Un coup ou deux de trait noir

Dans le monde de la peinture, une technique picturale est appelée le Cloisonnisme.

bernard_05
Détail d’un tableau d’Emile Bernard, maître du cloisonnisme

Le cloisonnisme est né grâce à la liberté offerte par l’impressionnisme, alors que techniquement c’est à peu près son contraire. De quoi parle-t-on ? Avant l’impressionnisme, les peintres apprenaient toutes les techniques pour donner une image semblant réelle, avec des fondus et mélanges de couleurs. Avec l’avènement de la photographie qui rendait le réel sur papier – même en noir et blanc – des peintres ont révolutionné leur approche  en juxtaposant des touches de peinture, faisant confiance à notre cerveau pour mixer les couleurs à une certaine distance et donner des impressions de luminosité inédites. L’effervescence à la suite de l’impressionnisme a donné de multiples courants post-impressionnistes hétérogènes comme le pointillisme (chaque touche rendue à sa plus petite expression, le point), le fauvisme et les Nabis (exagération des aplats de couleurs violentes) ou le cloisonnisme.

louis-anquetin-la-femme-a-lombrelle
Femme à l’ombrelle de Louis Anquetin. Ce peintre est l’initiateur du cloisonnisme ; sa notoriété est cependant bien moindre que d’autres qui l’ont suivi : Emile Bernard, Paul Gauguin, Vincent Van Gogh, Henri de Toulouse-Lautrec et tant d’autres, qui utilisèrent le cloisonnisme un jour ou l’autre…
75e59b776fd5548c14cde5f7337e7d08
Femme au bord de l’eau, Louis Anquetin, 1889.

Tout le monde connaît le cloisonnisme, sans pour autant utiliser ce mot. Visuellement, on le retrouve dans beaucoup d’arts et artisanats : la mosaïque, la marqueterie, le vitrail, mais aussi les estampes japonaises, la peinture sur soie, les images d’Epinal, les bandes dessinées… et bien sûr, comment l’oublier, le patchwork! Leur point commun ? Vous le devinez peut-être, c’est l’utilisation de la matière ou de la couleur par zones définies, parfois cloisonnées d’un trait surligneur… Nous y voilà !

dscn3610Il y a quelques semaines, j’ai essayé une technique qui me faisait de l’œil depuis bien longtemps : l’appliqué « moderne » (coupé à cru, collé au thermocollant) surligné de deux traits de fil noir, justement pour accentuer le cloisonnisme et l’impression de dessin de page de coloriage. Je dois avouer que pour mon premier essai, je n’ai fait aucun effort de création et ai entièrement copié sur une artiste que j’aime, Laurraine Yuyama. La réalisation est très facile, pour peu que vous soyez familiarisée avec le quilting en piqué libre (à la machine). 

Voyez ici l’un vu recto, l’autre verso :dscn3613

Ce sont deux mug rugs (mini-tapis de table servant de dessous de tasse, avec la place pour une douceur) faits pour un échange tiré au sort entre copines. Je me suis complètement inspirée de la photo d’ici. Heureusement, celle qui les a tirés au sort les aime bien je crois, tant mieux pour Maïté ! 

dscn3608
Ensuite, c’est la question rituelle : thé ou café ?…

Moi j’ai eu la chance de recevoir des mug rugs d’une autre gamme de couleurs, mais qui me réjouissent tout autant ! Ils viennent de Claude, qui a passé plusieurs années au Canada. Son bloc préféré est donc la Feuille d’Erable dans toutes ses nuances ! Ici les feux de l’été indien se retrouvent dans son cadeau :

img_1144
Grâce à Claude, ce matin notre petit déjeuner était très ensoleillé !

Malheureusement, j’ai oublié de prendre en photo la table pleine de mug rugs échangés… Vous ne verrez donc que ces deux paires, dommage car toutes les amies réunies hier avaient préparé de petits bijoux de technique, de poésie ou de créativité !

Le Fil Noir

Au lieu d’un fil rouge, suivons aujourd’hui un fil noir qui ne tient souvent qu’à un trait…

Image Artisanat pour tous
Image Artisanat pour tous

Le trait noir en peinture

Après la naissance de la photographie, quelques artistes peintres s’éloignèrent de la reproduction d’une vision académique, réaliste ou romantique. L’Impressionnisme, cette nouveauté majeure, entraînera à sa suite une ébullition artistique dans tous les sens, sautant rapidement du pointillisme (oh les beaux pixels 😀 ) au fauvisme, au cloisonnisme, puis à l’Art Nouveau, au cubisme et aux mouvances de l’art moderne du XXe siècle.

