La tapisserie de Saint-Martin-Le-Vieil

Hier, attirée par un article de France3 (voir le blog du Patchwork sur son 31), je suis allée vers Carcassonne mais me suis arrêtée peu de kilomètres avant, dans un village perché le long d’une petite crête avec la vue plein sud.

header
Saint-Martin-le-Vieil, dans l’Aude

Ma visite était pour le foyer rural dans lequel est exposé (jusqu’à ce soir) une tapisserie. Pas n’importe laquelle ! Une tapisserie racontant l’histoire du village sur une dizaine de siècles, à la manière de la tapisserie de Bayeux ! L’idée a germé dans la tête de l’ancienne Maire du village après sa visite de la tapisserie de Bayeux, en 2001. Choc émotionnel, culturel, esthétique… Mais pourquoi ne ferait-on pas de même dans notre petit village ?

Des historiens, un peintre du village furent mis à contribution avec les brodeuses volontaires, en tout 11 personnes sont les heureux parents de cet ouvrage.

dscn3682

Imaginons les longues discussions pour savoir que représenter, puis les maquettes qui sont souvent retouchées… Il faut trouver les matières premières aussi : on mise sur les tissus de lin blanchi filé et tissé à Castres (non loin de là) avec bonheur, mais les laines Médicis furent bien plus difficiles à trouver : on ne prenait pas ce projet au sérieux !… Huit couleurs suffisent pour rendre toutes les nuances à l’image de la tapisserie de Bayeux, elles ont été soigneusement choisies pour être les exactes teintes des teintures naturelles d’antan.

Eh bien, le résultat est simplement sublime ! Madame Costa, la présidente de l’association Les Cruzels, m’a très gentiment fait une visite commentée de l’histoire de ce village – et des histoires de ce beau pays – en commençant par ce mot bizarre : les cruzels.

cruzel
Cruzel de St-Martin-le-Vieil

C’est un mot occitan désignant les cavités qu’on trouve à l’arrière de plusieurs maisons, creusées dans le calcaire. Il y en a presque une quarantaine et témoignent d’un habitat troglodyte primitif. Des silos restent visibles dans certains : une bonne cachette pour le grain !

dscn3684

Autre point fort du Moyen-Âge : la construction de l’Abbaye cistercienne de Villelongue, à un jet de pierre de St-Martin. Sa construction commença en 1170 et fait l’objet de belles campagnes de rénovation. A visiter !

dscn3685

Puis vient la guerre impitoyable contre les Cathares, quatre abbés y participèrent avec Simon de Montfort, ce qui enrichit l’Abbaye. Bon, passons, moi je suis pour les perdants, les Cathares !

On voit aussi le Prince Noir, affreux jojo anglais qui sema la terreur dans nos terres gasconnes et occitanes : le principe de la guerre de 100 ans était plutôt d’affaiblir l’ennemi (nous, les Français) par des chevauchées semant la terreur à force de razzias, de viols, d’incendies, de massacres plutôt que de mener des guerres de position. Grâce à ses remparts, St-Martin fut épargné : Edouard de Plantagenêt dit le Prince Noir passa son chemin vers des villages plus faciles à mettre à sac. Castelnaudary, par exemple, fut complètement détruit en 1355.

A la même époque, la peste noire fit des ravages vers 1350 comme partout ailleurs en Europe ; ce tableau de tapisserie est particulièrement lugubre mais si bien fait…

dscn3688

Puis vint l’abondance et l’âge d’or du pays qui devint Pays de Cocagne avec la culture du pastel, cette plante Isatis tinctoria qui donnait les plus beaux bleus… jusqu’à ce que l’indigo asiatique prenne sa place.

