Un stage de rêve

Florence est une quilteuse infatigable et talentueuse, qui enchaîne les quilts spectaculaires. Sa contribution à Fibre Occitane est un des quilts les plus admirés lors des expositions :

Fibre Occitane 26

Elles a fasciné le public à Colomiers en septembre dernier avec sa Parisienne :

ob_36e117_p1160151
Photo de Christophe

Dans la même exposition, son Charm Quilt, également présenté dans les Nouvelles n° 130 en page 16, tirait des AH! d’admiration :

ob_22af5c_p1160232
Matelassé à la main en Baptist Fan très fin, ce quilt montre déjà le très bon niveau de Florence en quilting main !
dos-fb
Le quilting est bien visible au dos !

Vous l’avez compris, Florence est une artiste qui s’épanouit dans l’expression avec un patchwork issu du traditionnel, tout en mettant une touche de plus en plus personnelle.

Cependant, rien de vaut d’avoir des bases solides traditionnelles. Florence s’est donc inscrite à un stage-événement qui avait lieu à 15 km de chez nous, chez David. Je lui laisse le clavier et la souris pour exprimer son ressenti.

rosebleugris

 

Stage de quilting Amish chez David 

Jeudi 27 et vendredi 28 novembre David a organisé chez lui, dans une jolie petite ville occitane,  un magnifique stage de quilting Amish .

Nous avions comme professeur Alexia Rosfelder, ancienne élève et maintenant collaboratrice d’Esther Miller. Esther Miller est une femme née dans une famille Amish qui vit maintenant en Allemagne. Elle a consacré une grande partie de sa vie au perfectionnement du quilting main et maintenant elle vient de dessiner de merveilleux métiers à quilter fabriqués par son fils.

Le matin nous avons été accueillies chaleureusement par David avec le café ou le thé et avons pu faire connaissance. Nous avons passé un petit moment à récupérer nos commandes de dés faites auprès d’Alexia avant le stage et voir tous les petits trésors qu’elle avait apportés : fils, aiguilles à quilter, etc. Nous avons également admiré trois quilts faits par notre animatrice Alexia, deux quiltés main et un quilté machine, tous splendides.

quilt-fait-par-alexia-quilte-main quilt-dalexia-quilte-a-la-main

Le vif du sujet a commencé par l’installation des ouvrages sur les métiers à quilter, semblables à ceux utilisés par les Amish en quilting bee, à plusieurs tout autour. Il y avait 3 métiers, un fabriqué par le fils d’Esther Miller, magnifique et deux faits avec un cadre en bois et des tréteaux, bien moins jolis mais tout aussi pratiques.

le-montage-avance
Le montage avance, c’est simple mais un peu long. En revanche, pas besoin de faire un sandwich !
montage-du-quilt-sur-le-metier-a-quilter
Montage sur un des métiers
aide-pour-monter-le-quilt-sur-le-metier
A plusieurs, c’est mieux !

alexia-au-travail

Puis le cours a commencé tout d’abord par un petit conseil d’Alexia écrit sur une pancarte  : ‘’Keep Calm and Quilt on‘’ !!!

conseil-dalexia-avant-de-commencer

Nous avons eu des explications claires et précises pour nous servir du dé en porcelaine que l’on utilise derrière le quilt pour tendre l’ouvrage et guider l’aiguille qui quilte, nous nous sommes servi sur le dessus soit d’un dé semi ouvert pour quilter vers l’avant soit d’un dé de pouce pour quilter vers l’arrière. Ce fut un grand challenge pour moi qui d’habitude ne me sers jamais d’un dé pour quilter !! Petit à petit,  avec un peu d’entrainement tous les jours, je commence à m’habituer à tous ces petits outils.

explications-dalexia
Explication et démonstration d’Alexia
david-au-travail
David au travail
au-travail
Tout le monde au métier
le-quilt-commence-durant-le-stage-avec-le-de-en-porcelaine-le-de-semi-ouvert-le-de-de-pouce-et-le-tire-aiquille
Nos petits outils à apprivoiser !