800px-The_Fuji_reflects_in_Lake_Kawaguchi,_seen_from_the_Misaka_pass_in_the_Kai_province
Estampe japonaise – On remarque ici un discret trait noir cernant les éléments du paysage, mais pas le reflet dans l’eau. Vue du Mont Fuji, Hokusaï

Suivons aujourd’hui Émile Bernard, post-impressionniste entouré par Paul Gauguin, Vincent Van Gogh et quelques autres… Réunis en Bretagne à Pont-Aven, ces peintres eurent comme sujets privilégiés les beaux paysages, l’exotisme (mais oui, quand on vient d’ailleurs 😉 ) des costumes bretons, ainsi que les coutumes de la religion catholique qui jalonnaient la vie d’antan. Avec ces thèmes ils se lancèrent dans l’aventure artistique du cernage, du cloisonnage et du synthétisme, inspirés par les estampes japonaises aux dessins cernés, aux aplats de couleurs, à la perspective non travaillée.

Paysage de Pont-Aven, Emile Bernard, 1888 (aquarelle, Musée de Pont-Aven, 29)
Paysage de Pont-Aven, Émile Bernard, 1888 (aquarelle, Musée de Pont-Aven, 29)
Émile Bernard. Après-midi à Saint-Briac, 1887, Aargauer Kunsthaus, Aarau. Legs Dr. Max Fretz © Jörg Müller, Aarau
Émile Bernard. Après-midi à Saint-Briac, 1887, Aargauer Kunsthaus, Aarau. Legs Dr. Max Fretz © Jörg Müller, Aarau – La jeune femme est cernée discrètement de noir.
cloisonnnisme
Les Bretonnes aux Ombrelles, Émile Bernard, 1888. Ici pas de trait noir mais un cloisonnement des couleurs avec pourtant bien plus de subtilité dans la colorisation qu’un cahier de coloriage !
La Moisson d'un champ de blé, Emile Bernard, 1888
La Moisson d’un champ de blé, Émile Bernard, 1888 (Musée d’Orsay, Paris)
800px-Émile_Bernard_Breton_Women_at_a_Wall
Quatre ans plus tard, cette peinture du même peintre montre une audace de construction et de dessin. Comment deviner ici que ce peintre se tournera ensuite vers le plus grand classicisme ?… (Musée d’Indianapolis)
Femmes bretonnes à la prière (Le Pardon), 1892, Musée de Dallas, Texas.
Femmes bretonnes à la prière (Le Pardon), 1892, Musée de Dallas, Texas. Quelle subtilité de couleurs !

Le trait noir dans la bande dessinée

Restons en Armorique pour effleurer le monde de la BD dans lequel, tout naturellement, on trouve un trait noir délimitant les couleurs.asterix-36-annonce

Célébrons ici la sortie mondiale du 36e album d’Astérix ! Il semble respecter la meilleure tradition de Goscinny et Uderzo, se référant étroitement au livre de la Guerre des Gaules de Jules César. Une BD, c’est beaucoup de crayonnage avant de mettre le dessin en couleurs. Typiquement, nous retrouvons le trait noir dans la planche finale :

crayon36 planche36

Les nouveaux auteur & dessinateur sont Jean-Yves Ferri et Didier Conrad. Je lirai ce livre ces jours-ci, par Toutatis !

1769035-papyrus-cesar
Demain donc, sortie mondiale du Papyrus de César !

La broderie noire

Catherine of Aragon 1La broderie au fil noir sur tissu blanc est fort ancienne. Importée par les Maures, la broderie de laine noire sur lin blanc était prisée très tôt par les Espagnoles. Sa variante la plus raffinée, au fil de soie et réversible, fut exportée en Angleterre avec Catherine d’Aragon (1485-1536), fine brodeuse. Vous pouvez trouver ici chez nos amies québécoises un résumé historique très intéressant.

Livre en français édité en 2003, grilles de
Livre en français édité en 2003, grilles de « blackwork » à points comptés.

Pour les brodeuses en quête de nouveauté et de liberté, je peux vous conseiller d’acheter auprès de Dijanne Cevaal un tissu teint et imprimé par ses soins. Cela laisse un espace de création très amusant ! A la fin, les traits noirs sont recouverts de fil de couleurs.

