Tournent les Moulins…

… enfin entièrement quiltés, avant de voler vers la Normandie ! Voici ce quilt, les Moulins de la Ruche (photographié à la lumière du soir pour mieux voir le relief), que je suis heureuse d’offrir à ma petite soeur :

Photo « d’altitude » prise du haut du toboggan, qui ne sert plus à grand chose d’autre ! Dimension : carré d’1,80 m.

J’ai terminé le quilting (vu ici) avec un simple point qui fait des vagues, programmé sur ma machine à coudre. C’est une manière très simple et rapide de rattraper les éventuels godillages ! Je dois vous avouer que j’avais des projets plus ambitieux en piqué libre, mais je ne me suis pas encore assez entrainée… Alors j’ai joué la sécurité puisque j’avais déjà opté pour cette solution pour la bordure de la Ronde des Pétales : (cliquez sur les photos pour apercevoir le quilting machine )

 

La bordure de finition, je l’aurais voulue en coquilles, mais je n’avais pas laissé assez de tissu sous l’appliqué, j’ai donc opté pour juste des coins arrondis, ce qui donne tout de même un agréable côté vintage/rétro. 

Voici un petit bout de quilt avec une bordure en coquilles (scalloped edge en anglais). Ce sera pour une autre fois !

Pour celles qui se demandent comment faire une bordure avec des coins arrondis, voici quelques petits trucs-maison :

– Une grande assiette est parfaite pour marquer l’arrondi. Vous pouvez même écrire au stylo votre ligne de coupe ! Ma préférence est de marquer la ligne de coupe courbe, puis coudre à grands points à la machine, juste un millimètre à l’intérieur du trait afin de solidariser les trois épaisseurs, et ensuite couper sur le trait. Ces grands points disparaîtront sous la bande de finition.

 – Mieux vaut préparer une bande de finition coupée dans le biais afin d’épouser la courbure. Dans mon cas, j’ai assemblé des parties en droit fil et des parties en biais car il me restait trop peu de tissu pour le couper entièrement en biais. Il suffit de calculer un peu les longueurs nécessaires pour que les portions en biais correspondent aux parties courbes du quilt (les 4 coins).

–  Comme pour une bordure habituelle, la bande mesure 6 cm de haut et est pliée en deux.

– Lors de la couture, ne pas tirer sur la bande dans les courbes, ce qu’on a tendance à faire ; cela ferait « pocher » le quilt.

-=-

Et puis, pour un quilt qui ne sera pas accroché au mur, j’aime faire des dos piécés. Voici celui des Moulins :

Bandes de tissus dans les bleus-beige avec un tissu lin-coton pour le dos des MDLR.

Détail du petit appliqué.

Bon anniversaire Isabelle ! J’espère qu’en recevant ton quilt tu me pardonneras le retard…

-=-

-=-=-=-

Vous pouvez trouver ici tous les articles consacrés aux Moulins de la Ruche :
https://quilteuseforever.wordpress.com/category/les-moulins-de-la-ruche/

N’hésitez pas à rejoindre notre petit groupe Flickr pour montrer l’avancement de votre propre  quilt « Moulins de la Ruche » :
http://www.flickr.com/groups/les_moulins_de_la_ruche/

Quilting des Moulins de la Ruche en cours…

Ce n’est pas tout de faire un top, objet de toutes nos attentions, il faut ensuite le quilter ! A chaque fois, c’est une nouvelle expérience et peu à peu j’emmagasine quelques idées que j’ai toujours envie de partager avec vous !

Comme je le pensais, le modèle de quilting « Constellation » de Nat pour le quilt de David m’a été d’un grand secours, je l’ai légèrement adapté et voici ce que cela donne :

Fil Aurifil Mako 50 pour la canette (elle dure si longtemps grâce à la finesse du fil !) et Aurifil Mako 40 enfilé dessus, pour éviter que le fil ne craque. Je dois dire que je pensais faire ce matelassage en piqué libre pour lequel le fil doit résister à beaucoup de tiraillements, mais je m’en suis sortie en piquant au contraire avec le double entrainement, ce qui est plus confortable pour un grand quilt avec une machine de dimension normale.

