La tapisserie de Saint-Martin-Le-Vieil

Hier, attirée par un article de France3 (voir le blog du Patchwork sur son 31), je suis allée vers Carcassonne mais me suis arrêtée peu de kilomètres avant, dans un village perché le long d’une petite crête avec la vue plein sud.

header
Saint-Martin-le-Vieil, dans l’Aude

Ma visite était pour le foyer rural dans lequel est exposé (jusqu’à ce soir) une tapisserie. Pas n’importe laquelle ! Une tapisserie racontant l’histoire du village sur une dizaine de siècles, à la manière de la tapisserie de Bayeux ! L’idée a germé dans la tête de l’ancienne Maire du village après sa visite de la tapisserie de Bayeux, en 2001. Choc émotionnel, culturel, esthétique… Mais pourquoi ne ferait-on pas de même dans notre petit village ?

Des historiens, un peintre du village furent mis à contribution avec les brodeuses volontaires, en tout 11 personnes sont les heureux parents de cet ouvrage.

dscn3682

Imaginons les longues discussions pour savoir que représenter, puis les maquettes qui sont souvent retouchées… Il faut trouver les matières premières aussi : on mise sur les tissus de lin blanchi filé et tissé à Castres (non loin de là) avec bonheur, mais les laines Médicis furent bien plus difficiles à trouver : on ne prenait pas ce projet au sérieux !… Huit couleurs suffisent pour rendre toutes les nuances à l’image de la tapisserie de Bayeux, elles ont été soigneusement choisies pour être les exactes teintes des teintures naturelles d’antan.

Eh bien, le résultat est simplement sublime ! Madame Costa, la présidente de l’association Les Cruzels, m’a très gentiment fait une visite commentée de l’histoire de ce village – et des histoires de ce beau pays – en commençant par ce mot bizarre : les cruzels.

cruzel
Cruzel de St-Martin-le-Vieil

C’est un mot occitan désignant les cavités qu’on trouve à l’arrière de plusieurs maisons, creusées dans le calcaire. Il y en a presque une quarantaine et témoignent d’un habitat troglodyte primitif. Des silos restent visibles dans certains : une bonne cachette pour le grain !

dscn3684

Autre point fort du Moyen-Âge : la construction de l’Abbaye cistercienne de Villelongue, à un jet de pierre de St-Martin. Sa construction commença en 1170 et fait l’objet de belles campagnes de rénovation. A visiter !

dscn3685

Puis vient la guerre impitoyable contre les Cathares, quatre abbés y participèrent avec Simon de Montfort, ce qui enrichit l’Abbaye. Bon, passons, moi je suis pour les perdants, les Cathares !

On voit aussi le Prince Noir, affreux jojo anglais qui sema la terreur dans nos terres gasconnes et occitanes : le principe de la guerre de 100 ans était plutôt d’affaiblir l’ennemi (nous, les Français) par des chevauchées semant la terreur à force de razzias, de viols, d’incendies, de massacres plutôt que de mener des guerres de position. Grâce à ses remparts, St-Martin fut épargné : Edouard de Plantagenêt dit le Prince Noir passa son chemin vers des villages plus faciles à mettre à sac. Castelnaudary, par exemple, fut complètement détruit en 1355.

A la même époque, la peste noire fit des ravages vers 1350 comme partout ailleurs en Europe ; ce tableau de tapisserie est particulièrement lugubre mais si bien fait…

dscn3688

Puis vint l’abondance et l’âge d’or du pays qui devint Pays de Cocagne avec la culture du pastel, cette plante Isatis tinctoria qui donnait les plus beaux bleus… jusqu’à ce que l’indigo asiatique prenne sa place.

dscn3687

Comme toute bonne histoire, finissons par un banquet de mariage ! La légende dit qu’on prêtait le donjon aux jeunes mariés, tradition dont on se souvenait encore au XIXe siècle…

dscn3686

Cette tapisserie est merveilleusement faite. Comme la tapisserie de Bayeux, elle est brodée au point de Bayeux qui remplit les zones cernées de point de tige en gâchant le moins de fil possible au dos (seuls des petits points très courts sont visibles au dos, tout comme les broderies afghanes importées par Pascale Goldenberg) et elle utilise les mêmes matériaux : lin et laine ; elle a une bande narrative centrale et deux fines bandes au-dessus et en-dessous. Les bandes étroites montent de nombreux détails, des plantes et animaux de la nature environnante, des animaux fabuleux, des armes et des outils… Autant d’éléments qui enrichissent la tapisserie ! On y trouve aussi les initiales des brodeuses ; elles étaient à l’exposition, toutes fières de l’accueil du public venu nombreux et complètement séduit. Merci à Anne-Marie Denuc qui m’a donné de nombreux détails complémentaires sur ce groupe de brodeuses qui ont fait ce travail extraordinaire !

dscn3680
Les photos sont interdites, mais j’ai acheté la collection de cartes postales en souvenir.