Arbre de Vie en cours de broderie, Dijanne Cevaal
Arbre de Vie en cours de broderie, Dijanne Cevaal

Le trait noir en fil raconte…

Nadine Levé a créé ce quilt que j’aime beaucoup, fait d’hexagones brodés ensuite de mots, de fourmis, suivant un chemin de vagabonde :

11430134_474526609382881_78142071089799718_n
Quilt aux couleurs de son jardin, avec des fleurs et des oiseaux. Au fil noir, un poème de Verlaine brodé à la main. Photo de détail dans Les Nouvelles n° 126 p. 35,  le magazine de France Patchwork.
Après trois ans

Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,
Je me suis promené dans le petit jardin
Qu’éclairait doucement le soleil du matin,
Pailletant chaque fleur d’une humide étincelle.

Rien n’a changé. J’ai tout revu : l’humble tonnelle
De vigne folle avec les chaises de rotin…
Le jet d’eau fait toujours son murmure argentin
Et le vieux tremble sa plainte sempiternelle.

Les roses comme avant palpitent ; comme avant,
Les grands lys orgueilleux se balancent au vent,
Chaque alouette qui va et vient m’est connue.

Même j’ai retrouvé debout la Velléda,
Dont le plâtre s’écaille au bout de l’avenue,
– Grêle, parmi l’odeur fade du réséda.

Poèmes Saturniens, Paul Verlaine

Un peu de poésie ne peut pas faire de mal !

Le trait noir autour des appliqués

C’est une finition très « country » que le point de feston autour des pièces appliquées à cru.

Wee Folk Art
Wee Folk Art

Le point de feston était utilisé également pour les appliqués des années 1920-1930. Le noir est très décoratif et rehausse toutes les formes, tout en renforçant l’appliqué.

vintage butterfly quilt 30
Vintage Butterfly Quilt, années 1930.

Le point droit, en maintien de pièces appliquées ou en matelassage, a une présence décorative tout aussi marquante :

clamshell
Molly Flanders
Voici un bloc d'un des derniers quilts de Nifty Quilts : tout est matelassé au fil noir ! L'ensemble est d'une grande énergie, mêlant folk art et modernité. Le quilt entier, avec d'autres vues de détail, est visible par ici.
Voici un bloc d’un des derniers quilts de Nifty Quilts : tout est matelassé au fil noir ! L’ensemble est d’une grande énergie, mêlant folk art et modernité. Le quilt entier, avec d’autres vues de détail, est à voir par ici.

Avec le piqué libre qui fait de plus en plus d’adeptes, on voit des tableaux textiles de toutes sortes utilisant le fil noir qui fixe des pièces appliquées à cru :

Coral Bells, Nadia
Coral Bells – Nadia, de Multicolored Pieces, mélange broderie main et machine au fil noir notamment, pour servir son expression.
12-11-4i, final lemon sketch
Extrait d’un livre textile de Nadia, Multicolored Pieces : évocation d’une tempête de grêle qui détruisit en quelques minutes sa production de citrons.
ciao bella
Ciao Bella – Maryline Collioud-Robert, talentueuse quilteuse suisse, a utilisé un fil noir pour rehausser toutes les pièces colorées.

Une quilteuse tarnaise, Sylvie Philippart, a exposé au printemps à Fayssac (exposition annuelle organisée par Josie Patch). Son quilt était mon coup de coeur :

Hommage à Charley Harper, Sylvie Philippart
A la manière de Charley Harper, grand illustrateur américain, la quilteuse a réalisé un superbe quilt d’oiseaux !
Hommage à Charley Harper, détail, Sylvie Philippart
Tout comme les dessins de Charley Harper, de nombreux détails sont au trait noir fin et vif… ici en point piqué et fil noir !

Revenons à Nadine Levé qui utilise également ici le piqué libre, tel un trait d’encre :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Bonjour Mademoiselle Rose ! Comme les autres appliqués de cette série, Nadine Levé a utilisé le fil noir pour souligner le dessin.

Nadine Levé évolue dans son monde bien à elle, fait de livres textiles, de broderies charmantes pleines de féminité, de rêverie… En ce moment, elle met la touche finale à l’album photo de Mademoiselle Rose. Allez tourner les pages chez elle en cliquant ici !

Au fil noir ou gris foncé, à la main ou à la machine, l’appliqué surligné est une tendance internationale qu’on trouve notamment dans ces livres :

51T0hR+CXOL._SX377_BO1,204,203,200_ 81QmDBDYz6L

Le fil noir s’arrête ici pour aujourd’hui, en souhaitant qu’il vous aura diverti !