Un mot sur Aurifil : je suis complètement conquise par la qualité de ces fils de coton ! J’utilise le fil très fin mako 50 (bobine orange) pour le patchwork machine, mais aussi la couture main, l’appliqué main… Pour le quilting machine donc, le mako 40 (bobine verte) a l’avantage d’être plus épais, plus solide, plus visible aussi. J’aime aussi leur nuancier aux numéros communs aux différentes catégories. Ainsi, j’ai choisi un beige soutenu presque kaki, qui passe aussi bien sur le marine, le marron que le blanc pour mes MDLR (n° 2370), bobine verte en haut, canette faite avec une bobine orange en bas.

Pour piquer à travers toutes les épaisseurs, j’ai choisi une aiguille robuste : n° 100 spécial denim, mais une 90 universelle aurait sans doute suffit.

Il me reste la bordure à quilter, je cherche des idées (simples !) dans les livres consacrés au quilting qui sont dans ma bibliothèque. Il me faut un modèle d’aspect classique mais qui peut se coudre en ligne continue…

Mes inspirations… Bientôt le résultat de ma recherche !

-=-=-=-

Les Moulins de la Ruche : ils volent au vent !

Vous souvenez-vous de ma proposition d’un modèle à géométrie variable, Les Moulins de la Ruche ?  Il est temps de faire un point sur leur avancement ! Quelques vaillantes quilteuses nous préparent de bien jolis quilts (voir les photos sur Flickr). Il y a en particulier  Lynne, du blog « Bouts Choisis »,  qui vient de présenter ici son top en tissus batik. C’est magnifique !

Pour ma part, j’ai déjà laissé filer la date d’anniversaire de ma soeur à qui il est destiné 😦 mais je vais commencer aujourd’hui son quilting avec ma machine à coudre. Grâce au talent de Nat qui a inventé pour ce modèle un superbe quilting (et avec sa permission bien sûr), je sais comment le faire, mais je manque de pratique, alors on verra bien… Je vous montrerai le résultat ! En attendant, voici le top qui vole au vent :

Il est accroché avec les moyens du bord… Il mesure 1,80 m de côté, donc pas si facile à photographier. Tissus majoritairement d’un Jelly Roll Blackbird Designs de chez Moda, mais aussi des Rouenneries (toujours chez Moda), des repros divers, un provençal et autres fonds de tiroir… Un méli-mélo comme j’aime !

Je me suis inspirée de lettres présentées sur une nappe dans le livre de Jacqueline Morel (Le Petit Monde de Jacqueline Morel, ed. Quiltmania) pour faire les lettres appliquées, à la manière des anciennes broderies des monogrammes.

Et le voici sur une botte de foin, pour vous rappeler opportunément que Béatrice (blog : Une aiguille dans une botte de foin) m’a beaucoup aidée à diffuser cette proposition d’ouvrage. J’espère que ces quelques photos vous donneront envie de continuer vos MDLR (Moulins De La Ruche), ou pourquoi pas les commencer : celles qui ont suivi nos conseils sont ravies de la facilité du bloc !… Et donnez-nous de vos nouvelles, c’est notre récompense ! Vous avez au choix nos blogs ou la galerie Flickr où il y a un groupe rien que pour nous, les quilteuses des MDLR, créé par Béa…

Pour ma part, rendez-vous quand je l’aurai quilté ! Je ne vous cache pas ma petite appréhension de faire un quilting machine pour un si grand ouvrage…

-=-=-=-

Belle variante des Moulins de la Ruche

A l’exposition de Balma (à l’est de Toulouse) qui a lieu en ce moment, un quilt a fait tilt : il ressemble beaucoup aux Moulins de la Ruche ! J’ai demandé à Catherine F. la permission de vous le présenter, ce qu’elle m’a accordé avec grande gentillesse. Elle l’a fait pour sa fille qui lui a donné une seule exigence, qu’il soit bleu et blanc !

C’est avec une gamme de batiks qu’elle a réalisé ce magnifique quilt avec un dégradé évoquant l’Océan…

Bientôt ici d’autres photos de quelques uns des quilts remarquables présentés dans cette exposition. Vous avez ici tous les renseignements concernant cet événement. Vous ne regretterez pas votre déplacement !