A midi nous avons déjeuné tous ensemble en partageant ce que chacune avait apporté, tout était excellent et comme d’habitude en grande quantité, du coup nous avons fini les plats le lendemain !!!

L’après-midi a été consacré à travailler sur les métiers en profitant de tous les conseils d’Alexia.

Ces deux jours ont été un vrai bonheur et une belle expérience, je suis vraiment prête à recommencer !

Merci donc à David, notre hôte à nos petits soins, d’avoir organisé ce beau stage, à Alexia de nous avoir appris ces techniques avec beaucoup de professionnalisme et de décontraction et à toutes les participantes à ce stage , très sympathiques !

Florence

quilt-fait-par-david-en-appique
Dernier ouvrage en appliqué de David

Annexes

Article de David sur son blog
http://davidscottagedownthehill.blogspot.fr/2016/11/a-traditional-handquilting-class-on.html

Autres articles sur le quilting main à la manière d’Esther Miller :
https://quilteuseforever.wordpress.com/2012/01/03/quilting-selon-la-technique-amish-premiere-partie/
https://quilteuseforever.wordpress.com/2012/01/26/quilting-selon-la-technique-amish-seconde-partie/

Comment contacter Alexia pour organiser un stage : voir sur son site 
http://butternutpatch.blogspot.fr/

Harmonie

Brigitte the Bee🐝 est aujourd’hui la reine de la Ruche pour vous présenter son dernier quilt !

IMG_5594

Cela faisait un bon moment que ce top attendait l’inspiration du quilting. Ce sont de simples blocs qui mettent bien en valeur des tissus fleuris un peu vintage aux douces tonalités comme je les aime.

the wave edge rulerFinalement j’ai eu l’idée d’utiliser ma règle « Wave Edge », ou « Bordure ondulée » (déjà utilisée pour dessiner des lignes courbes sur un autre ouvrage). Je voulais un peu de rondeur pour casser le côté rectiligne de mes blocs. J’ai commencé par faire un patron papier pour la taille, puis un gabarit en carton afin de reporter le modèle au moment du quilting. 

DSCF8889

DSCF8891DSCF8892DSCF8825

Satisfaite du résultat, j’ai également utilisé la règle pour quilter la bordure. L’ensemble correspond ainsi à mon attente : simplicité et discrétion.

DSCF8820Harmonie

Il est baptisé Harmonie, simplement parce que c’est le nom de la gamme de ces tissus !

2015

Brigitte the Bee

Ensemble, c’est tout !

Il m’a fallu deux semaines bien denses pour faire le cadeau de mariage pour ma chère Marielle, dès lors que j’ai décidé le modèle, reçu les tissus… Il m’a fallu bien moins de temps pour décider que j’allais le baptiser comme le titre d’un livre d’Anna Gavalda (devenu film), car cette petite phrase correspond si bien pour un couple formé depuis déjà une décennie !

10029_106058218744345

La jeune mariée est l’amie d’enfance de ma fille aînée et nous, parents, sommes également très proches. Le mariage a eu lieu à la Bergerie, déjà ornée d’un petit chemin de table présenté ici. Marielle a même pris des cours de patchwork avec moi à plusieurs reprises, d’abord en atelier juste après la cantine à l’école (en CE1 et CE2) puis bien plus tard quand elle était étudiante : elle aime et apprécie un travail de patchwork !

DSCN0388
Etiquette brodée et fixée au dos par le quilting machine.

