Les Charm Quilts, ça continue !

Pour toutes celles qui ont envie de partager des tissus et faire leur propre Charm Quilt, Marie-Christine organise un partage sur son blog, avec le même principe que celui qui a porté ses fruits en Haute-Garonne.

Alors n’hésitez pas ! Rendez-vous chez Marie Christine à Carrément Crazy, son blog !

Pour répondre à Liberty qui m’a demandé ce que je faisais avec des tissus Neelam, qui sont des étoffes venant directement d’Inde et bénéficiant d’un commerce équitable, tissus teints avec des pigments naturels et imprimés manuellement au tampon, voici quelques illustrations.

Liberty, voici une photo où tu as à la fois un sampler fait de tissus Neelam (sauf les tissus bleus entourant les blocs), ouvrage de la délégation FP31 à l’occasion des 30 ans de France Patchwork, tu as aussi un sac que j’ai fait et une splendide veste (celle que Kristine continue de porter l’hiver : tout le monde aimerait la lui piquer !!) :

J’ai terminé aussi un panneau imprimé par Dijanne Cevaal par un encadrement avec des tissus Neelam :

A voir ici aussi

Comme tu le vois, Liberty, j’utilise les tissus Neelam comme n’importe quel autre, mais ils ont un charme inimitable, en raison de leur touche artisanale !

… Et bien sûr, il y aura des tissus Neelam dans mon Charm Quilt…

Réponse Flash !

J’aurais voulu faire plaisir à chacune… Vous avez été  37 à participer à mon petit jeu qui consistait à laisser un message, si et seulement si vous vouliez recevoir une invitation au Salon de l’Aiguille en Fête qui aura lieu la semaine prochaine :

carte-postale-aiguille-en-fete-2017-1

J’ai demandé à RANDOM.ORG de choisir un numéro entre 1 et 37 (ordre chronologique), à deux reprises, pour désigner 2 commentaires. Les 2 chanceuses sont (merci de vérifier votre prénom ET numéro dans l’article précédent, il peut y avoir des homonymes) :

True Random Number Generator

Min: Max: Result:24

Min: Max: Result:8

Donc ce sont les n° 24 et 8 qui ont gagné !

Babeth : 24
Merci pour cette gentille proposition
Je tente ma chance

Cotonnade : 8
Depuis le temps que je rêve d’y aller Katell, je vais bien sûr tenter ma chance!!!Merci beaucoup pour ton offre et je te souhaite une toute belle journée. À ce soir……

 

nico-005-e1394728120840
https://quilteuseforever.wordpress.com/2014/03/17/shamrock/

Cerise sur le gâteau, j’ai reçu une 3e invitation au courrier ce matin (cela ne m’était jamais arrivé auparavant, merci aux exposants qui pensent à moi… et j’ai bien fait de faire ce petit jeu !). Il y a donc une 3e gagnante :

True Random Number Generator

Min: Max: Result:25

Danielle : 25
Merci Rose et Katell, je tente également ma chance !

Que chacune (Babeth, Cotonnade et Danielle) m’adresse avant demain 9h30 son adresse postale (mon adresse email : katellpointfp31arobasegmailpointcom, sinon vous risquez de recevoir l’invitation en retard.

Bravo aux gagnantes et bonne soirée à toutes !

shamrock
https://quilteuseforever.wordpress.com/2014/03/17/shamrock/

 

Offre flash !

postcardaef2017-759x1024La semaine prochaine, c’est l’Aiguille en Fête, le Salon tant prisé de Paris, où les Françaises qui tirent l’aiguille se pressent… et aussi de nombreuses Européennes ! Si vous projetez d’y aller mais que vous n’avez pas encore votre billet, laissez-moi un commentaire aujourd’hui, jusqu’à 20 heures, et un tirage au sort aura lieu : j’ai 2 invitations à vous offrir car la semaine prochaine, je garde ma nièce Rose et ne pourrai y aller !

Je donnerai le résultat du tirage au sort vers 21 h et vous aurez jusqu’à demain matin, 9h30, pour me donner votre adresse postale à :
katell point fp31 arobase gmail point com.

Je posterai les invitations aux gagnants demain vendredi dans la journée, pour que vous receviez le Sésame lundi au plus tard. Bonne chance !