Les Moulins de la Ruche !

Le jour est venu ! Dès aujourd’hui, vous allez pouvoir commencer à fouiller dans vos tissus, tracer votre gabarit… et pourquoi pas déjà coudre vos premiers Moulins ! Je vous avais déjà alléchées (voir ici , aussi ici et ) à la perspective de cet atelier en ligne ; Béatrice et moi-même vous proposons cet ouvrage, nous n’avons pas inventé le bloc mais nous avons rapproché plusieurs modèles afin de vous donner le choix entre plusieurs tailles et surtout plusieurs placements de tissus. Pour vous permettre de commencer sereinement, tout est décrit pour les débutantes. C’est long, technique, mais vous aurez l’assurance de réussir vos blocs.

C’est parti pour les Moulins de la Ruche (MDLR pour les intimes) !

Les Moulins de Béatrice (Une Aiguille dans une Botte de Foin) avec un « Honey Bun », ligne Aviary de 3 Sisters,  Moda. Ce modèle est directement inspiré de Crackling Palms de Carrie Nelson (voir ci-dessous).

Présentation des modèles qui nous ont inspirées

Le bloc est une répétition de 4 modules semblables, très faciles à coudre : 2 rectangles simples et un rectangle bicolore coupé en son milieu à 45°. C’est cette partie qui nécessitera un gabarit si vous suivez ma façon de faire, car d’autres quilteuses préfèrent d’autres méthodes de coupe. Ces MDLR ont été inspirés  par :

– un modèle de Françoise Rey, du Petit Comptoir à Toulouse, dont le modèle fut édité par Quiltmania (n° 37). Avec ses tissus japonais il a eu un succès considérable. Lorsque je me réfèrerai à ce modèle en particulier, je mettrai QM (= QuiltMania)

Indigo Blues, devenu un grand Classique !

– deux modèles du livre A Touch of Rosie (Ed. Leisure Arts, 2010), l’un en couleurs vives, aux blocs montés sur la pointe et l’autre en pastel monté droit. Pour ce modèle, je mettrai Rosie !

– et dans la blogosphère française, j’ai vu récemment ce modèle traité encore différemment chez Cocopatch : il s’agissait là d’un ouvrage proposé par Magic Patch (Pop Corn d’Elly Prins). Elle m’a très gentiment offert cette photo de son ouvrage qu’elle va transformer en Quillow (quilt plié dans une poche cousue au dos et qui devient une sorte de taie d’oreiller : voir cette vidéo que j’adore !). Voici son top en tessellation (= les blocs s’imbriquent) :

Magnifique modèle en tessellations de Cocopatch, merci de nous offrir cette photo Coco ! Ces beaux tissus sont de la gamme Fusion de Kaufmann, où vous avez 85 nuances à votre disposition !

Enthousiasmant tout ça, n’est-ce pas ? Leur montage était expliqué différemment mais le résultat est le même. C’est justement une variante en tessellation ce que j’ai moi-même commencé spontanément avec mon Jelly Roll. L’accumulation de ces exemples vous donne déjà des idées des variantes possibles…

Je m’étais inspirée du modèle QM en variant les tissus clairs, cela donne une tessellation proche du modèle suivi par Cocopatch !  Tissus de Blackbird Designs, acheté en Jelly Roll (bandes prédécoupées de 2 1/2 inch)

Choisir la taille de son bloc

Je vous propose quatre tailles de bloc : 12 cm, 18 cm, 24 cm ou 30 cm. Pourquoi ? Ce sont des multiples de 6 qui vous faciliteront les mesures.

  • 12 cm : les bandes de base pour coudre le bloc seront coupées à 3,5 cm de hauteur. Ce sera mini !
  • 18 cm : les bandes de base pour coudre le bloc seront coupées à 4,5 cm de hauteur.
  • 24 cm : les bandes de base pour coudre le bloc seront coupées à 5,5 cm de hauteur.
  • 30 cm : les bandes de base pour coudre le bloc seront coupées à 6,5 cm de hauteur. Ce sera grand et vite fait !