dscn3687

Comme toute bonne histoire, finissons par un banquet de mariage ! La légende dit qu’on prêtait le donjon aux jeunes mariés, tradition dont on se souvenait encore au XIXe siècle…

dscn3686

Cette tapisserie est merveilleusement faite. Comme la tapisserie de Bayeux, elle est brodée au point de Bayeux qui remplit les zones cernées de point de tige en gâchant le moins de fil possible au dos (seuls des petits points très courts sont visibles au dos, tout comme les broderies afghanes importées par Pascale Goldenberg) et elle utilise les mêmes matériaux : lin et laine ; elle a une bande narrative centrale et deux fines bandes au-dessus et en-dessous. Les bandes étroites montent de nombreux détails, des plantes et animaux de la nature environnante, des animaux fabuleux, des armes et des outils… Autant d’éléments qui enrichissent la tapisserie ! On y trouve aussi les initiales des brodeuses ; elles étaient à l’exposition, toutes fières de l’accueil du public venu nombreux et complètement séduit. Merci à Anne-Marie Denuc qui m’a donné de nombreux détails complémentaires sur ce groupe de brodeuses qui ont fait ce travail extraordinaire !

dscn3680
Les photos sont interdites, mais j’ai acheté la collection de cartes postales en souvenir.

Les conditions d’exposition sont parfaites : une salle dans la pénombre, tendue de tissus noirs était l’écrin de ces 16 mètres de lin éclairé, protégé par un couloir de 50 cm matérialisé par terre. Le croirez-vous (mais vous le savez bien…) les enfants étaient bien plus disciplinés que les adultes !

Espérons que cette tapisserie connaîtra une longue et prestigieuse carrière. Sorèze l’exposera très certainement -comment pourrait-il en être autrement ?- mais j’espère que d’autres organismes feront également la démarche de l’exposer !

Courriel de la Mairie de St-Martin-le-Vieil :
st-martin-le-vieil@wanadoo.fr

Notre expo de Colomiers… et un projet pour aller à Nantes

Un petit manque de disponibilité m’a empêché de faire de belles photos de notre exposition de Colomiers.

ob_0bd158_expo-2016

Et pourtant, que de beaux ouvrages faits par mes amies et mon ami ! Quatre-vingts quilts étaient exposés, ainsi qu’un joli coin Nature fait d’ouvrages individuels et collectifs, de champignons par terre… Nous voulions célébrer les balades en forêt au moment où les feuilles virent du vert aux multiples couleurs chaudes, avant la froidure de l’hiver…

Je vous confie deux liens qui vous donneront un bel aperçu de cette expo :

  • chez Christophe, notre adhérent si doué et sympa ,
  • chez Quaquie, toujours enthousiaste et qui sait reconnaître la qualité du travail, elle-même étant brodeuse et artiste multi-facettes !

Merci à vous deux ! N’hésitez pas à donner vos liens en commentaire si vous avez posté vous aussi des photos de cette exposition.

visuel-newsletter-500
Mosaïque-souvenir de Pour l’Amour du Fil 2016

Avis aux quilteuses de la région toulousaine

Vous avez peut-être envie d’aller au Salon Pour l’Amour du Fil, mais ce n’est pas toujours facile d’organiser un tel voyage. De plus, il tombe souvent pendant les vacances scolaires, alors que la maison est pleine !

Pour l’édition 2017, le club de Colomiers affrétera un autocar pour aller à ce Salon si différent des autres, organisé par Quiltmania. Les dates du voyage sont du 19 au 21 avril 2017, donc cette année en-dehors des vacances scolaires et le tarif sera, en demi-pension, de 255 €. Il manque quelques personnes pour que ce projet devienne réalité ! Si vous êtes intéressé(e), merci de contacter la présidente du club Danielle Birello (daniellepointbirelloarobasewanadoopoint fr), ou par téléphone (numéro sur demande dans les commentaires).

En fonction du nombre d’inscrits, la décision de maintenir ce projet sera prise le 19 octobre. Ne tardez donc pas !

