en tissus Liberty, of course !  Mais en Australie aussi, la fièvre de la Passacaglia fait de nombreuses victimes…

IMG_0907
Avancement du quilt en Australie chez Lilabelle Lane.

 Question subsidiaire : qui est Mr. Penrose ?

C’est un mathématicien et physicien britannique toujours vivant qui écrivit en 1974 un livre sur les pavages… Le lien entre les mosaïques de tissus, de dessins ou de carrelage est direct !

RogerPenroseTileTAMU2010
Roger Penrose sur un carrelage illustrant ses recherches, au Texas.

 Lasse du patchwork à la machine ? Pensez Millefiori Quilts ! Près de 4000 membres inscrits au groupe Facebook La Passacaglia

Addendum : après le commentaire de Pascale Genevée, j’ajoute avec plaisir le  groupe FB New Hexagon de plus de 7000 membres !!

Publicités

40 commentaires sur “EPP – La folie de la Passacaglia de Mr. Penrose

  1. Merci pour cet article. J’ai effectivement adoré l’effet de quasi-méditation lorsque j’ai travaillé de cette manière de petits hexagones. On est évidemment très loin d’une haute productivité mais paradoxalement, je n’ai jamais considéré cela comme une perte de temps.
    Quant à Mr. Penrose et les possibilités de pavages en patchwork, c’est une aventure à laquelle je ne désespère pas d’arriver un jour au bout.
    Bonne journée !

    J'aime

  2. Le quilt avec les liberty va être superbe! Merci pour l’article et tous les liens. Je me régale simplement en sachant que je ne le ferai jamais et ce plaisir simple fait du bien! Belle journée
    Merci aussi pour tes derniers articles, surtout celui sur la ligne noire. J’ai beaucoup aimé!

    J'aime

  3. http://www.huffingtonpost.fr/2015/08/20/decouverte-mathematiques_n_8013972.html
    J’ai toujours été fascinée par les pavages et, donc, par le travail d’Escher qui en découle.
    Savais-tu que les mathématiciens viennent de découvrir un nouveau pavage régulier à 5 côtés ! Merci pour les quilteuses ! Mais je n’imaginais pas ces messieurs très sérieux se réjouir d’une telle découverte !
    Je suis aussi tombée dans la bassine : je fais partie de l’autre groupe d’Hexagomaniaques !

    J'aime

    1. Je viens de faire la petite modif sur le lien que tu donnes pour qu’on puisse l’ouvrir. Effectivement, les mathématiciens font avancer les choses ! Qui aura le premier carrelage en pentagones dans sa salle de bains ? 😉
      Merci Pascale pour ce complément !

      J'aime

  4. Le groupe dont je fais partie est « The New Hexagon; Millefiori Quilt Along » mené par Katja Marek sur FB. C’est passionnant de voir comment chacune interprète et fait avancer son ouvrage.
    En tout cas, merci M.Penrose !

    J'aime

    1. Bjr, je viens de parcourir cet article et j’ai un lien qui peut vous intéresser.
      Il s’agit d’un blog avec bcp de liens sur la passacaglia.
      Cette blogueuse vient de créer un groupe Facebook, dont le lien est sur sa page.
      Bonne lecture,
      Virginie

      J'aime

  5. Je suis en admiration devant la patience de fourmi des gens travaillant en EPP. Je me dois de signaler cependant que Willine Hammerstein à laquelle vous faites référence en début de post, travaille à la méthode américaine. !
    Et je ne veux pas lancer un polémique « pour/contre ! Le patchwork , c’est d’abord un plaisir, chacun le pratique comme il lui plait.

    J'aime

    1. Tu as raison Renée, je n’ai pas précisé que Willyne travaille à l’américaine, comme le précise aussi Linda Franz. Dans ce cas, on n’a pas besoin d’autant de gabarits, tout se fait au point droit… mais curieusement le travail minutieux à l’anglaise remporte la palme en ce moment ! Je souscris totalement à ta conclusion… Chacune fait ce qui lui plaît !

      J'aime

  6. Merci pour ce formidable article qui m’a passionné..Merci aussi de nous avoir présenté Mr Penrose et.croyez-moi, je vais suivre vos lien avec grand intérêt..
    Je fais partie de ces quilteuses qui adorent le travail main et je suis aussi une passionnée du montage des petits hexagones à l’anglaise: exercice tellement apaisant !!
    Très belle journée à vous,
    Isa

    J'aime

  7. Merci pour ton article. Je m’aperçois que je « suis dans le vent » (et à 80 ans c’est un vrai plaisir).
    J’ ai fait ces derniers jours une foultitude d’essais pour réaliser les hexagones à l’anglaise dans
    les meilleures conditions . Le bristol, avec bâti, le bristol collé avec une colle en bâton,
    le vlisofix ‘mais cela donne un petit bruit très désagréable.
    En définitive je suis revenue au bristol, je fais une petite fente au milieu du bristol pour l’enlever
    plus facilement aves une pince à épiler.
    Voilà le récit de mes essais. Mais quelle merveille ces hexagones et plus ils sont petits plus c’est beau. Amitiés à toi et à toutes. Andrée.