Avec des coupes commerciales de Moda, il vous faut un seul paquet de Honey Bun (bandes de 1  inch 1/2 de haut qui fera un bloc d’environ 15 cm) ou de Jelly Roll (bandes de 2  inch 1/2  donnant un bloc de 30 cm environ) pour 25 moulins. Mêmes explications générales !

Préparer le gabarit

Voici un schéma pour vous aider à dessiner l’unique gabarit que je vous recommande de préparer ; les autres coupes se feront directement avec la règle et le cutter. Ce gabarit facilitera la position de la règle pour couper la diagonale. C’est un gabarit avec marges de couture de 0,75 cm incluses.

Vous pouvez agrandir la photo en cliquant dessus.

Coupe

Pour un bloc, il vous faudra de 2 à 5 tissus différents (voir ci-dessous). Pour ces explications, je choisis l’option de deux tissus. Il faudra couper, dans chacun des deux tissus :

  • A – 4 rectangles de : 3,5 x 7,5 cm (pour bloc de 12 cm), 4,5 x 10,5 cm (pour bloc de 18 cm), 5,5 x 13,5 cm (pour bloc de 24 cm), 6,5 x 16,5 cm (pour bloc de 30 cm)
  • B – 2 rectangles de : 3,5 x 9,5 cm (bloc de 12), 4,5 x 12,5 cm (18),  5,5 x 15,5 cm (24),  6,5 x 18,5 cm (30) pour faire les rectangles bicolores. Cela vous fera les 4 pièces de la forme du gabarit. Pour faire la bonne découpe au milieu à 45°, je vous conseille d’utiliser le gabarit correspondant à la taille du bloc que vous avez choisi (voir ci-dessus).

Voyez ici comment je positionne la règle et le gabarit sur le rectangle B pour couper en diagonale :

Position pour une droitière (je me suis forcée à réfléchir un peu, moi la gauchère !)

Observez l’alignement du trait à 45° de la règle le long du bord du tissu.

Le gabarit est sous la règle. On peut tout aussi bien le mettre à l’opposé, les côtés étant les mêmes en tête bêche.

Un rectangle donnera deux pièces de la même couleur, à assembler ensuite chacune avec l’autre tissu. Important : ayez toujours votre gabarit dans le même sens (la même face visible) et vos tissus endroit visible. Vous pouvez superposer les rectangles pour les couper ensemble, mais pas plier la même bande en 2, sinon une coupe sera dans le mauvais sens !

A savoir qu’avec le modèle « 30 cm », une bande de tissu de 6,5 cm coupé de lisière à lisière est suffisante par couleur, mais il n’y a pas de reste, pour la bordure par exemple.

Couture

La seule couture demandant de l’attention est celle-ci :

On doit bien superposer endroit contre endroit en laisant dépasser un petit triangle. Celui-ci finit exactement où commence la couture ! Il mesure donc 0,7 cm le long de l’autre pièce. Vous pouvez utiliser une mini-règle pour vérifier, ou bien préparer tout simplement un carton fin en témoin de marge. Très vite, vous aurez l’oeil !

Le tissu de dessous est le tissu du moulin central.

Ici, j’ai  marqué exceptionnellement le trait de couture pour montrer qu’on part du creux entre les 2 tissus et on arrivera au creux du bas. Ces bandes sont coupées en zig-zag car ce sont des bandes prédécoupées de « Jelly Roll » (kit de tissus préparé par Moda).

Le reste est tout simple : on coud chaque élément pour faire quatre pavés à assembler ensuite entre eux comme sur la photo du bloc ci-dessous. Il faut privilégier l’alignement des pièces côté centre, afin de pouvoir ensuite bien équerrer l’extérieur de bloc sans trop perdre en taille. Privilégiez aussi la couture organisée à la chaine, cela va vite et on se trompe moins !

Vous pouvez aussi agrandir la photo de QM au-dessus, la page de droite comporte un schéma très clair (et une autre manière d’assembler la pièce centrale, sans gabarit !).

Faites autant de blocs que vous le souhaitez ! Je peux juste vous dire qu’un nombre impair de blocs par rangée est très flatteur.

Options de couleurs et de tissus

C’est là que vous pouvez vous amuser et créer, les variantes sont infinies ! Voyons quelques possibilités :

* Faites un quilt bicolore : chaque moulin au centre du bloc est rouge par exemple, les tissus tout autour sont écru. Succès assuré !