La Fête du Fil dans le Tarn

Encore une info concernant ce département d’Occitanie que je ne me lasse pas de visiter !
programme-2016-fête-du-fil-labastide-rouairoux-salon-loisirs-créatifs-tarn-patchwork-art-textile-exposition-musée-japon-art-postal-tentmakers-eva-gustems-puces-des-couturières-vide-dressing-automates
Tous les ans autour du 15 août, c’est la Fête du Fil à Labastide-Rouairoux (81), aux portes de l’Hérault (34) et au cœur du Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc. Riche d’une longue tradition textile, des passionnés font revivre cette vallée de communication, où passait déjà la voie romaine entre Nîmes et Toulouse, puis un chemin de St Jacques de Compostelle (la voie d’Arles).
Les activités séculaires tournent autour des ressources des bois, de la fabrication du verre, de l’exploitation du fer, des ardoises, de l’eau (force hydraulique notamment)… et surtout, en ce qui nous concerne, de la laine. Toute la chaîne de production se trouve dans la région : élevage des moutons, préparation des toisons, filage, teinture, tissage etc. D’ici sortaient au XXe siècle des tweeds utilisés par Coco Chanel pour ses petits tailleurs par exemple. Le Musée Départemental du Textile de Labastide-Rouairoux est passionnant ! De toute cette activité, il ne reste qu’une filature, Les Toiles de la Montagne NoireLeurs toiles sont de très haute qualité, tout au long de l’année je profite des nappes et torchons achetés chez eux.
Parmi les incontournables de la Fête du Fil, il y a tous les ans l’exposition des cartes textiles reçues sur un thème donné. Cette année, le Japon est à l’honneur ! Pour participer, voici les conditions (à lire aussi sur le site) :
appel-art-postal-labastide-rouairoux-festival-tarn-musée-textile-japon-kimono-bonzai-kawai-artiste-textile-loisirs-créatifs-puces-couturières
N’hésitez pas à participer et poster vos cartes… et peut-être envisager un tour du côté du Tarn cet été !

 

Envie d’Allemagne

carte-des-pays-en-allemagne-51cf578dEn ce moment et jusqu’à la fin du mois d’août a lieu une exposition qui me donne envie d’aller cet été en Allemagne ! C’est à Neumünster, dans le Schleswig-Holstein, à un jet de pierre de Hambourg (70 km tout de même, mais vu d’ici…). Voyez-vous la partie bleue tout en haut de la carte ? C’est là, contrée touristique méconnue que j’ai souvent visitée lors de mon séjour de 9 ans à Hambourg. Riche en histoire et en verdure, cet Etat est un écrin parfait pour de belles vacances saines et bucoliques !

4_edith_bieri_hanselmann_desperate_kopie_-_startseite (1)
Annonce sur un quilt d’Edith Bieri-Hanselmann (Suisse)

Cinquante Art Quilts choisis pour leur composition, leur harmonie des couleurs, la qualité et l’intensité de leur matelassage,  montrent qu’à l’évidence ces œuvres ont une place dans les meilleures expositions artistiques contemporaines. Venus du monde entier, ces quilts ont été sélectionnés par l’icône du quilting moderne Nancy Crow qui elle aussi, expose à Neumünster. Les artistes sélectionnées sont des USA, d’Allemagne, de Suisse, du Japon, d’Ecosse et du Canada. Non, notre pays n’est pas représenté…

13321784_981270058654002_3560933532165634076_n

Des blogueuses allemandes montrent des photos de leur visite comme Uta Hanson, Edith Bieri-Hanselmann, Heide Ulbrecht et sans doute beaucoup d’autres…

Voici quelques quilts de l’expo :

kit vincent 6 9 15
Kit Vincent (canadienne) – Site ici
TimeFrag6full
Colleen Kole (blog ici)
Nancy Crow
Nancy Crow in person!
Ayaiko Yamabayashi

(photos Facebook ou sites de l’artiste)

Cette exposition voyagera-t-elle dans d’autres villes européennes ? Espérons-le !

QuiltRetirePp_grande

Terre de tourisme réputée en Europe du Nord, le Schleswig-Holstein est peu connu des Français. Un Etat fédéré allemand a beaucoup plus d’importance politique et d’indépendance qu’une région française, chacun ayant sa constitution et son propre gouvernement. Celui-ci eut à sa tête la première femme chef de gouvernement d’un Etat allemand, de 1993 à 2005. Après une vie professionnelle si intensive, Heide Simonis devait se trouver pour la retraite une activité à la hauteur… Cette femme politique éminente s’est découvert une passion dévorante lors d’un de ses voyages aux Etats-Unis : le patchwork traditionnel ! Sa retraite bien méritée est donc remplie de fils, de tissus et de projets minutieusement matelassés…

