Besoin de gris !

Suite de l’article d’hier : il n’y a pas encore d’étiquette au quilt d’Andrée, or pour nous les dos et labels ont de l’importance, ils font partie de l’esthétique globale de l’ouvrage, à chaque fois que possible.

Alors Kristine, brodeuse émérite, a repris pour Andrée le motif paru dans Simply Moderne n° 3 pour en faire une étiquette digne du quilt. La voici, brodée ce week-end sur un reste de fond de drap gris, le même que le dos du quilt :

etiquette Andrée.jpg
Made by Kristine !

Voici une photo des coussins faits avec les blocs excédentaires que vient de me faire parvenir Andrée :

Ils seront parfaitement complémentaires sur le lit et rien ne se perd, tout se recycle !

Et maintenant, je fais appel à votre générosité et votre stock de tissus 🙂 Christophe, notre cher ami brodeur-quilteur, est en train de monter à la main son Charm Quilt, suite à nos échanges de carrés de tissus. Après quelques hésitations, il s’est mis à les couper… en triangles, pour les monter en étoile éclatée à huit branches ! Vous pouvez voir son projet sur son blog.

Seulement, il a planifié beaucoup de parties en gris et noirs. Il lui en faut une très grande quantité ! Les Abeilles se mobilisent pour lui, mais si vous aussi vous en avez (surtout des gris foncé et noirs), en particulier des tissus d’anciennes collections ou de récup’ (mais toujours du coton fin qualité patchwork), merci de penser à lui. Vous pouvez le contacter via son blog en laissant un commentaire ou en cliquant sur « contact », colonne de droite, pour qu’il vous communique son adresse postale.

FREE-SHIPPING-font-b-Gray-b-font-7-Assorted-Pre-Cut-font-b-Twill-b-font.jpg
Jolie collection de tissus gris… mais il ne faut à Christophe que 1 carré de 5 cm de côté par tissu pour faire son bonheur !

 

Pour nous faciliter la vie…

Il existe des tissus d’étiquettes si vous ne savez pas trop comment faire votre label !

img_0003
Imaginez tout ce que vous pouvez faire avec ces étiquettes pré-imprimées !

Ce tissu vient de nous être envoyé par notre amie Abeille de Dubaï, Brigitte qui nous manque tant ! De loin elle pense à nous, nous allons nous partager ce métrage d’étiquettes et nous penserons fort à elle en les utilisant !

Les étiquettes éditées par France Patchwork pour les 30 ans de l’association ont également eu leur franc succès.

Ainsi, nous n’avons plus d’excuses, ne laissons pas nos quilts anonymes !

Lindsay, Charlie et la Chocolaterie

Love-Patchwork-Quilting-issue-22
C’est un magazine mensuel gai et sans prétention, devenu n° 1 des ventes dans leur domaine en 5 mois d’existence ! Il m’est arrivé en retard ce mois-ci, mais ce n’est pas bien grave…

Je viens de recevoir un de mes magazines préférés, Love Patchwork & Quilting, magazine britannique plein de joyeuses idées qui dépoussièrent allègrement les revues plus classiques. C’est une sucrerie en attendant le bébé tant espéré, Simply Moderne de Quiltmania, qui devrait sortir dans les kiosques le 25 juin !

3665d5ce27efca08ea0c2f464668ba2a
Voici la couverture de notre futur magazine français (ou anglais ? cette couverture nous jette le trouble !), avec Victoria Findlay Wolfe comme première invitée et manifestement un reportage sur le grand salon du quilt moderne à Austin, Texas, qui s’appelle Quiltcon. On ne peut pas mieux commencer !

Dans le magazine anglais, je viens de lire un reportage sur un des sites où j’aime chercher des tissus différents. J’en savais très peu sur la société, je suis heureuse de connaître maintenant un peu Lindsay Prezzano, la « chef » de Hawthorne Threads, qui travaille main dans la main avec son informaticien de mari Charlie. Et la chocolaterie ? C’est le lieu où ils ont emménagé leur société l’été dernier, une ancienne fabrique de chocolat du XIXe siècle, récemment rénovée comme une grande partie de ce coin de Brooklyn (Red Hook) qui devient très à la mode. Des tissus dans une chocolaterie… deux péchés mignons réunis !

Charlie_and_the_Chocolate_Factory_(book_cover)
Couverture de la première édition du célèbre livre de Roald Dahl aux Etats-Unis, en 1964.