Je voulais donc lui offrir un quilt aux couleurs de son mariage, bleu et fuchsia. Comme le temps me manquait (évidemment, je m’y prends au dernier moment…), j’ai opté pour un « disappearing 9-patch ». On traduit à moitié par nine-patch déstructuré, nine-patch évanoui, nine-patch fantôme ou encore carrés décalés, carrés cachés… Tout ceci pour un principe hyper simple ! Un bloc de neuf pièces (le fameux nine-patch) va être coupé et redistribué pour faire un visuel différent. Ici il est fait de simples carrés de 12 cm de côté, agencés toujours de la même manière :

IMG_0024
Pile de blocs avant la recoupe – Un bleu uni au milieu, toujours le même, des tissus bleus aux imprimés variés aux quatre coins et quatre tissus roses complètent ce bloc appelé « nine-patch » (neuf pièces).

Il m’en fallait 25, avec un peu d’organisation le top a été fait en peu de temps.

IMG_0022

Pas de photos des étapes (dans l’effervescence du travail, j’ai oublié !), mais le prochain post vous donnera quelques explications, trucs et variantes de  ce fameux bloc auquel il faut vraiment penser pour un ouvrage rapide et spectaculaire.

Free-Motion-QuiltingLe quilting à la machine s’imposait pour le finir à temps. N’étant pas experte, j’ai commencé avec un matelassage bien plus dense que prévu… j’ai dû continuer pour garder une harmonie. Pour mieux voir ce que je faisais, j’ai quilté sur l’envers, j’avais donc le tissu uni comme toile de fond, bien plus reposante que les imprimés du devant. Le dessin quilté est un peu n’importe quoi, j’ai fait comme un dessin-doodle, mais je me suis inspirée du motif « Paisley » (= mot anglais pour le dessin qu’on appelle Cachemire, voir l’article sur la poire galloise ) de ce livre d’Angela Walters que je recommande :

IMG_0095

… et de la démonstration de l’auteur ici : Paisley Feather Tutorial.  Inutile de nous dire que je n’ai pas encore acquis la fluidité d’Angela !! Avec une machine « normale », on n’a pas non plus la place requise pour être aussi à l’aise. Cependant, je suis satisfaite du résultat global, à condition de ne pas m’arrêter sur les détails… J’estime le temps de quilting à environ 15 heures, mais je n’ai pas vraiment compté ; en tout cas, une bobine entière de fil Aurifil Mako 50 y est passée pour le piéçage et le matelassage (1 300 m !).

DSCN0372
Terminé la veille du mariage, le voici à la lumière du soir.
DSCN0375
De dos, mais on voit mal le matelassage !
DSCN0379
Quilt plié pour voir à la fois le dos et le devant. J’ai acheté quelques tissus, mais une bonne moitié était déjà dans mes boîtes.
DSCN0392
Plié, prêt à être empaqueté !

Offert le jour J au jeune couple à qui je souhaite tout le bonheur du monde !

DSCN0381

-oOo-

Des quilts en Inde, des traces d’universalité

Le point avant, le point universel… non seulement pour l’assemblage invisible de deux pièces, couture basique, mais aussi pour la consolidation d’un tissu ou de plusieurs couches de textiles, en matelassage ou quilting, appelez-le comme vous voulez ! Les quilts bosniaques dont on parlait au début des années 2000, le boutis comme le trapunto, le kantha bengalais, le sashiko japonais… Tous ont pour base le point avant, le point qui court, running stitch en anglais, que je trouve si imagé que je le présente ainsi aux enfants ! Point indispensable, rapide, à la fois utile et décoratif.

BQW_Naht_camila_c_LF-scrollbox_landscape-c9193566b770e40f4b73557f06f7271b
Bosna quilt, quilt d’exposition reprenant les codes des quilts utilitaires du pays.