Heide-Simonis-zeigt-ihre-Leidenschaft_pdaArticleWide
Heide Simonis a exposé ses quilts dans la même ville de Neumünster, l’année dernière. Photo et article ici.
honorarpflichtiges Foto ©Kai Nielsen photographie Eggerstedtstra§e 38 22765 Hamburg Mobil:0179 / 79 26 194 www.p-h-o-t-o-g-r-a-p-h-i-e.net info@p-h-o-t-o-g-r-a-p-h-i-e.net
Heide Simonis chez elle, à Kiel. Sa passion a commencé par la découverte des quilts Amish ! ©Kai Nielsen

Habituée aux journalistes, elle se bat contre la confusion entre kilt et quilt. Il faut bien commencer l’éducation par le b.a. ba !

On ne touche pas !!! à Fibre Occitane

DSCN2344
Fibre Occitane est exposée dans quatre salles successives… un lieu serein, bel écrin des quilts brique & pastel.

C’est toujours difficile de faire comprendre que, si tout le monde touche aux quilts exposés, ils finiront par devenir sales. Mais non, je suis propre ! nous rétorque-t-on. Je suis tellement tactile avec les tissus… dit une autre. Oui mais, c’est interdit, même à vous.

A Fibre Occitane, nous avons donc accroché ces panneaux qui attirent l’œil :

o_fdb97b42bb05396a_001 o_fdb97b42bb05396a_002 o_fdb97b42bb05396a_003 o_fdb97b42bb05396a_004 o_fdb97b42bb05396a_005o_fdb97b42bb05396a_007o_fdb97b42bb05396a_006o_fdb97b42bb05396a_008

Efficace à 99 % 🙂  Pas mal pour une exposition de quilts !!

DSCN2307
On les remarque bien, accrochés par des lisières (oui , elles deviendront quilt plus tard)

Encore une semaine d’exposition à Roques… mais vous êtes prévenus, on ne touche pas.
Un excellent accueil vous sera réservé quand même 😉

affiche_fibreoccitane_Roques

 

Fibre du patrimoine, Fibre Occitane

Depuis vendredi dernier, Fibre Occitane expose ses 65 quilts à Roques-sur-Garonne.

DSCF1007-001

Les salles d’exposition se trouvent au 2e étage de ce magnifique moulin à eau rénové et dédié à la culture. La Garonne est à quelques mètres et des moutons tondent la prairie des filtres, manière bien écologique d’entretenir l’espace herbeux. 

Cette exposition est l’expression de nombreuses quilteuses et d’un quilteur membres de France Patchwork et de la région Patch d’Oc (Ariège, Aveyron, Haute-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne), à l’initiative de FP31. Lors du lancement de ce projet, nous avons proposé un ensemble de critères pour obtenir cette douce harmonie, de l’élégance dans l’expression et un thème fédérateur : le patrimoine « de chez nous », la douceur de vivre du Pays de Cocagne et des pays environnants, l’héritage que nous sommes si heureux de mettre aujourd’hui en lumière.

Quatre salles en enfilade sont l’écrin de ces quilts écocateurs de tant de lieux, de personnes, de particularités naturelles ou culturelles de notre région ! C’est un livre ouvert sur les beautés de Midi-Pyrénées (bientôt l’Occitanie 😉 ?) et une invitation à la balade.

IMG_1245-001
Des livres de patchwork, arts textiles et patrimoine sont consultables sur place, mis à disposition par la médiathèque du 1er étage.
DSCF0988-001
A l’image de ce quilt, la plupart des ouvrages racontent en couleurs brique & pastel, en patchwork, appliqué et broderie, des morceaux choisis du patrimoine culturel ou naturel de leur petit coin de paradis.
DSCF0974-001
Tous les quilts sont superbes, certains ont la chance de bénéficier de niches en briques et galets typiques de l’architecture locale.
DSCF0980
Au premier plan, le quilt « Cabinet de Curiosités » de Christophe mesure 1,80 m de côté, il est fait entièrement à la main et présente de multiples facettes du Museum d’Histoire Naturelle de Toulouse. En arrière-plan, un quilt fait par une centaine d’adhérents de FP31 lors d’une JA, sur fond de blue jean et de soie blanche.
DSCF0970
Evelyne, toute souriante devant son évocation personnelle des Pyrénées, avec un beau travail textile innovant, quelques vers d’Edmond Rostand et des exemples de la flore locale.
DSCF0969-001
Kristine dans l’espace Violettes de Toulouse, devant ses œuvres.