Réservé aux personnes intéressées, je compte sur vous !

 

Alice au pays des kiwis / Shirley, Wendy et Deb

Suite et fin de la présentation par Alice de quelques-unes de ses chères amies de Nouvelle-Zélande, avec qui elle a tant aimé parler patchwork & quilting… Ces petits portraits sont extrêmement touchants et font écho sans doute, pour chacune d’entre nous, à nos propres belles rencontres grâce à notre passion commune.

Shirley

Shirley travaillait à mi-temps dans la boutique où je travaillais. C’est elle qui m’a appris tant de techniques différentes ainsi que le tricot. Shirley est très bienveillante et aime partager son savoir. Elle est très patiente avec les débutants mais n’hésitera pas à défaire votre travail s’il y a une erreur. Elle m’a appris à être plus exigeante envers mes ouvrages. J’ai désormais un œil plus critique et si je commets une erreur, j’entends la voix de Shirley dans ma tête et je m’empresse d’utiliser mon découd-vite. Elle enseigne des cours de patchwork dans divers clubs et boutiques mais elle participe également, en tant qu’élève, à de nombreux ateliers pour élargir ses domaines de compétences.

Shirley 1

Shirley est très dynamique créativement. Elle est sans cesse à la recherche de nouvelles techniques et aime les expérimentations. Dernièrement, elle s’est cousu des robes en coloriant sur du tissu et elle est très intéressée par la technique de tissage avec tissu. J’aime beaucoup discuter avec elle et découvrir sur quoi elle travaille car ça sera à chaque fois différent. Elle partage, dans son blog « Don’t wait to create« , ses expérimentations, les travaux de ses élèves et les expositions auxquelles elle assiste. Shirley est reconnue dans le milieu et la communauté patchwork fait souvent appel à elle pour juger des expositions.

Shirley 2

Shirley est pétillante de créativité mais sait rester organisée: elle n’a jamais plus de deux ou trois projets en cours et elle sait les terminer avant d’en commencer un autre. Rigueur que peu d’entre nous possèdent, n’est-ce pas? Elle encourage toujours ses copines de patch à finir les projets inachevés. Elle m’a ainsi aidé à finir tous mes « WIP » (Work In Progress = travaux en cours) avant que mon bout de chou pointe son nez. Shirley a le cœur sur la main, elle prête souvent ses outils à ses amis et ses élèves. Pour la naissance de ma fille, elle m’a offert deux ensembles magnifiques faits main. Elle a également organisé une baby shower party surprise en invitant toutes les personnes citées. J’étais très touchée par ce geste.

Voici le dernier ouvrage de Shirley, un sample pour sa classe de « quilt as you go ».

Shirley 3

Wendy

Si vous suivez mon aventure de la Round Robin dans mon blog, vous avez peut-être déjà entendu parler de Wendy. Le projet de la Round Robin a été créé avec des personnes sur internet (chacune d’entre nous possédait un blog de patchwork). Quand nous avons réalisé que nous habitions la même ville avec Wendy, nous avons décidé de nous rencontrer autour d’un café pour nous échanger les quilts du projet. Nous avons lié une amitié et il nous arrivait de nous rencontrer régulièrement autour d’un café en dehors du projet de la Round Robin. J’ai présenté Wendy au reste du groupe. Elle est désormais inscrite à la Guild de Wellington et en est la secrétaire. Elle a également effectué des petites conférences avec Shirley sur leur projet quilt de la Passacaglia.

Wendy 1

Wendy aime les projets très minutieux. Elle travaille souvent plusieurs années sur un projet. J’admire sa patience. Elle aime tous les travaux d’aiguilles: le quilting main, la broderie en fil d’or, le point de croix, le sashiko et la « broderie à jours ». Vous pouvez voir davantage de projets dans son blog « Wendy quilts and more« . Wendy aime beaucoup la couleur bleue et verte et raffole des tissus de Kaffe Fasset.