 

Sampler de motifs de sashiko
Sampler de motifs de sashiko
boutis modèle Nicole Astier-fait par Danyl
Extraordinaire boutis, vu en transparence. Je ne sais pas si Danyl l’a fait au point avant, point traditionnel, ou de piqûre, plus solide. Art raffiné à la Française…

On appelle kantha une broderie au point avant, faite à l’origine pour maintenir ensemble des morceaux de tissus de toutes sortes sur plusieurs épaisseurs. On peut penser à une similitude avec les Boros du Japon, dont on a longuement fait état les années précédentes. Cette année à l’Aiguille en Fête, il y avait, parmi de nombreuses autres merveilles d’Orient, des Kanthas récents qui étaient tous à vendre. Ici plusieurs formes de formes de broderies kantha, faites pour l’exportation, sont réalisées sur un grand panneau textile :

IMG_7039
Beau motif de coquilles sur un tissu teint en bandes verticales roses et vertes.
IMG_7040
Tissu uni clair, entièrement décoré de points avant. Certains remplissent les espaces, donnant un effet d’impression du tissu.
IMG_7048
Trois couleurs de fils pour un effet géométrique

Même couleur de fil pour un mélange géométrique et figuratif qui doit être très amusant à inventer au fur et à mesure :

IMG_7043IMG_7042

IMG_7041

IMG_7044Les kanthas peuvent aussi être ainsi :

IMG_7046
Motif figuratif élaboré aux belles couleurs !

 Grâce à des associations, le kantha est un savoir-faire qui est actuellement sauvé de l’oubli. A l’origine humble piquage d’étoffes usagées cousues ensemble pour protéger et embellir les personnes et les objets, les qualités décoratives de ces textiles les érigent en objets de collection. Vous en saurez sans doute plus, très prochainement, dans la presse spécialisée ! 

Si le kantha provient du Bengale, vaste territoire partagé entre l’Inde et le Bengladesh, on trouve ailleurs en Inde, plus à l’ouest, des patchworks quiltés. Il y a un air de famille en raison des points avant omniprésents, ainsi que l’origine indienne. Des différences aussi, mais on peut trouver toutes les variantes qui font que toutes ces pratiques ne sont pas éloignées ! Quelques patchworks indiens étaient exposés l’année dernière, toujours à l’Aiguille en Fête, mais aussi en Alsace en 2013 à l’occasion de la sortie du livre de Geeta Khandelwal :

Livre bilingue Godharis, nous faisant voyager dans l'Inde centre-ouest.
Livre bilingue Godharis (Quiltmania), nous faisant voyager dans l’Inde centre-ouest. A côté, mes jolis tissus Neelam, des unis tissés-teints aux couleurs naturelles. Il me tarde de commencer quelque chose avec eux !

Comme un carnet de voyage, Geeta nous raconte un périple dans un monde rural varié, aux femmes qui confectionnent des godharis, des quilts en bon français ;-). Jamais ces quilts ne sortent du village, ce sont des objets utilitaires. Ils sont faits principalement de restes de saris, coupés sans ciseaux (le tissu est entamé par une lame de rasoir, puis déchiré), mesurés à l’aune du doigt, de la main, de la coudée… Alors évidemment on ne peut attendre un piécé absolument rectiligne. Mais qui s’en soucie ? Les godharis sont là pour tenir chaud, un point c’est tout ! Certaines nuits, même au coeur de l’Inde, il peut faire bien frais.

Geeta
Geeta Khandelwal, auteur du livre Godharis.

Pour maintenir les couches textiles entre elles, le quilting est soutenu, avec des points avant qui courent parallèlement puis changent de sens, juste pour suivre un motif ou pour le plaisir :

textile Sujata shah
On aperçoit l’assemblage du même tissu, quilté avec des fils changeant parfois de couleur… et de direction ! Photo Sujata Shah en Inde.