Le choix de tissus modernes est immense à Hawthorne Threads, et j’ai récemment craqué chez eux pour trois tissus marqués « imprimés digitalement ». Mais qu’est-ce ? Vivons dangereusement, me suis-je dit. Sept jours après, j’ai reçu une drôle de chose : 

IMG_0239
J’ai reçu un long ruban de tissu avec de très larges lisières de 18 cm de part et d’autre de l’imprimé : très étonnant, les 3 imprimés se succèdent sur le même tissu ! J’ai plié et déplié ce tissu de nombreuses fois, d’où quelques plis, mais je l’ai reçu absolument sans marque, moi seule suis fautive. Bientôt, je vais le laver avant de l’utiliser… ce sera un plaisir de cet été !

 

L’impression a été faite exprès pour moi sur un doux tissu blanc au tissage très serré, fin et légèrement transparent, une percale si je ne me trompe… et j’ai du tissu non imprimé sur les côtés en cadeau, c’est pratique ! Effectivement, Lindsay s’est lancée dans la création de collections de tissus et en assure l’impression chez eux à la chocolaterie avec des pigments à l’eau, garantis pour résister au lavage, aux normes environnementales satisfaisantes.
Bientôt, recevrons-nous nos imprimés par mail qu’on imprimera nous-mêmes sur un rouleau de tissu  via une grande imprimante ? Les innovations vont si vite…

IMG_0240

Il me tarde d’avoir le temps… et l’inspiration pour faire quelque chose avec ces tissus nouvelle vague. Cet été sans doute !

charlie-et-la-chocolaterie_affiche1
Film de 2005 avec Johnny Depp dans le rôle de Willy Wonka, le plus célèbre chocolatier du monde !

 chocolat-noir

On commence par le début !

Dans la série « les choses qu’il vaut mieux savoir mais qu’on oublie toujours d’apprendre », je vais vous dire aujourd’hui comment enfiler une aiguille… et faire un noeud. Excusez-moi si c’est trop basique, mais je ne serai pas étonnée d’en soulager plus d’une avec ces petits trucs !

Enfiler du fil dans un chas d’aiguille très fin

Nous savons qu’il faut utiliser des aiguilles très fines pour un travail raffiné, mais ce n’est pas toujours facile de les enfiler… Les professionnels font des efforts pour nous proposer toutes sortes d’aides :

enfile-aiguilleenfile aiguille cloverenfile-aiguille-clover  auto

Ils sont très pratiques, certains très bon marché et peuvent vraiment dépanner. Mais attention, la plupart des enfile-aiguilles ne marchent pas pour les aiguilles les plus fines comme les between n° 12, idéales pour le quilting main… Que faut-il faire, abandonner ? Evidemment  la première mesure à prendre reste d’avoir une vue suffisamment bien corrigée pour bien voir le chas et le fil. C’est tout? Non, mais c’est tout de même la première condition pour enfiler… et coudre correctement ensuite. Cela peut éviter aussi énervements et maux de tête…

Le fameux fil à gant, un coton traité pour rester assez raide, s’enfile facilement, même si on a une aiguille n° 12. Si vous en avez, profitez-en, c’est un fil d’excellente qualité pour l’appliqué en particulier. Moi je préfère limiter le nombre de fils et j’ai une préférence marquée pour Aurifil Mako 50* pour tous les travaux de couture et appliqué à la main comme à la machine hormis le quilting**. Il ne se dédouble pas facilement, avantage indéniable lors de l’enfilage !

Jusqu’à l’automne dernier, je mouillais le bout de fil pour le raidir et le faire passer vaille que vaille dans le chas, avec plus ou moins de succès.

Une dame passionnée de boutis m’a montré une meilleure manière d’enfiler mon fil (fil à gant, à quilter, ou simple fil à coudre) sur une aiguille fine au chas rond. D’abord, je coupe le bout du fil, plutôt en biais pour décourager le dédoublement et avoir une pointe de fil: on met le bout du fil emprisonné dans la pulpe du pouce et de l’index avec le bout à peine apparent, juste 1/2 millimètre dépasse. On présente le chas de l’aiguille dessus et le fil est obligé d’y entrer ! Essayez, c’est presque magique… mais cela ne fonctionne quand même que si l’épaisseur du fil est en adéquation avec la taille du chas !