Wendy 2

Nous avons des goûts très différents avec Wendy, notre situation de vie est également différente ainsi que notre démarche créative (ex: elle suit des patrons scrupuleusement, j’aime improviser). Je me suis souvent demandé pourquoi nous étions amies malgré toutes nos différences. Dans le monde du patchwork, on oppose souvent moderne à traditionnel. Je suis plutôt vers la tendance moderne à réaliser des projets assez rapides mais j’apprécie également le traditionnel et les projets qui requièrent des patrons précis. Je ne pense pas qu’il y ait une bonne et une mauvaise façon de voir les choses. J’aime échanger avec Wendy qui me fait découvrir une autre facette de cet art textile.

Wendy 3

Deb

Deb habite dans l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande à Christchurch. Nous nous sommes rencontrées virtuellement par les réseaux sociaux à travers son blog et sur Instagram. C’est marrant comme des amitiés peuvent se développer de cette façon. Deb partage beaucoup sa vie quotidienne et ses sentiments dans son blog « Work In Progress« . De ce fait, j’ai l’impression de la connaître comme une copine proche. Elle m’avait beaucoup émue lorsqu’elle relatait la catastrophe des tremblements de terre de Christchurch et de toutes les implications au quotidien que ces tremblements de terre ont eu sur tous les habitants. Cinq ans après, le centre ville est toujours en ruine. C’est vraiment poignant comme spectacle. Sa fille de 6 ans ne se rappelle de la ville qu’en chantier. Deb se sert des barricades de chantier pour photographier ses quilts. Les quilts sont une explosion de couleurs qui fait du bien parmi tous les chantiers de reconstruction.

Deb 1

Deb possède une énergie débordante et communicative. Je l’ai suivie et encouragée à travers beaucoup de challenges personnels: une opération importante de la hanche, la reprise de ses études, un divorce. Elle partage également ses succès personnels sur les réseaux sociaux comme son voyage seule à New-York (rêve de longue date), son double diplôme obtenu récemment. J’admire énormément Deb, elle entreprend toujours beaucoup de choses qui ne sont pas évidentes. Malgré sa vie déjà bien chargée, elle est extrêmement attentive au bien-être de sa communauté patch. En apprenant mon arrivée en Nouvelle-Zélande, elle m’a envoyé un gros colis de chutes de tissus. J’ai été très émue par sa générosité. J’ai utilisé ses chutes à maintes reprises pour mes projets quilt. Deb aime les chutes de tissus et a horreur du gaspillage. Elle aime utiliser les bouts de tissus délaissés ou les mal-aimés pour créer des quilts :

Deb 2

En 2014 Deb a été inspirée par un nouveau livre de patchwork « Beyond Neutral » par John Q. Adams. Elle a décidé de se lancer un challenge créatif avant sa grande opération : créer tous les quilts du livre! Les quilts ont tous un look moderne avec des formes géométriques épurées qui donnent la parole aux tissus choisis. Pendant ce challenge, Deb devait également finir son double diplôme tout en s’occupant de la maison et de ses quatre enfants. Je n’arrive pas à comprendre comment c’est possible mais elle a réussi à relever tous ces défis (elle a obtenu son double diplôme avec mention bien). Bravo Deb!

Deb 3

C’est avec nostalgie que je clôture ce chapitre de ma vie. La Nouvelle-Zélande m’a offert des amies précieuses dans la communauté du patch que j’admire énormément. Je les remercie du fond du cœur de m’avoir fait une petite place dans leur cercle (déjà bien rempli) d’amis. Grâce à ces personnalités variées, la communauté du patch est très dynamique et pétillante de créativité. J’espère pouvoir faire d’aussi belles rencontres en France.

Alice

Alice au pays des kiwis / Adrianne et Anne

Rappelez-vous les articles d’Alice, une Française en Nouvelle-Zélande, ici et … Depuis, vous êtes nombreuses à suivre également son blog !
Alice s’installe à présent en France, vous aurez bientôt de fraîches nouvelles de son installation. Elle compte sur nous pour lui permettre une intégration dans le monde français du patchwork !
Mais avant de tourner la page, Alice souhaitait rendre hommage à ses amies quilteuses du bout du monde. Je lui laisse volontiers nous présenter ses cinq amies, c’est pour nous l’occasion unique de connaître les goûts et les couleurs d’artistes néo-zélandaises.