Un motif dessiné, cousu, montré plusieurs fois dans ce livre me rappelle un modèle de quilt qui fit grand bruit il y a quelques années dans Quiltmania, dont un bloc de patchwork était en forme de svastika… d’ailleurs pas vraiment, mais le quilt était nommé ainsi (Quiltmania n° 52). Dans le numéro suivant, des excuses étaient présentées. C’est toujours en Inde un signe extrêment bénéfique, ainsi que dans le boudhisme et de nombreuses civilisations passées ou actuelles (dès le néolithique, et aussi notamment chez les Navajos, les Kunas, etc.). De ce beau symbole universel, notre plus sombre histoire du 20e siècle en a fait un signe honni, ce qui a pour conséquence qu’en Occident on ne peut plus se permettre de l’utiliser…

Vous découvrirez dans le livre certains Godharis extrêmement proches de quilts américains. Peut-on imaginer des quilts ayant voyagé, ou des quilteuses d’un pays ou l’autre ayant transmis ses connaissances ? L’auteur pense plutôt à l’universalité de certains motifs, vérifié maintes et maintes fois…

Universalité des choses, c’est ce qui m’a traversé l’esprit en lisant ce livre sur les femmes en Inde peu après celui de Roderick Kiracofe qui raconte un peu la même histoire dans les Etats-Unis ruraux. Universalité de la géométrie et de l’esthétique, quand j’ai vu des photos de godharis qui ressemblent un peu au quilt fait pour ma fille :

2009_049_0007
Godhari
Katell Renon
Petit air de ressemblance, n’est-ce pas ?… 10 ans de lavages l’ont rendu moins flamboyant qu’à l’origine. Il est quilté à gros points au coton perlé, il n’a pas de nom mais je l’appellerais bien Godhari maintenant !

Un coucou à Sujata Shah, actuellement en voyage en Inde, qui a eu la chance de rencontrer Geeta Khandelwal la semaine dernière. Voyez son article ici, avec de très belles photos. Elle se sent tellement liée aux deux pays qu’elle peut résumer ses influences ainsi :

facebook the root connection

-ooOoo-

Je quilte pour Vous !

De plus en plus souvent, on me demande : à qui pourrais-je demander de me quilter un ouvrage à la machine ?
J’ai bien quelques adresses – Simone Struss, Nathalie Delarge – mais elles ne suffisent pas pour toutes les demandes !

Il est vrai que les réticences tombent peu à peu à propos du quilting machine. Quilter à la main est un délice quand on a trouvé la technique qui nous convient, mais on ne peut nier que cela prend… un certain temps !katell-quilting

Le mois dernier, j’ai eu une proposition alléchante tombée à pic. Il se dit que nous préparons plusieurs quilts à offrir le mois prochain au cours d’une journée spéciale à Balma… et nous avons reçu une offre stratégique : le quilting avec une Long Arm offert par une charmante dame ! Il nous restait justement un dernier top cousu par d’innombrables petites mains :

IMG_5210
Tournefeuille, le top

Reconnaissez-vous ce modèle ? Nous l’avions déjà fait tout en vert pour notre copine Evelyne, et lors d’un stage nous avons varié le choix des tissus pour en faire un méli-mélo plus automnal. Je vous rappelle que c’est un bloc trouvé dans un livre (devenu quasi-introuvable) de Bernadette Mayr, notre inspiratrice depuis des années !

pommier (1)
La Ruche de l’Amitié, pour Evelyne

J’ai donc découvert que Chantal Baquin s’est équipée d’une Long Arm pour quilter pour les autres : « Je quilte pour Vous » est même le nom de sa jeune entreprise ! Nous avons échangé quelques mails pour nous mettre d’accord sur le travail à faire sur ce top un peu atypique… et hop ! j’ai envoyé les tissus (top et doublure) et hop-hop ! il m’a été retourné très rapidement, quilté avec le peps que nécessitait ce modèle, quilté au fil dégradé… Oh qu’il est beau !!!

Vous pourrez le voir prochainement sur le site de « Je quilte pour Vous« … Il nous reste la bande de finition à poser avant de lui faire prendre l’air de Balma puis partir, qui sait, peut-être chez vous ?

Encore un quilt que beaucoup auront envie de gagner !

 

Matelassage de la Folle Etoile

Prise en flagrant délit de quilting par ma fille en vacances à la maison :

katell quilting

Avec mon cercle sur pied et un dé en porcelaine sur l’index de la main qui est dessous, c’est un plaisir de quilter !

