Scrap quilts : ya d’ la joie dans la récup !

A chacune sa façon d’aborder le patchwork. Certaines sont heureuses de suivre un modèle à la lettre,  tout leur art étant de reproduire à l’identique, avec constance et précision, ce qui leur a plu. Pourquoi pas ? La seule limite étant de trouver exactement les mêmes tissus… Vous n’imaginez pas les difficultés des vendeuses-conseilllères, dans un magasin de tissus de patchwork, pour trouver tout un ensemble de tissus collant parfaitement avec un quilt photographié dans un magazine ! D’où finalement le succès des kits proposés par certaines stylistes, avec explications et tissus dans une pochette, ce qui correspond à une demande. Sans oublier celles qui n’ont pas de magasin près de chez elles ni accès à Internet… Mais oui, beaucoup de personnes sont encore concernées.

Si on accepte de lâcher la main, affirmer la personnalisation d’un modèle, c’est déjà un pas de fait. Beaucoup de quilteuses réussissent à interpréter un modèle en utilisant au moins une partie de leur Trésor,  je veux dire leur réserve de tissus accumulés au fil des années… Et quand l’utilisation des restes de toutes sortes devient une jubilation, une fièvre de l’inattendu, le trésor devient le creuset de la création. C’est si drôle de mélanger tous ses souvenirs d’étoffes !

Comme je reste très classique dans mon expression, je me cantonne aux formes traditionnelles du patchwork, il y a déjà tant à faire ! Une fois la géométrie choisie -ici le modèle des dés- je m’amuse ! J’aime beaucoup la simplicité des scrap-quilts avec un seul gabarit. Pour celui-ci, j’ai respecté en général la règle du clair et du foncé en alternance, mais parfois j’ai volontairement cassé l’harmonie. Je ne dirai pas comme d’anciennes quilteuses construisant un bloc avec une erreur appelé « bloc d’humilité », que c’est « parce que seul Dieu est parfait », chez moi c’est juste parce que cela me plaît !

Dans cette partie du quilt, les contrastes sont parfois moins marqués, les répétitions n’ont pas été évitées… Ces imperfections donnent pour moi de l’intérêt à l’ensemble, l’oeil s’attardant sur toutes les particularités.

Me lancer dans un scrap quilt est pour moi une vraie fête, mais attention, il ne faut pas vous risquer alors dans mon atelier, sous peine d’apoplexie. Les tissus sont éparpillés partout, j’ai besoin de tout voir, tout toucher, tout mélanger pour décider ce que je veux faire. Je me plonge sans complexe dans les mélanges improbables mais finalement très sages : n’ai-je pas déjà un jour choisi, élu parmi d’autres, chacun de ces morceaux ?

Ce goût pour la liberté d’association des tissus m’a été insufflée par un formidable livre de Roberta Horton*. J’avais déjà la fascination des associations vues dans des quilts anciens, ainsi que ceux de Will Vidinic dont je conservais toutes les photos publiées dans divers magazines. Ils me parlaient tellement plus que les ouvrages bien sagement symétriques ! Ce livre culte m’ouvrit une autoroute vers le Scrap Quilt et, plus tard, me donna les clés pour mieux conseiller mes élèves dans les choix des tissus.

Au XXIe siècle, nous avons celle que les quilteuses américaines appellent « La Diva du Scrap quilt », Bonnie Hunter. Nous sommes des milliers à lire son blog, suivre ses quilts-mystère, copier ses idées… qu’elle partage si généreusement. Plus que de longs discours, si vous ne la connaissez pas encore, allez visiter :

– son blog, http://quiltville.blogspot.com/, vous suivez en continu ses déplacements, son enthousiasme, ses conférences, ses lectures… Foisonnement d’activités non-stop !

– son site http://quiltville.com/ : ici, c’est la caverne d’Ali-Baba ! vous avez un nombre impressionnant de modèles de scrap-quilts innovants, de multiples trucs et astuces de stockage, de coupe, de montage… J’ai aussi beaucoup appris d’elle, cela m’a souvent aidé à améliorer les stages que j’ai pu proposer.

– ses livres : Adventures with Leaders & Enders, des astuces très futées de prédécoupe des tissus, ou aussi comment coudre 2 tops à la fois… Epoustoufflant ! Et aussi : Scraps & Shirttails, re-use, re-purpose, recycle, the art of quilting green, puis le tome 2 Scraps & Shirttails 2, continuing the art of quilting green, avec des quilts utilisant toutes sortes de restes de tissus, des techniques d’assemblage si futées que vous faites des quilts (presque) en un clin d’oeil.

