L’ours, le toujours-bien-aimé des enfants

2081602407_MichkaEnfant, mon conte de Noël préféré était Michka. Au fil des décennies, je l’ai lu et relu des centaines de fois pour moi, mes petites soeurs, mes enfants… et si j’ai un jour des petits-enfants, ils n’y couperont pas ! Cette histoire est poignante et les dessins originaux sont ancrés en moi, telle cette image de la petite fille malade… à la couverture de patchwork qui m’intriguait :michka_16b

Edité en 1941 après le décès prématuré de l’écrivain français Marie Colmont (Germaine Moréal de Brévans, 1895-1938), ce livre parut d’abord en petit format (15 x 12 cm) en raison de la pénurie de papier pendant la guerre.michka_09 L’illustrateur a su donner un supplément d’âme à l’histoire, sans doute inspiré par les forêts de son pays natal : Feodor Rojankovsky était un Russe émigré… né le 24 décembre 1891 !

Beaucoup savent que le Teddy Bear américain, l’ours en peluche, a été inventé à la suite d’une histoire de chasse du Président des Etats-Unis Theodore (Teddy) Roosevelt : comme le président rentrait bredouille, on crut bien faire en lui offrant un vieil ours à tuer. T. Roosevelt en fut outré et ordonna la mise en liberté de l’animal… Cette histoire relayée dans la presse donna l’idée à deux émigrants russes de faire un ours en peluche du nom de Teddy Bear. Mais c’est une année plus tôt, en 1902, que naissait en Allemagne le premier ours en mohair aux membres articulés de la marque Steiff ; comme souvent, les événements se téléscopent et la commande d’un importateur américain de 3 000 ours Steiff allemands assura durablement le succès des ours en peluche ! Dès lors, les ours sont considérés comme mignons, consolateurs, on les appelle des nounours… Mille et une histoires sont apparues sur les gentils nounours ou petits ours bruns, on les mange même en bonbons de gélatine ou de guimauve…trace ours

Un conte plus ancien met en scène une famille d’ours vivant paisiblement dans la forêt :

boucle L’histoire de Boucle d’Or et les trois Ours amuse les enfants avec les objets aux dimensions qui conviennent à chaque ours, mais c’est un conte finalement un peu bizarre sans fin heureuse ni morale… On retient surtout l’anthropomorphisme de l’ours qui vit comme une famille humaine, dérangée dans son intimité par une petite curieuse. Il est issu d’une histoire britannique ; au départ, pas de jeune fille blondinette trop curieuse mais une renarde, puis une mégère (même mot en anglais : vixen). 

525px-The_Three_Bears_

The three bears, illustration Arthur Rackhamtrace ours

Alors que l’ours n’est pas un animal domestique, il a eu une place prédominante dans de nombreuses cultures, avec de remarquables similitudes, depuis la nuit des temps.  Michel Pastoureau pense que « les hommes et les sociétés […] semblent hantés par ce souvenir, plus ou moins conscient, de ces temps très anciens où avec les ours ils avaient les mêmes espaces et les mêmes proies, les mêmes peurs et les mêmes cavernes, parfois les mêmes rêves et les mêmes couches ».

De nombreux peuples anciens considéraient que l’ours était l’ancêtre de l’homme. Il eut aussi le statut de divinité. En Europe, il était le roi incontesté des animaux, focalisant rites païens, cultes divers et une proximité omniprésente. Le culte de l’ours était si fort que les autorités chrétiennes entreprirent pendant des siècles de le remplacer par le lion, moins présent culturellement et géographiquement. Ainsi la fête de l’ours partant hiberner vers la mi-novembre fut-elle évincée par la fête de la St-Martin… Pas de hasard si on choisit souvent le prénom de Martin pour un ours ! Une légende court aussi qu’un ours, ayant mangé l’âne de Saint-Martin, se vit obligé de devenir la monture du saint… d’où l’ours Martin remplaçant l’âne Martin, tel qu’on parlait alors !