Lorsque le chas est long, on peut plier le fil en deux pour qu’il soit plus raide.

Avez-vous d’autres trucs ?…

Fournisseurs de fils

En mon âme et conscience, je vous conseille en premier lieu de vous renseigner autour de vous pour savoir si vous ne pouvez pas trouver ces fils presque idéaux près de chez vous, il faut consommer local sinon nous n’aurons plus de boutiques sympas ! Je mets donc dans mes listes celles que je connais à Toulouse, puisque c’est ma ville.

* Aurifil Mako 50 : plus de 200 couleurs, une bobine pas très belle en plastique orange mais un fil extraordinaire (fibres longues d’Egypte), le prix est très compétitif (car il y a 1 400 m par bobine, comparez le prix au mètre !). 

Vous pouvez donc acheter l’Aurifil Mako 50 chez Pfaff Toulouse (51 allées Jean-Jaurès), Au Fil d’Emma à Orléans (sur place ou par internet). A l’international, vous avez la gamme absolument complète chez :
http://www.casacenina.fr/fils.html
http://www.redrockthreads.com/aurifil-thread/

** Quilting machine : Aurifil 40 ou 28, car le plus fin (50 ci-dessus) a tendance à casser un peu trop souvent chez moi quand la tension est trop forte !
** Quilting main : j’adore le fil 100 % coton YLI, marque américaine, pour le quilting main. Je l’ai découvert sur le blog de Supergoof et je me suis dit que si cette quilteuse incroyable recommande ce fil, c’est qu’il ne peut qu’être exceptionnel… Et cette fois, je peux vous louer la qualité esthétique de la bobine en bois ! Je la trouve au Petit Comptoir à Toulouse, sur un stand à Sainte-Marie-aux-Mines en septembre (qui a des précisions ?) ou à Red Rock Threads par correspondance (ci-dessus).

-=-

N’hésitez pas à confier vous aussi vos bonnes adresses en commentaire pour trouver ces fils  !

-=-

Le Noeud de la Quilteuse

J’ai fait pendant des dizaines d’années un noeud en enroulant le fil autour de l’index puis en faisant glisser ces boucles. Cela donne un noeud disgracieux, irrégulier, mais ce n’est qu’un noeud, n’est-ce pas !

Pourtant il y a déjà une dizaine d’années, j’ai été séduite par un geste gracieux de mon amie Esther qui réalisait de petits noeuds tout aussi élégants. Elle m’a appris son secret, qu’elle détenait de sa grand-mère de Maastricht, mais oui Esther vient de cette ville connue par tous depuis un certain traité européen ! Dans mon premier cercle d’amies, j’ai commencé à appeler ce noeud miraculeux « le noeud d’Esther », puis « le noeud  de la quilteuse » en traduction de l’anglais. Car aux Etats-Unis, il s’appelle « the Quilter’s Knot » et même parfois « the French Knot », tout comme le  point de noeud de broderie. Normal, ils sont très apparentés et tous deux sont connus depuis des siècles dans notre vieille Europe… Il a failli disparaître avec la désaffection de la couture à la main ; heureusement, les quilteuses sont là pour maintenir les anciens savoirs 😉

Comme vous n’êtes pas en face de moi pour vous l’enseigner, je délègue à cette vidéo le soin de vous montrer comment faire ce noeud parfait : comment faire un noeud en 13 secondes. Persévérez, vous y arriverez ! Et une fois appris, vous ne ferez plus jamais un noeud autour de votre index…

Pour comparer, voici comment faire un point de noeud en broderie en 20 secondes ! 

Et pour être complète, je ne résiste pas à l’envie de vous faire connaître un point de noeud plus délicat à apprendre mais remis à la mode par les Japonaises. Il s’appelait naguère « Point de noeud de Pékin » en France, il est devenu « point de noeud colonial » par assimilation au nom donné en anglais « Colonial Knot ». Le point de noeud colonial en 47 secondes ici ! Si vous préférez, voyez le tuto de Lisa Bonjean ici.

Maïté l’Abeille vient de broder quelques centaines de points de noeud colonial… à un tel point qu’elle disait en devenir complètement… neu-neu ! Voyez ici un petit aperçu d’un sampler que je vous dévoilerai entièrement quand il sera quilté :

IMG_3911

Courage Maïté, ma « speedy busy bee », tu arrives au bout de tes peines !

-=-=-=-