Si vous n’avez encore jamais tenté de vous lancer dans un scrap-quilt, vous ne connaissez pas encore toutes les joies du patchwork, essayez, vous serez sans doute conquise ! C’est aussi la satisfaction de faire diminuer son stock de tissus parfois envahissant…

-=-=-=-

* Scrap Quilts, the Art of Making Do (1998), également en français Scrap Quilts, l’art d’utiliser les chutes de tissus (2000). Ce livre se fait rare sur le marché… Rançon du succès !

La Ronde des Pétales

J’aime beaucoup le style de Kathleen Tracy, certes nostalgique, tourné vers le glorieux passé du patchwork traditionnel aux Etats-Unis, mais toujours harmonieux et attachant, il suffit de voir l’immense succès de ses livres, de son blog et de son groupe virtuel consacré aux mini-quilts traditionnels ! J’avoue trouver beaucoup de plaisir à participer aux discussions avec elle et ses fans.

Mais, contrairement à Kathy, je ne m’épanouis pas vraiment dans les mini-quilts, j’ai toujours envie d’ajouter des rangées, continuer le piéçage de peur sans doute que mon travail semble trop étriqué… Alors, j’aime copier Kathy en agrandissant ses belles idées !

J’avais commencé à coudre des Orange Peels* de taille mini, puis j’ai été séduite par un échange sur internet proposant ce même modèle en plus grand. L’aubaine pour étendre la variété de tissus ! Le modèle choisi est en couverture d’un des livres à succès de Kathy Tracy :

Ce mini-quilt est fascinant à la fois grâce aux arrondis qui se répondent, les nombreux tissus utilisés, la bordure à l’imprimé « vagues », un concentré de réussite !

48 blocs faits, expédiés, puis 48 blocs reçus d’autres quilteuses, puis un large complément rapidement cousus pour arriver à 100 Orange Peels, et voici mon top tout juste assemblé :

Le modèle de Kathy étant tellement joli, j’ai cherché à m’en approcher et ai trouvé un tissu lui aussi en forme de vagues qui complétait bien le centre. Puis j’ai ajouté des tulipes aux coins, ces fleurs si parfaites graphiquement qu’elles sont sans doute les favorites dans le monde du patchwork et de l’appliqué !

Je n’imaginais pas pouvoir trouver de temps pour le quilter à la main, j’ai donc fait confiance à ma nouvelle machine à coudre et me suis lancée. Résultat mitigé : les bordures sont très réussies mais le centre, c’est-à-dire le principal, aurait pu être bien mieux !

Vous avez ici un détail de la bordure ainsi que le dos fait de tissus bleus de tous horizons !

La Ronde des Pétales, un quilt idéal pour lire tranquillement dans un coin retiré du jardin, quand l’herbe de la prairie n’est plus que paillasse…

-=-=-=-

*Orange Peel est le nom d’une famille de blocs rappelant un morceau de peau d’une orange découpée au couteau, comme si l’on suivait les méridiens du globe terrestre. Pour la petite histoire, ce bloc est aussi lié au Marquis de Lafayette qui, habitué aux bonnes manières à la Cour de France, épata un ensemble de notables à Philadelphia en coupant ainsi son orange à la fin d’un banquet en son honneur. Une jeune femme récupéra les quatre morceaux d’écorce et en fit un bloc à la gloire de ce grand homme !

Maïté dans le Club de Mrs. Bobbins

Une quilteuse débutante m’a demandé comment étaient quiltés les ouvrages de Maïté, car hormis les bordures on ne voit rien, comme pour les coeurs dans son atelier, alors qu’ils sont pourtant densément et méticuleusement quiltés ! Ce n’est pas seulement dû à la qualité moyenne de mon appareil photo, c’est un parti pris de matelasser (=quilter) sans interférer avec le piéçage (mot français imparfait pour patchwork). Maïté est une grande adepte du matelassage à la main le long des coutures car cela donne un gonflant incomparable aux motifs des blocs tout en maintenant parfaitement les trois épaisseurs du quilt.

En cliquant sur l’image pour agrandir, vous pouvez voir deux styles de quilting : à gauche, la ligne de points suit de près les triangles bleus, au centre vous avez un motif de quilting décoratif.