 

DSCF0966
Le quatuor du sud-31, Mireille, Yolande, Nelly et Hélène, ont réalisé ce délicat sampler très raffiné sur nos belles Pyrénées… Ce sont mes chères amies, les Filles du Vent du Sud…

Pour plus de photos, plus de commentaires, vous pouvez aller sur les blogs de Christophe et Murielle… d’autres suivront peut-être. Mais bien sûr ici dans la Ruche, ce n’est que le début des présentations !

Edit : voir aussi le blog de Carole, puis Fil de Garonne 

Ouverture du mardi au vendredi de 10 h à 18 h, le samedi de 10 à 13 h, du 1er au 16 avril.

affiche_fibreoccitane_Roques

A 20 mn de là, n’oubliez pas, jusqu’à mercredi, l’exposition du club de Balma : elle vaut le détour avec ses quilts aux multiples influences parfaitement réalisés, l’accueil chaleureux… et la merveilleuse décoration de Françoise 😀

affiche_balma_avril_16

 

Alice au pays des… kiwis

Bonjour, je m’appelle Alice et je vis en Nouvelle-Zélande avec mon mari et ma fille de 5 mois. Nous avons également vécu en Australie et en Angleterre, c’est là où j’ai découvert une nouvelle tendance pour le patchwork, plus frais, plus vibrant. La Nouvelle-Zélande est un pays qui aime le patchwork et il y a de nombreux clubs et magasins spécialisés dans tout le pays. A Wellington, dans la ville où j’habite il y a deux clubs: Wellington Quilter’s Guild et Capital Quilters. Je vais vous raconter aujourd’hui comment se déroule une réunion dans le club Capital Quilter, qui ne compte pas moins de 200 membres.

J’assiste à la réunion en tant que visiteuse. La réunion se déroule un samedi en journée et commence comme prévu à 15H30. Plus de 120 membres sont présents ainsi que quelques visiteurs qui sont chaleureusement accueillis par un petit mot de la présidente.

1003509_627538410614094_95024749_n
(Facebook Griet Lombard)

Le club invite à chacune de ses réunions un artiste textile pour parler de ses projets et présenter ses travaux et sa démarche. Cette fois-ci, Griet Lombard, une artiste originaire d’Afrique du Sud, présente ses quilts.

Cette dame nous parle de l’histoire et de son inspiration derrière chacun de ses ouvrages. Elle parle de son installation en Nouvelle-Zélande et de son sentiment de « déracinement » vis-à-vis de son pays natal. Cette dame est venue s’installer en Nouvelle-Zélande après l’âge de la retraite pour pouvoir profiter de ses petits-enfants immigrés en Nouvelle-Zélande. Elle raconte la difficulté de quitter tous ses amis mais aussi l’attachement émotionnel qu’elle a envers sa terre natale, la faune et la flore étant si spécifique à l’Afrique du Sud.

photo 1
Son premier ouvrage représente la pluie en Afrique du Sud. Elle nous raconte l’odeur de la pluie, et le fleurissement de nombreuses fleurs après cette pluie salvatrice.

photo 2
Le deuxième quilt représente les amis qu’elle a laissés derrière elle. Griet a cousu des sachets de thé entre chaque ligne de personnage et a écrit par dessus pour représenter toutes les longues conversations autour d’une tasse de thé qu’elle a eues avec ses amis.

photo 3
Son troisième quilt représente l’effort qu’elle doit faire pour se reconstruire un « chez soi » où elle se sente bien. Il n’y a pas de personnages dans ce quilt car il est difficile de se faire un nouveau cercle d’amis dans un pays si différent du sien.

photo 4
Le quatrième ouvrage qu’elle nous présente est très émouvant. En effet, Griet est tombée en dépression car elle se sentait si seule dans ce pays isolé. Elle a décidé d’entamer un ouvrage minutieux pour combler le vide qui l’entourait. Elle dit qu’à la fin de son ouvrage, elle se sentait déjà beaucoup mieux. La thérapie par l’aiguille, la texture et les belles couleurs. Son histoire et son partage m’ont beaucoup touchée car je suis également une « déracinée » tout comme elle. Malgré la différence d’âge et d’origine, les sentiments sont en effet, bien similaires.