C’est ce sacré Charlemagne qui entreprit d’immenses chasses aux ours trop présents dans le coeur des gens, afin de le remplacer par plus d’orthodoxie chrétienne… Pendant des siècles, on poursuivit ces massacres et peu à peu l’ours, chassé des plaines, se réfugia en montagne. Naguère omnivore (si proche de l’humain…) il devint végétarien à 90%. Jadis le roi des animaux, on le désacralisa, on le ridiculisa… 

Longtemps le culte de l’ours perdura dans les vallées pyrénéennes, les noms de Barousse, rivière d’Ourse ou vallée d’Ossau témoignent de la proximité du plantigrade avec l’homme ; les carnavals, les légendes, les rites d’initiation en sont autant de traces. La tradition des montreurs d’ours, grands voyageurs originaires d’Ariège, provient du Moyen-Âge : un bon moyen de dévaloriser le roi déchu, tenu en laisse, muselé, contraint de danser, devenu inoffensif et ridicule…800px-Ours,_Luchon,_septembre_1900

Photo prise en septembre 1900 à Luchon (Haute-Garonne). L’attitude de l’ours est confondante, on croirait un homme déguisé…(© bibliothequedetoulouse / Flickr)

Nous gardons cependant bien plus de traces de l’ours, roi des animaux déchu, que nous ne le pensons : le roi Arthur de la Table Ronde porte en lui le nom de l’ours ((arth, vieux gallois, ou ard, vieux breton), les sagas scandinaves sont pleines de personnages comme Beowulf (littéralement ennemi des abeilles = ours !), Les anciens prénoms Bernard, Björn, Ursule, Ursula, les villes de Berlin, Berne sont directement liés aux ours, ainsi que l’Arctique (continent blanc aux ours)…trace ours

Les pionnières américaines pouvaient parfois voir des traces d’ours au cours de leur long voyage vers l’ouest et tout naturellement plusieurs blocs ont pris ce nom. Le plus connu est celui-ci :

36840745

Très joli bloc de la Boîte à Biscottetrace ours

J’aime croire que les hommes gardent, inscrits dans une mémoire collective, le temps où l’ours était le roi des animaux dans le coeur des hommes et que ce souvenir enfoui a fait du nounours le roi des doudous… Pour beaucoup plus de renseignements sur l’ours et l’homme, je ne peux que vous recommander le livre de Michel Pastoureau :

51e7HDy69tL._

Vous pouvez aussi lire cet essai sur la proximité des hommes et des ours dans les Pyrénées ici.

Grande Ourse séchant

Pour ce quilt La Grande Ourse symbolisant la longue histoire des ours dans les Pyrénées, nous avons utilisé le bloc des « traces de l’Ours » associé au « Log Cabin » (inventé par Kim Diehl) : un concentré de style country! (photo de Brigitte)

trace ours

Les Ours des Pyrénées

Femelle ours et ourson marchant $$ Bear femelle and his young walkLa réintroduction des ours dans les Pyrénées fait débat.ours

Le Club de patchwork de Colomiers, lui, a préféré se focaliser sur les traces de la patte d’ours, bloc américain bien connu !bear tracks Les ours, dans le présent comme dans le passé, font bien partie de l’histoire du sud du département. C’est pourquoi nous avons organisé la fabrication de blocs mi-patte d’ours, mi-log cabin, inspirés de Kim Diehl.

1071

Le modèle choisi -à peine remanié- se trouve dans ce livre.

Nos amies ont si bien travaillé que nous avons deux quilts au lieu d’un ! L’un sera pour un lot du Loto de Balma, l’autre sera tiré au sort lors de la prochaine exposition de notre club en mars (tombola tirée le 28 mars).La Grande Ourse

Voici celui que vous verrez dès la mi-mars à Colomiers, salle de la F.A.C. (près le la piscine et du Hall Comminges). L’autre, dans une autre gamme de couleurs, sera à gagner à Balma le 23 mai 2014.Grande Ourse séchant

« La Grande Ourse », ouvrage en commun.
Cousu, quilté, lavé, séché, il n’attend plus que votre visite !

Exposition du 18 au 28 mars, horaires bientôt annoncés sur le blog « Le Patchwork sur son 31 ».