Les conditions d’exposition sont parfaites : une salle dans la pénombre, tendue de tissus noirs était l’écrin de ces 16 mètres de lin éclairé, protégé par un couloir de 50 cm matérialisé par terre. Le croirez-vous (mais vous le savez bien…) les enfants étaient bien plus disciplinés que les adultes !

Espérons que cette tapisserie connaîtra une longue et prestigieuse carrière. Sorèze l’exposera très certainement -comment pourrait-il en être autrement ?- mais j’espère que d’autres organismes feront également la démarche de l’exposer !

Courriel de la Mairie de St-Martin-le-Vieil :
st-martin-le-vieil@wanadoo.fr

Publicités

35 réflexions sur « La tapisserie de Saint-Martin-Le-Vieil »

  1. Encore un article fantastique ! MERCI Katell. Voici donc depuis plus d’ 1 heure que je lis, que je saute de lien en lien, que j’apprends Dom Robert (admirable), des mots mystérieux comme les cruzels, que je regarde les travaux de l’abbaye-école de Sorrèze, que je revoie la tapisserie de Bayeux et son point célèbre, et surtout que j’admire l’idée et la ténacité de ces dames qui pendant 15 ans ont mené à bien cette grande fresque ! 180 mois à se réunir, à discuter, à broder, Pfff ! c’est fabuleux ! J’espère que ce travail admirable aura une notoriété nationale et pourquoi pas européenne (Sainte Marie aux Mines ?) et ne restera pas à Sorrèze !
    Elles doivent se sentir désoeuvrées maintenant !

    J'aime

    1. C’est pour attirer l’attention que j’ai fait l’article en rentrant de visite, qui sait, peut-être sera-t-il utile pour l’organisation d’autres expositions ?
      Merci infiniment d’avoir pris le temps de suivre les liens pour te plonger dans cet univers !
      Belle journée ma chère Dany !

      J'aime

  2. Ravie de lire le récit de ta visite. Je n’avais aucun doute sur la qualité de ce travail en commun. J’espère pour elles que cela sera exposé à Sorèze et pourquoi pas en Creuse dans la région d’Aubusson, berceau de la fabrication de laine pour tapisserie.

    J'aime

    1. Elles n’osent pas se faire connaître auprès de la responsable de la tapisserie de Bayeux, mais je crois que Joelle 09 va savoir faire le lien pour elles !
      Tout ceci grâce à ton info d’hier matin : encore une belle chaîne d’amitié au service de la création 🙂

      J'aime

  3. Bonjour,
    Quelle superbe idée que cette tapisserie. Fan de généalogie, parce qu’elle raconte l’histoire des hommes, j’aime beaucoup l’idée de cette tapisserie et j’admire toutes ces dames qui ont mis tant de coeur et de talent pour transmettre un bout de l’histoire de leur pays. Et puis bravo à toi de prendre le temps de rédiger un véritable article, et pas seulement un post avec quelques photos. Je vais continuer le voyage en suivant tous les liens dont tu as judicieusement jalonné ton article. Bonne journée.

    J'aime

  4. Ca alors, je suis à quelques km de ce village et je découvre cette fabuleuse histoire de broderie grace à toi. Mais comment ce fait-il qu’un tel travail soit resté aussi confidentiel. Et quel dommage que l’exposition soit terminée, je suis sûre que beaucoup de visiteurs de notre salon auraient fait les quelques km supplémentaires pour aller l’admirer. Ah la communication ……

    J'aime

    1. Oui, quand j’ai vu que c’était tout près de Pexiora, j’ai tellement regretté, à un week-end près… Ont-elles voulu garder secrète leur aventure historique et artistique jusqu’au bout ? Je crois tout simplement que c’est par modestie…

      J'aime

  5. Un magnifique ouvrage et une belle histoire malgré ses tragédies. Peut-on la voir quelque part? acheter les cartes postales serait un vrai bonheur. Merci pour ce reportage passionnant.

    J'aime

  6. Quelle superbe tapisserie sur la broderie!!!!Vraiment, tes articles sont tellement intéressants que je ne cesse de venir et venir encore sur ton blog pour poursuivre tes découvertes si belles et surtout enrichissantes…MERCI Katell!….Peut-être qu’un jour, aurons nous la chance de revoir cette exposition?….