Si vous voulez voir plus de projets de Griet et lui laisser un petit mot, vous pouvez aller voir sa page Facebook.

Suite à ce partage généreux riche en émotions, la réunion suit son cours et enchaîne sur le « Show & Tell » des membres du club. Le principe est simple : chaque membre qui le souhaite montre un ouvrage fini (ou parfois en cours) et raconte l’histoire. Car il y a toujours une histoire derrière l’élaboration d’un quilt n’est ce pas?

photo 5

La présidente mentionne sa surprise de voir aussi peu de quilts à présenter. L’assistance répond qu’il fait bien trop chaud en ce moment pour coudre des quilts (nous sommes en ce moment en été dans l’hémisphère Sud). Quant à moi, je suis déjà impressionnée de voir la file de personnes faisant la queue pour présenter leurs quilts.

5k

Voici l’ouvrage (non quilté) de Wendy. C’est le modèle « My Small World » paru dans un Quiltmania (hors-série printemps 2015).

photo 7
Ce bloc est le logo du club. Le club fêtant sa 30 ème année cette année, les membres étaient invités à réaliser un quilt avec ce bloc. Une vingtaine de personnes ont joué le jeu. Les quilts, une fois présentés par leur auteur, sont accrochés un à un tout autour de la pièce de réunion.

A la fin de la présentation, la présidente annonce une petite pause. C’est l’occasion de rencontrer l’invitée et d’échanger quelques mots ou d’admirer ses œuvres, les quilts des membres, prendre un thé ou discuter avec les copines. C’est également l’occasion de faire un tour dans la bibliothèque qui comporte plus de 800 titres de livres tous dédiés au patchwork et de nombreux magazines. Je sens que je vais faire des jalouses en France…

photo 8
La pause s’achève, la réunion continue avec la séance du Bloc du Mois. Le principe est simple, chaque mois, Adrianne présente un bloc et offre les instructions. Chacun est libre de participer ou non. Les personnes qui participent offrent leur bloc à la prochaine réunion. Chaque bloc réalisé donne une chance de gagner la totalité des blocs.

photo 9Voici le bloc du mois précédent utilisant des tissu batik. De nombreux membres ayant participé, la totalité des blocs est divisée en deux lots et deux gagnantes sont tirées au sort.

Les instructions pour le bloc suivant sont expliquées à l’assistance. Il s’agit d’une variation de bloc « Log cabin ». Les membres sont invités à respecter le code couleur: rouge pour le centre, bleu marine avec une touche de blanc et blanc avec une touche de bleu marine. Assez spécifique, n’est ce pas? Mais le résultat est vraiment sympa. Adrianne demande toujours à quelques volontaires de bien vouloir coudre un bloc en avance pour que l’on puisse se rendre compte du motif secondaire.
photo 10
La réunion s’achève avec quelques petites annonces présentées par la présidente: les expositions à venir, les ateliers patchwork dans la région, etc. Il y a également le tirage au sort d’une tombola. Les clubs de patchwork raffolent de tombolas. Il y a évidemment des tissus à gagner. Puis la présidente offre un lot de consolation à toute personne ayant eu sa machine à coudre cassée ou hors service ce mois ci. Je trouve ce geste vraiment sympa.

J’espère que vous avez apprécié mon récit et que ça donnera peut être des idées pour des clubs Français. Je ne sais pas si vos réunions se déroulent de la même manière. Vous pouvez lire un autre récit de réunion de ce club dans mon blog: Réunion d’une guilde de Quilt.

Un grand merci à Katell d’avoir bien voulu partager mon récit sur son blog.

Alice Kreyder

Rendez-vous chez Alice qui tient un blog jeune et moderne que j’aime beaucoup !