Dans notre activité, patchwork, appliqué, quilting, etc., nous naviguons sans cesse entre les mots français et anglais, c’est pourquoi j’essaie ici de donner les équivalents. En anglais, pour le matelassage le long de la couture, c’est-à-dire juste là où s’est créé un petit creux dû au repassage des marges de couture d’un seul côté, on utilise ce terme : « stitch in the ditch », littéralement « couture dans le fossé ».

Mrs. Bobbins est connue dans le monde du patch américain, c’est l’archétype de la quilteuse américaine, avec ses déboires et ses marottes. La voici ci-dessus avec ses copines illustrant cette expression « stitch in the ditch ». Vous n’oublierez plus ce que cela signifie…

Le Tour de France

Aujourd’hui Fête Nationale en France, mais aussi départ de l’étape du Tour de France tout près de chez moi, dans la région toulousaine. En France, c’est un événement qu’on connait depuis notre enfance ; aux Etats-Unis, l’intérêt pour cette course est assez récent et date de la réussite de leurs coureurs comme  Greg LeMond puis Lance Armstrong. Cette semaine dans le  « PickleDish Star », magazine « on-line » des quilteuses, voici l’héroïne-quilteuse Mrs. Bobbins qui comprend pourquoi les maillots multicolores ne sont pas quiltés avec un gros molleton :

 Ah ha !

 Mais le Tour de France inspire aussi nos amies norvégiennes comme Aby qui a lancé son Tour de Fibre le temps de la course cycliste : tous les jours, elle avance un de ses ouvrages en cours, lance des petits défis avec ses copines, finit quelques quilts délaissés depuis trop longtemps… A chacun ses efforts !

Dans l’atelier de Maïté il y a…

… Une déclaration d’amour !

Au patchwork ? Sans doute un peu, mais bon ce sera sa décoration annuelle pour la Saint-Valentin, alors…

Cent coeurs avec cent tissus rouges et cent tissus beige différents, ce quilt est donc aussi un souvenir des Abeilles ayant participé à la recherche des tissus, assisté à la progression minutieuse du montage et de la broderie. Une belle création, un Charm Quilt très représentatif de Maïté au style campagne chic !

Quelques coeurs : beaucoup de variété de près pour une belle unité finale de plus loin !

Toujours la campagne…

… avec ces Poules dans tous leurs états ! Maïté s’est inspirée de sa styliste favorite, Jacqueline Morel* qui, des années durant, nous offrit tant de joies dans les Marie-Claire Idées.

Une Poule sur un Mur, par Maïté.

Jacqueline Morel et Maïté partagent le même goût pour les appliqués avec des tissus récupérés qui ont chacun leur histoire. On y retrouve tous ces tissus dits humbles, des parties de vêtements moins usées ou des restes de linges de maison anciens, mis en valeur par une technique irréprochable, des broderies fines… et souvent un zeste d’humour ! Ah ! Les histoires de Maïté nous font passer de bons moments !

Chez Maïté, le moindre recoin est tout-à-fait charmant, ici Nounours se repose.

Tout comme Jacqueline Morel, son thème de prédilection est le Country quilt à la Française, avec nos petits Vichy, les mouchoirs de Cholet, le lin « ficelle », de ce gris-beige si chic qui va avec tout… Vous découvrirez bientôt d’autres quilts de Maïté  au fil des articles dans La Ruche des Quilteuses.

-=-=-=-

* J. Morel a dessiné la plupart des patchworks « à succès » du magazine pendant de nombreuses années. Vous pouvez trouver quelques-uns de ses ouvrages, dont beaucoup d’inédits, dans le livre édité par Quiltmania : Le Petit Monde de Jacqueline Morel.

Le Bonheur est dans le Pré…

… pour toutes ces drôles de vaches appliquées et brodées par Martine, une décoration idéale pour la chambre d’un enfant !

C’est un modèle de la Savoyarde Marie-Hélène Baud, édité dans  Quilt Country n° 14. Martine a choisi ses propres couleurs, ajouté de jolies broderies et quilté chaque bloc avec une grille d’un centimètre, dans la tradition du piqué-coton. 

Martine m’a confié son plaisir de réaliser ce genre de petits tableaux enfantins en alternance avec de plus grands ouvrages, ainsi que la grande joie d’offrir un cadeau fait main !