QuilteuseForever

Bonjour, je m’appelle Alice et voici le dernier volet de mon aventure en Nouvelle-Zélande. Nous avons décidé avec mon mari de rentrer en France pour que notre entourage puisse faire la connaissance de notre fille. J’ai eu la chance de rencontrer de nombreuses personnes très accueillantes dans la communauté du patchwork en Nouvelle-Zélande et je voudrais vous présenter quelques-unes de mes amies. Elles sont toutes très différentes mais notre passion pour le quilt nous réunit. Commençons par Adrianne et Anne.

Adrianne

J’ai l’habitude de voyager et pour se construire un cercle d’amis, je sais qu’il faut être proactive. C’est dans cet état d’esprit que j’ai contacté Adrianne. Adrianne écrit un blog « On the windy side » (qui fait référence au vent très présent de Wellington) et je lui ai simplement écrit un mail pour savoir si l’on pouvait prendre un café ensemble. Elle a gentiment accepté et m’a ensuite présentée à ses copines de couture. J’aime beaucoup le style d’Adrianne, ses quilts sont très colorés et structurés à la fois.

Adrianne 1

Adrianne a récemment achevé un projet pour ses 30 ans où elle créait un bloc par jour. Cette démarche requiert un certain dévouement. En effet, il ne faut pas se décourager en cours d’année. Adrianne possède une vie professionnelle très prenante et elle se couchait souvent à des heures improbables pour pouvoir finir son bloc du jour. Chaque bloc représente plus ou moins un élément de sa journée (elle coupait parfois un simple carré de tissu lorsqu’elle était très fatiguée mais la plupart des blocs sont assez élaborés).

Adrianne 2

Adrianne a remporté des prix lors de concours nationaux. Elle est adhérente à la Guild de Wellington et est responsable de l’organisation du bloc du mois (BDM) du club.  Elle enseigne également des cours de patchwork dans deux boutiques de tissus locales. Ce quilt fait partie de l’une de ses classes et permet d’apprendre de nombreuses techniques différentes:

Adrianne 3

Anne

J’ai rencontré Anne par l’intermédiaire d’Adrianne. Anne a vraiment à cœur d’accueillir les nouveaux venus dans la communauté de patchwork de Wellington. Elle m’invitait à chaque événement et m’a même inclus dans son club informel de couture. Nous passions une journée par mois avec nos machines à coudre à avancer sur nos projets. J’aimais beaucoup ces rencontres. Malgré l’inconvénient de devoir déplacer tout son matériel, ces temps sont très motivants. Il est vraiment intéressant de voir sur quels projets les autres travaillent, d’avoir des retours sur son projet et de découvrir des nouveaux gadgets et techniques (sans oublier les bavardages entre copines).  Anne veut faire vivre le monde du quilt et encourage les jeunes à participer. Elle aime la couleur et mixer les blocs traditionnels avec les dernières collections de tissus à la mode.

Anne 1

Dans sa pièce de couture Anne possède deux machines dont une Juki (une machine semi-professionnelle point droit). Elle en est follement amoureuse et quilte la majorité de ses quilts avec (en point droit). Anne aime également casser les codes du patchwork, elle a réalisé ces grands quilts à tête de mort.

Anne 2

Anne est la présidente actuelle de la Guild de Wellington qui comporte 180 membres. Malgré son trac pour parler en public, elle assure les réunions avec brio avec cette petite touche d’humour et de sympathie qui la caractérise si bien. Nous habitions dans le même quartier et nous nous voyions régulièrement (moi pour promener ma fille, elle pour promener son chien). Nos rencontres au café du coin vont me manquer!  Dire qu’Anne adore les tissus est un euphémisme, elle les collectionne avec une passion sans limite. Elle l’avoue elle -même avec humour, son nom d’ Instagram étant: « I have a fabric problem » (« j’ai un problème de tissus »). Elle a même réalisé un mini quilt avec ce slogan.

Anne 3

La suite et fin demain !

Au fil des jours, l’aiguille à la main… (le tag des points contés, suite)

Vous souvenez-vous ? J’ai tagué Kristine l’Abeille au jeu des questions-réponses lancé par les Points Contés… Je lui laisse la parole avec grand plaisir !

logotag

Au fil des jours, l’aiguille à la main…

1. Appartiens-tu à un club ou patchworkes-tu seule ?

J’ai la fibre associative, j’ai toujours fait partie d’un groupe, (réel-virtuel), basé sur les échanges de savoirs. Pour le domaine du patchwork, je fais partie d’une association nationale FP depuis 18 ans et d’un club depuis 3 ans. Au gré des déménagements, c’est en solo ou accompagnée que je m’adonne aux travaux de loisirs textiles et autres.

sujatabroderiekanthact-1-1
Mini-quilt paru dans les Nouvelles n° 124 (magazine France Patchwork).