* Les moulins centraux sont d’une couleur qui variera d’un bloc à l’autre, le tissu de fond reste le même. C’est l’idée du modèle de QM, qui a raffiné son quilt avec un carré central de fond plus clair. Les Abeilles Simone et Christiane l’ont commencé ainsi :

* Chaque moulin central a sa couleur et on veut faire une tessellation : les couleurs du fond varient à chaque coin et se retrouveront dans les blocs juxtaposés : c’est le cas du bloc bleu/blanc-beige au-dessus ou le modèle de Cocopatch.

* Plus « scrappy », plus audacieux, plus libre : l’idée chez Rosie, suivie par Béatrice, de choisir deux tissus, faire un bloc avec eux, sans se préoccuper de ce qui le côtoiera ! En couleurs pastel, le résultat reste doux, mais en couleurs vives cela donne un résultat très dynamique ! C’est la bonne occasion de se jeter sur son sac de chutes et de réaliser un quilt rempli de souvenirs. Au montage des blocs, on veillera juste à ne pas laisser deux tissus identiques l’un à côté de l’autre. Si on ne se soucie même plus de mettre toujours au même endroit clair et foncé, cela donne beaucoup de charme !

* Encore plus scrappy : faire de toutes vos chutes 2 paquets, un clair et un foncé. En faire des bandes et piocher sans choisir, juste en respectant la position clair/foncé ! Cela vous fera un effet de ce genre :

Quand je vous disais qu’il y avait maintes possibilités !… Et n’oubliez pas que vous pouvez créer, encore et toujours, d’autres variantes…

Montage des blocs

Vous allez équerrer vos carrés. Ne vous inquiétez pas si vous devez les couper un peu plus petits que prévu, cela ne se remarquera pas. L’essentiel est que tous soient de la même dimension avant l’assemblage.

Le plus évident est de monter ces MDLR par rangées horizontales. Ce ne sera pas au hasard si vous avez l’option « tessellation », mais beaucoup plus spontané si vous l’avez fait « scrappy » comme Béatrice et Rosie. Mais vous pouvez aussi les monter sur la pointe, il vous faudra alors calculer les triangles manquant en bout de rangée.

Bordure

Faites des essais ! La bordure de Béatrice et Rosie est superbe et permet d’utiliser tous les restes de bandes. Pour ma part, ce sera un tissu marine de la même ligne Blackbird Designs qui finira le mien. En effet, je n’ai pas de restes 😉  🙂

-=-=-=-

Alors, allez-vous succomber au charme de ces Moulins de la Ruche ?

J’ai choisi de me pacser avec Béatrice pour vous présenter ce modèle car nous avions déjà fort bien fonctionné lors de l’aventure des crumb quilts ! Cet article est donc conjointement présenté sur nos deux blogs. Nous souhaitons voir l’avancement de vos Moulins de la Ruche et allons donc ouvrir un groupe Flickr. Kesako ? C’est la possibilité de regrouper toutes nos photos dans une sorte d’album. Pour cela, vous devez vous inscrire à Yahoo avec un identifiant (un nom) et un mot de passe. C’est gratuit. Nous pourrons ainsi partager l’avancement de nos moulins, mettre des commentaires… Tout le monde pourra voir vos photos mais personne ne pourra les enregistrer, copier ou imprimer, c’est la particularité de Flickr. Nous vous reparlerons de ce groupe Flickr dès qu’il fonctionnera,  en fin de semaine sans doute !

Béatrice et moi-même espérons que vous serez nombreuses à apprécier cette proposition, vous pouvez vous amuser seule ou en groupes à faire ces MDLR et dites-nous, chez l’une ou l’autre, ce que vous pensez de ce petit atelier en ligne. Notre récompense sera de voir vos Moulins de la Ruche avancer sur Flickr, sur vos blogs ou les prochaines expositions !

-=-=-=-

Une ligne de tissus faite pour moi… et pour mes Moulins !