    J'aime

  7. Merci Katell
    Grâce à vous j’ai passé hier un merveilleux après-midi à admirer le superbe travail de bénédictin des brodeuses de St martin le vieil . C’est magnifique et touchant à la fois !
    Il s’en passe de belles choses dans nos campagnes !Votre reportage de ce matin est complet et parfait : comme d’hab !!!

    J'aime

  8. J’espère avoir le grand plaisir de pouvoir admirer cette immense broderie un jour prochain. Effectivement , dommage qu’elle ne soit plus exposée la semaine prochaine alors que beaucoup de passionnées iront à Pexiora.

    J'aime

  9. Quelle belle idée!
    Une pure merveille. Comme notre tapisserie de Bayeux. Je suis normande ceci explique cela.
    Un grand coup de chapeau à ces dames qui ont si bien travaillé.
    Et bien sûr merci à toi tu nous enchantes vraiment avec cet article et tous les autres.
    Un vrai bonheur!
    Bonne journée au soleil du Sud-Ouest. En Normandie….ciel gris….c’est pour la rime.
    Bonne journée et bisous.
    Andrée.

    Aimé par 1 personne

  10. L’été dernier j’ai vu la tapisserie de Bayeux. C’est vraiment une œuvre impressionnante !
    C’est incroyable ce que ces dames ont fait !

    J'aime

  11. Bonjour Catherine, peut-être te souviens-tu vaguement de 2 de tes anciennes élèves, les sœurs de Carcassonne ? Une des 2, moi en l’occurrence, est une Saint-Martignole. Et Eliane me disait hier qu’il fallait t’envoyer un mail pour te mettre au courant de cette expo. Je vois que tu n’as pas eu besoin de nous. Notre plus grand regret est qu’on ne s’y soit pas rencontrées car nous y étions aussi hier, moi pour la 2eme fois. J’admire ton article-reportage, qui est vraiment très complet et précis (comme d’habitude), j’aurais été bien incapable d’en faire autant. J’espère qu’il contribuera à faire dépasser le cadre de Sorèze à nos brodeuses ! La minutie de ce travail est impressionnante.
    Merci pour le temps que tu passes à toutes tes recherches et tes articles, c’est toujours passionnant.
    Est-ce qu’il t’arrive de dormir quelquefois ?

    J'aime

    1. Annik et Eliane, quel plaisir de vous retrouver par le blog ! J’espère que vous allez bien et continuez à faire de jolies choses, à vous occuper des chevaux, etc.
      Je reçois des messages persos qui me disent qu’il faut absolument faire voyager cette tapisserie, j’espère que du concret en ressortira ! Avec le mail de la Mairie en fin d’article, je pense que les contacts se feront directement.
      Je dors… mais pendant ce temps je rêve patch et écriture !
      Gros bisous à toutes deux !

      J'aime

  12. Comme d’habitude, je suis passionnée par votre article. Je suis persuadée, au vu de la qualité du travail réalisé, que nous pourrons bientôt admirer cette oeuvre. Bravo à toutes pour cette réalisation, cette abnégation et cette modestie et bravo Katell de nous avoir fait partager cela.

    J'aime

  13. Ces brodeuses sont bien trop modestes mais c’est tout à leur honneur ! Magnifique travail d’histoire qui en dit long sur leur attachement à leur région ! Bravo à toutes !

    J'aime

  14. Sensationnel !!!! Bravo mesdames pour l’idée mais aussi pour l’exécution !
    J’ai, moi-même, brodé une petite reproduction de la tapisserie de Bayeux dont je ne me lasse pas. Sans doute, y aura-t-il des émules …..

    J'aime

  15. avec toi Katell on sait lorsqu’on commence la lecture d’un de tes articles mais on ignore à quelle heure on le quittera
    j’ai été bluffée par le travail de ces brodeuses – quelle magnifique initiative — elles méritent que leur oeuvre circule – grâce aux broderies afghanes je connais le point de bayeux -on me demande souvent sur les salons de l’expliquer
    un grand merci pour ton article très documenté (comme toujours)
    c’est agréable de commencer une journée avec toi – continue à nous faire réver autant par le patch – la littérature ou la peinture
    bises
    Francedakar

    J'aime

  16. Impressionnante cette tapisserie. Et les petits villages témoignent souvent d’une créativité et d’un talent que les grandes villes n’ont pas toujours

    J'aime

  17. Super article, quel plaisir de découvrir tant de richesses cachées. C’ est incroyable de penser à tout ce temps à travailler ensemble aussi modestement. Cela me fait penser au monsieur qui brode l’ épopée des cathares, lui aussi au point de Bayeux. Son nom m’ échappe mais je l’ avais fait venir à la JA de St Chinian et si cela t’ interresse, je peux retrouver ses coordonnées.Bisous, frede

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s