 

2. Combien de temps passes-tu, moyenne journalière, sur tes bouts de tissus ?

Ma moyenne journalière est très variable, mais en général tous les après-midis sont consacrés à mes travaux textiles, ainsi qu’une journée par semaine.

 

3. Es-tu vieux tissus de récupération ou dépenses-tu une bonne partie de ta tirelire dans l’achat ?

Initiée dès mon plus jeune âge par ma maman, j’ai appris à faire du neuf avec du vieux. A l’époque pas de boutique spécialisée et la VPC  se résumait aux 3 Suisses avec le catalogue des travaux manuels – je ne crois pas que l’on parlait déjà de « loisirs créatifs ». Je récupère, recycle, chine et achète aussi des tissus neufs !

 J’ai le souvenir d’une adolescence heureuse grâce à l’arrivée d’un magazine attendu avec joie chaque mois, le bien nommé 100 Idées !  Il y a toujours eu au moins un ouvrage réalisé dans chacun des numéros. Et oui sans internet, téléphone, chaînes de télévision…

Kristine et Manhattan
Kristine avec un gilet dont le modèle est paru dans les 100 Idées, auprès d’un quilt inspiré d’un modèle de Bernadette Mayr.

 

4. Combien de top te reste-t-il à quilter ?

Il me reste un top à quilter, cela ne saurait tarder, j’aime le quilting à la machine.

En général, je finis les ouvrages commencés. Mais dans ma tête se profile le quilt que je vais faire très prochainement, je cogite et je demande  conseil à la  Ruche ou à Katell qui m’a fait découvrir un monde de quilts aux techniques libérées, inconnu pour moi jusqu’à peu, je suis devenue addict !

Parce que j’ai un coup de cœur pour un tissu, je l’achète, et je fais des calculs improbables pour réussir à faire un quilt, alors que je devrais faire l’inverse, choisir le modèle et acheter les tissus ensuite !

 

5. Où les entreposes-tu ? Malle, armoire, boîtes…

J’ai une boite remplie d’essais que je recycle aussi.

J’utilise mes quilts dans mon intérieur ou je les intègre dans  la déco, en effectuant une rotation. Certains prennent l’air sur un « chevalet ». D’autres ont trouvé leur place sur les murs.

 

6. Raconte-nous l’endroit où tu couds… Atelier ou petit coin ? Bien rangé ou désordonné ?

J’ai la chance aujourd’hui d’avoir un atelier, je peux donc laisser l’ouvrage en cours sur ma table sans devoir tout ranger pour laisser place nette par nécessité pour le quotidien. Sinon je suis sur mon canapé ou dehors sur la terrasse quand il fait beau. Mon atelier est très encombré, d’objets chinés, de cadeaux offerts par mes amies, de broderies, de tableaux… Eloignée de mes fidèles amies, j’ai besoin de vivre avec les objets qui nous relient, les souvenirs… Je dois être maniaque du rangement… toute la mercerie est dans des boîtes étiquetées… et les tissus rangés par couleurs et des boites pour les chutes et j’adore ranger !

 

7. L’art textile, le patchwork classique, est-ce une vieille histoire d’amour ou est-ce une passion récente ?

C’est une vieille histoire qui date de mon enfance, je dirai vers 7 – 8 ans, j’ai testé différents travaux textiles avec plus ou moins de réussite, on faisait avec ce que l’on avait ! j’ai toujours eu une trousse, une boite à couture.

 

8. Essaies-tu de convertir tes amies ? Celles qui sont bricoleuses mais pas couturières.

Oui cela m’est arrivé de convertir des amies à la broderie, au patch, à la couture…

 

9. Offres-tu tes ouvrages ou gardes-tu le tout précieusement et amoureusement ?

J’offre mes ouvrages quand je sais que la personne destinataire saura apprécier. J’ai plaisir à retrouver mes ouvrages adoptés par mes amies dans leur maison.