Lorsque j’ai lu cet article chez Blackbird Designs en juin dernier, je suis tombée amoureuse (Love at first sight !) de cette ligne de tissus que Alma Allen promettait pour novembre 2011. Ces bleus font partie de ma gamme préférée, on dirait qu’ils ont été teints par du vrai pastel de Toulouse ! Le style fleuri suranné, intemporel et campagnard, ainsi que les imprimés de points de croix, étaient faits pour moi 🙂 Dès leur sortie, je les ai commandés sous forme de Jelly Roll… devinez pour quoi faire : les Moulins de la Ruche ! Vous avez donc un indice supplémentaire, nous couperons nos morceaux à partir de bandes. Pour des mini-moulins et un mini-quilt, on utilisera des bandes coupées à 3,5 cm de hauteur, mais vous serez sans doute plus tentée par les bandes coupées à 4,5 cm, 5,5 cm ou 6,5 cm  (c’est-à-dire à peu près 2 inch 1/2, comme les Jelly Rolls qui sont des bandes de tissus assortis prédécoupés proposés par Moda) pour des moulins plus grands.

Photo du blog Blackbird Designs

Vous aurez autant de plaisir avec ces Moulins en choisissant des couleurs chaudes, vives, des batiks, vos anciens tissus de style japonais aux imprimés vifs et colorés etc., mais prévoyez des tissus contrastés, des clairs et des foncés, c’est la clé du succès ! N’ayez crainte, Béatrice et moi vous guiderons. Et je vous rappelle que vous aurez une variante très scrappy, pour faire baisser vos éventuels sacs/tiroirs/cartons/armoires (?!) de chutes de tissus…

Vous verrez que ce modèle est accessible à toutes, se monte vite…

Je ne l’ai pas inventé, donc vous le connaissez peut-être déjà, mais des variantes amusantes vous séduiront peut-être.

-=-

Les Moulins de la Ruche seront en ligne lundi 30 janvier sur ce blog ainsi que sur celui de Béatrice, Une Aiguille dans une Botte de foin. Des moulins, une botte de foin, une ruche, nous préparons déjà le printemps !

-=-=-=-

D’autres Moulins…

En attendant les Moulins de la Ruche, j’ai envie de faire revivre des souvenirs aux quilteuses confirmées ; vous souvenez-vous du « Square Dance », qu’on pourrait peut-être traduire par notre mot ancien « Quadrille » ?

Ces quilts, petits ou grands, ont déferlé dans le monde du patchwork après la publication d’une drôle de méthode inventée par Martha Thomson (livre Square Dance – 1995). Ils ont été fort populaires en France grâce à Quiltmania qui nous expliquait, dès son n° 5, comment jouer avec les carrés cousus pour obtenir ces jolis moulins !

J’ai été enthousiaste en comprenant ce tour de passe-passe car j’avais admiré dans un livre (Useful Patchwork Gifts – Chuck Nohara – 1993) des petits sacs cousus par une Japonaise peu de temps avant avec ces mêmes blocs, mais réalisés à la main à l’aide d’un gabarit :

Le gabarit m’intriguait et donc m’intéressait, avec ses quatre côtés, deux angles droits… mais deux côtés coupés dans le biais ! J’ai fait une petite trousse pour m’amuser mais trouvais le montage embêtant avec tous ces biais qui n’en faisaient qu’à leur tête… d’où ensuite ma fascination pour l’ingéniosité de la méthode moderne. Celle-ci a pourtant le défaut de gâcher du tissu… Qu’à cela ne tienne, certaines faisaient un mini Square Dance avec les chutes !

Qui a aussi admiré l’ingéniosité du Square Dance Quilt parmi vous? Le plus étrange est que maintenant, mon plaisir serait plus vif de le coudre tranquillement à la main, moi la speedy-quilteuse 🙂

-=-=-=-

Comme j’aime beaucoup m’entourer de personnes sympas et efficaces, j’ai proposé à Béatrice d’Une Aiguille dans une Botte de Foin de présenter les Moulins de la Ruche conjointement sur nos deux blogs. Vous en saurez beaucoup plus le 30 janvier ! En attendant, vous pouvez choisir votre gamme de tissus : vous aurez besoin de contrastes ! Soit de beaux tissus assortis, soit vos restes de tissus partagés en « clairs » et « foncés ».  A bientôt !

-=-=-=-