    J'aime

    1. Quel plaisir de te lire ! Le patchwork maintient jeune, je le vois aussi autour de moi ! Bravo Andrée et merci pour ce partage de petits trucs. Effectivement les gabarits tout faits qu’on peut acheter ont parfois un petit trou pour les faire sauter d’un coup de pointe de crayon ; ta fente dans le bristol est d’égale efficacité !

      J'aime

  8. Wow…4000 et 70000 membres ?? Bravo mesdames !
    J’ai le livre (son premier) car à chaque fois que je l’ouvre, je suis hypnotisée par ce quilt….mais je viens tellement de faire des hexies en EPP avec le Brinton que j’ai fait une petite overdose ! ^^
    Je dois t’avouer une réflexion quant au Passacaglia : je ne suis pas experte, loin de là, mais je préfère regarder ceux réalisés par les quilteuses que celui de l’auteur….on devine mieux les rosaces !!
    Cette réflexion ne regarde que moi, simple amatrice, et n’engage que moi bien sûr !

    J'aime

    1. Les goûts et les couleurs…
      Moi j’adore le jardin de grand-mère sur fond rouge de l’introduction… et my little winter blues, sans doute les plus simples. Ils sont tous merveilleux, mais je ne pense pas en faire un seul un jour !
      Beaucoup de ces quilts, faits en soies recyclées, me rappellent ceux de Marie-Claude Tsuruya (La Chambre des Couleurs).

      J'aime

  9. J’ai moi aussi plongée dans les hexagones, j’ai testé la méthode anglaise, maintenant j’imprime mes gabarits et je les découpe. Je me prépare un petit jardin de grand-mère pour un sac. J’ai aussi testé la méthode rapide avec la colle. C’est d’ailleurs cette méthode que j’ai choisie pour mes cartes de vœux.
    J’adore les hexis.
    Vos articles sont à chaque fois passionnants, merci du fond du cœur.

    J'aime

  10. Bravo pour celles(et ceux) qui ont la patience de faire des carrelages si beaux à la main! et très interessante la tuile à 5 cotes, à explorer.

    J'aime

      1. Moi ce qui m’étonne, c’est que cette découverte soit un tel événement dans le monde des mathématiques……Pour moi, les maths c’est du « sérieux » ! Mais non, ces savants jouent à trouver des pavages pour les quilteuses !lol

        J'aime

  11. I have just learned about this phenomenon. The quilts seem so complex, I am surprised that so many are making them. Every one is stunningly beautiful. It’s good to know that so many are taking up the needle in hand!

    J'aime

  12. J’ai eu la chance de suivre le cours de Willyme à Nantes cette année et j’en suis encore toute éblouie 😉
    Il y a aussi la façon de découper les morceaux, coupe sélective, ou répétitive (comme Willyme) qui ajoute de l’intérêt supplémentaire au travail et un charme indéniable à l’assemblage.
    Merci pour cet article très documenté !

    J'aime

    1. Quelle chance ! Ce cours devait être passionnant, cette dame semble tellement lumineuse et intéressante ! De plus, sa manière personnalisée de travailler ne peut qu’enrichir sa propre méthode.

      J'aime

  13. Bonjour Katell,
    Je suis guère présente sur le blog des Conteuses et les blogs amis en ce moment.
    J’admire et j’aime beaucoup l’ouvrage de Lilabelle.

    J'aime

    1. Nécessairement, on a des périodes avec plus ou moins de présence sur le Net. Et il ne faut tirer aucune conclusion sur la vie des autres !
      Chère Conteuse, merci d’avoir laissé un mot, bonne journée ❤

      J'aime

  14. C’est vrai que la méthode anglaise permet de réaliser avec une grande précision des assemblages très complexes. Son autre avantage étant qu’on peu emporter son ouvrage partout puisqu’il suffit d’avoir très peu de matériel.Je suis enchantée que ça revienne à la mode

    J'aime

  15. J’avais loupé cet article mais avec la folie du passacaglia qui déferle actuellement je le découvre avec plaisir.
    D’ailleurs Emma Coutancier vient d’ouvrir un groupe fb à ce sujet en français
    Bises

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s