 

10. Ton dernier ouvrage ? Couleurs, motifs, dimensions…

Mon dernier quilt moderne m’a été inspiré par Sujata Shah.

pushpanjali-2-1
A voir ici aussi !

En cours actuellement un quilt avec des voitures en appliqué pour mes petits-garçons.

autos

Et le prochain sera un quilt du dernier livre de B. Mayr, que je vous encourage à découvrir !

bmayr

Je passe le relais à Chantal qui n’est pas bien loin, mais que l’on voit trop peu à la ruche ! Une Abeille pleine de talents.

A lire : les réponses de Cécile, également taguée, par ici !

Le Tag des Points Comptés

Pour une fois je suis d’accord pour participer à une chaîne d’amitié car elle provient d’un des blogs français un peu comme la Ruche, puisqu’ il représente un groupe de quilteuses bien sympathiques installées dans le Berry, plus précisément à la MJC de La Châtre (36).

 

logotag

 

Sous le regard attentif de cette jeune femme (est-ce Aurore Dupin, qui laissa son empreinte à La Châtre ?…), dix questions me sont posées, auxquelles je me dois de répondre franchement. Alors allons-y !

1. Appartiens-tu à un club ou patchworkes-tu seule ?

J’ai l’immense chance d’avoir un groupe d’amies qui forme la Ruche des Quilteuses… et cumule puisque c’est également la délégation FP31.  Nous nous réunissons tous les vendredis au sein d’un club de plus de 50 membres à Colomiers (31). Mais avant 1995, date à laquelle je me suis inscrite à ce club, je pratiquais déjà le patchwork seule.

2. Combien de temps passes-tu, moyenne journalière, sur tes bouts de tissus ?

De 0 à 10 heures ! Quand j’y suis, j’y reste ! Actuellement, je suis plus souvent sur l’ordi que sur la machine à coudre. Il faudrait que ça change ! Mais bon, j’aime aussi écrire…

3. Es-tu vieux tissus de récupération ou dépenses-tu une bonne partie de ta tirelire dans l’achat ?

J’achète beaucoup plus de livres que de tissus… mais j’en ai des cartons pleins quand même ! J’ai une passion pour l’histoire du patchwork lié à l’histoire des femmes, tout autant que la curiosité des techniques diverses et variées. Même si j’adore les nouvelles méthodes de coupe, les nouveaux looks, fondamentalement je reste dans le patchwork que j’appelle traditionnel : l’assemblage de petits bouts de tissus recyclés, achetés depuis longtemps ou tout récemment… Un joyeux méli-mélo !

4. Combien de tops te reste-t-il à quilter ?

J’ai surtout un carton entier d’essais de techniques ! Une fois que j’ai compris « comment ça marche », c’est déjà un plaisir et souvent je passe à autre chose. Mais j’ai plusieurs samplers en souffrance que j’aimerais finir, je les reprendrai peut-être quand je ne serai plus déléguée France Patchwork !

5. Où les entreposes-tu ? Malle, armoire, boîtes…

J’ai des cartons Ikea sur des étagères… Ikea. Certains renferment des tissus par couleurs, d’autres par style… Moi seule peux m’y retrouver ! Deux des boites conservent mes essais, des en-cours dont un a… + de 25 ans. C’est un top qui n’a pas un seul tissu de patchwork, que de la récup’ et des tissus achetés dans un grand magasin à Hambourg où je vivais alors. L’inspiration venait d’une photo de magazine je crois. Il n’est pas mal du tout, mais je n’ai aucune envie de le finir ! Je l’estime à 1988 peut-être. Scoop, le voici rien que pour vous :

IMG_7180
Le tissu principal est d’un beau vert, un satin de coton acheté en solde et tous les autres tissus sont des recyclages.

 

6. Raconte-nous l’endroit où tu couds… Atelier ou petit coin ? Bien rangé ou désordonné ?

Tout est bien rangé. Zut, j’ai promis de répondre franchement ! Non, c’est le bazar car j’adore faire des scrap-quilts et quand je commence, il y en a partout ! Le soir je ferme la porte, c’est bien à cela que cela sert d’avoir un atelier ! Et je range une fois le projet cousu, partiellement ou complètement.