~°~

Pour plus de renseignements sur cette façon de quilter, vous pouvez voir cet article https://quilteuseforever.wordpress.com/2012/01/03/quilting-selon-la-technique-amish-premiere-partie/ et
https://quilteuseforever.wordpress.com/2012/01/26/quilting-selon-la-technique-amish-seconde-partie/

Petite histoire de la Folle Etoile : https://quilteuseforever.wordpress.com/2013/09/13/la-folle-etoile-le-top/

DET7

Die Übung macht den Meister

C’est un des proverbes allemands que j’ai adoré découvrir quand je vivais à Hambourg ! Il me vient bien plus naturellement que son équivalent français, « c’est en forgeant qu’on devient forgeron », et sa traduction mot à mot est « l’exercice (l’entraînement, la pratique) fait le maître »…

En début de semaine je l’ai mis en pratique en m’accordant un exercice ludique de quilting libre à la machine. En général, je quilte à la machine des lignes plutôt droites, avec l’aide du double entraînement de ma Pfaff. Mais dessiner à l’aiguille me tente aussi ! Le livre de base que je vous recommande chaleureusement est celui de Fanny Viollet (éd. L’Inédite) :

fanny QF

Elle y explique bien tout ce qu’il faut savoir sur le fonctionnement de notre machine à coudre, les habitudes à acquérir… et tout ça en français, avec de nombreuses photos explicatives ! Paradoxalement, toutes ses explications ne sont pas pour le quilting en piqué-libre mais principalement pour la broderie, c’est cependant un livre qui m’aide beaucoup avec ses précieux conseils. Je crois même que c’est cette dame qui a, le première, utilisé la locution « piqué-libre » en français.

Plus nouveau et drôlement bien fait, le DVD de Nathalie Delarge Dionis nous enseigne le B.A. BA du quilting en piqué libre. Elle travaille sur une Long-Arm (machine à grand espace) mais on peut tout aussi bien travailler avec une machine à coudre domestique.

Le dernier blog découvert sur le piqué libre (grâce à Emma) est The Inbox Jaunt : des idées de dessins magnifiques, à essayer surtout sur tissu uni, c’est si joli…

Le truc à avoir en tête est que l’aiguille est notre crayon ! On doit déplacer l’ouvrage comme on déplacerait une feuille sous un crayon fixe. Die Übung macht den Meister…

Ma feuille d’exercice, avant de me mettre à quilter un grand ouvrage, est un rectangle d’environ 30 x 60 cm, fait de patchwork en confetti incluant quelques lisières. De la vraie récup ! Mise en sandwich :

001

Puis j’ai quilté des dessins tout droit sortis de cet excellent livre pour des idées modernes de quilting, die Übung macht die gute Quilterin, la pratique fait la bonne quilteuse :

QF free motion

Et j’ai fait du zigzag tout autour. Ah !! Vient le moment tant attendu et redouté de la pose d’une fermeture à glissière ! Je me suis directement inspirée d’une pochette offerte par l’adorable Yaritza Bianchi, déléguée France-Patchwork de la Drôme. Voici une photo pour vous l’expliquer rapidement :

QF pose ferm

Après avoir cousu la fermeture endroit contre endroit, on plie pour avoir les dents en haut et on les fixe en place avec une ou 2 coutures. C’est épais mais une aiguille de 80 en vient quand même à bout. Il reste à fermer les côtés (attention à laisser la fermeture ouverte !!) et coudre des triangles pour l’assise de la pochette.

QF trousse envers

Pochette retournée finie, 2e version (aux petits triangles, voir dessous !)

QF trousse finie

Les triangles étaient trop grands, la pochette est peu gracieuse ! J’ai donc utilisé le découd-vite pour réparer l’erreur. Die Übung macht die  gute Näherin, la pratique fait la bonne couturière !

finie

Voilà, elle me plaît mieux ainsi !