7. L’art textile, le patchwork classique, est-ce une vieille histoire d’amour ou est-ce une passion récente ?

Love at first sight, l’amour du patchwork m’est tombé dessus en feuilletant, adolescente, un 100 Idées. Je tricotais, crochetais, cartonnais déjà mais le patchwork américain, à 12-13 ans, ça m’a tout de suite happée ! J’ai donc commencé, avec quelques bouts de tissus, à vouloir comprendre comment faire une étoile… et j’ai buté sur mes marges de couture trop petites, quelle déception ! Car pour éviter de faire des gabarits, j’avais dessiné pour faire un carré bicolore, mais j’avais mal calculé. La diagonale m’avait joué des tours !

8. Essaies-tu de convertir tes amies ? Celles qui sont bricoleuses mais pas couturières.

Celles qui ne font pas de patchwork autour de moi ont une vie malgré tout très, très remplie, je ne connais personne qui s’ennuie…

9. Offres-tu tes ouvrages ou gardes-tu le tout précieusement et amoureusement ?

Pendant 20 ans et plus, faire du patchwork, c’était surtout pour faire plaisir. Pour les naissances, les mariages, les anniversaires, j’offrais à tout mon entourage des ouvrages et rares étaient ceux qui restaient à la maison. Je dois dire que j’ai eu bien souvent de grandes joies en allant chez de vieux amis, ou des cousins, voyant qu’ils conservent mes quilts avec soin que moi j’avais complètement oubliés ! Et puis dans les années 2000, j’ai commencé à donner des cours de patchwork et là, j’ai commencé à avoir une autre optique : conserver une partie de ce que je fais, participer à des expositions… Tous ceux que j’ai à la maison se succédent aux murs en fonction des saisons ou sur les lits et canapés. Je ne les garde pas amoureusement, je suis finalement assez détachée des choses et ai plusieurs fois offert des quilts à des visiteurs qui tombaient sous le charme d’un de mes ouvrages. En revanche, les cadeaux de mes amies quilteuses me vont vraiment droit au coeur.

10. Ton dernier ouvrage ? Couleurs, motifs, dimensions…

Je n’avais pas l’intention d’accrocher un quilt à notre exposition sur le jardin, je n’y pensais même pas. Et puis début mars, à la dernière réunion du club, je me suis dit : « quand même, tu pourrais faire un effort » et j’ai sorti tous mes essais (des dizaines) parmi lesquels j’ai retrouvé quatre blocs de tulipes. J’ai mis le turbo pour faire le top et le quilter à temps : quand on aime on ne compte pas ! Aujourd’hui c’est l’accrochage, il est prêt, ouf ! Je vous le présenterai dans quelques jours dans la Ruche des Quilteuses.

DSCN0210
Je ne l’ai pas encore photographié fini, mais le voici en cours de matelassage, avec du coton perlé n° 8. J’ai eu mal aux doigts mais je me suis amusée !

 -oOo-

C’est un peu narcissique de répondre à toutes ces questions, mais c’est bien amusant ! J’espère que celles que je vais désigner pour faire suivre cette chaîne le feront volontiers… Tout d’abord, voici les règles du jeu établies par « Les Points Contés » :

. Qu’est-ce qu’un tag ? Un tag est une série de questions qui circulent sur la blogosphère ; une sorte de chaîne. Il est amicalement adressé à des copinautes qui y répondent et qui continuent à le faire voyager sur d’autres blogs. C’est un beau moyen pour tisser des liens.
. Comment faire ? Suivre les instructions suivantes…

1. Je réponds aux questions en mettant sur mon blog un billet avec le logo (ci-dessus) et les questions-réponses.
2. Je préviens l’amie qui me l’a adressé en lui donnant le lien de mon billet.
3. Je sélectionne quelques amies qui seraient susceptibles de vouloir le continuer et je l’adresse à mon tour avec les mêmes consignes, les mêmes questions.

Pour le plaisir donc, je demande à Cécile de Patchwork Inspirations, à Fabienne du Fil à Malice et à Kristine de la Ruche des Quilteuses si elles veulent bien répondre à leur tour à ces questions concernant leurs habitudes autour du patchwork… et plus si affinités !

-oOo-