Ô Toulouse, en rouge et noir…

La Ruche fait son miel du patrimoine régional, celui de Midi-Pyrénées. C’est donc aujourd’hui une drôle d’histoire locale que je vous conte.

Si les briques justifient facilement le nom de Ville Rose à Toulouse, la persistance du rouge et noir est moins connue. Nougaro l’évoquait ainsi :

D’une fleur de corail que le soleil arrose
C’est peut être pour ça malgré ton rouge et noir
C’est peut être pour ça qu’on te dit ville rose…

(Chanson Toulouse, 1967)

Le Rouge et Noir : non pas pour faire plaisir à Jeanne Mas (chanteuse à la célébrité éphémère dans les années 80-90, avec notamment le titre capitouls« En rouge et noir« ), ni même à Stendhal (Le Rouge et le Noir), mais sans aucun doute en souvenir des Capitouls. Toulouse avait un statut original et indépendant et, du Moyen-Âge jusqu’à la Révolution de 1789, les Capitouls étaient des notables élus, en quelque sorte des membres du conseil municipal de la ville, avec une administration cohérente et organisée. Traditionnellement, ils étaient vêtus de rouge et noir à chaque réunion, au Capitole.pz_1370

Très officiellement, c’est en l’honneur des Capitouls, ces hommes braves, renommés, indépendants du pouvoir royal centralisé, que l’équipe sportive prit les mêmes couleurs comme emblème. Mais Madeleine nous a bien amusées hier en nous apprenant l’origine du logo de l’équipe de rugby de la Ville Rose, qui est, comme les maillots des rugbymen du Stade Toulousain, rouge et noir :

stadetoulousain

Le S rouge entourant le T noir fait partie de notre environnement. Notre équipe est souvent gagnante, les Toulousains sont fiers de leur équipe et arborent souvent ces couleurs et le logo : 

Bath_Rugby_v_Stade_toulousain_Supporters_of_Stade_toulousain_Heineken_Cup

Une équipe bénie des Dieux ? Oui, ou presque, puisqu’elle est sous la protection de St-Thomas d’Aquin finalement ! C’est une histoire qui commence au cœur du Moyen-Âge. Les Dominicains toulousains avaient récupéré la dépouille de ce Saint italien, patron du Savoir et des Universités, et la déposèrent à St-Sernin.

pt25121
La basilique de St-Sernin, merveille d’architecture romane en briques.

Depuis 1974, sa sépulture est aux Jacobins, mais de son long repos à St-Sernin, il reste une belle mosaïque en son honneur, dans la Chapelle des Esprits :

1imgp940903_2315

C’est en visitant la basilique qu’un certain Lucien Cézéra eut, dans les années 50, l’idée du logo du club sportif !

tho s
Mosaïque magnifique qui n’est pas pour le Stade Toulousain mais S pour Saint, T pour Thomas !

Et cela inspire également des quilteuses : Florence fit ce porte-plateau à son fils fan du Stade Toulousain, il y a quelques années !

porte plateau florence
Bel appliqué de deux symboles bien connus ici : la croix occitane et le logo du Stade Toulousain !

Merci à Madeleine et Florence sans qui cet article ne serait pas !

 

Bouquets d’Hiver

Avant que n’arrive la date officielle du printemps, je suis extrêmement heureuse de vous présenter un quilt d’exception réalisé par Madeleine, une de nos Abeilles, qu’elle a baptisé Bouquets d’Hiver… En vraie Capricorne, Madeleine ne craint pas cette saison !

when the cold wind blows

Modèle extrait de ce livre signé Blackbird Designs.

Madeleine a conservé l’esprit des créatrices de Blackbird Designs, Barb Adams et Alma Allen, qui ont ici dessiné des plantes accompagnant l’hiver de leurs plus beaux atours, réinterprétant à leur manière le style Baltimore, ces quilts aux blocs figuratifs si travaillés. Je vous présenterai celui-ci bloc par bloc quand il sera exposé* car les photos que j’ai prises ne rendent pas justice au quilt, je les recommencerai donc… En attendant voici une photo faite à l’extérieur vendredi dernier, trois copines perchées sur un banc :

bouquets madeleine

Bouquets d’Hiver, Madeleine Fillola, 2013 (230 cm x 230 cm)
Réalisation traditionnelle « dans les règles de l’art » avec un superbe appliqué, un quilting dense parfait, une bordure originale en vagues et maxi-croquet … Bientôt des photos de détails ! Entièrement réalisé à la main… Je suis si admirative !
Couleurs brique et pastel… Nous avons utilisé les mêmes tissus pour des résultats fort différents, vous pourrez bientôt le constater 🙂

Ce quilt est pour nous un symbole de notre amitié au cœur de la Ruche.  Si j’ai un peu conseillé Madeleine pour choisir les tissus, chaque Abeille a admiré la progression de l’ouvrage, étape par étape, aidant notre amie à conserver sa motivation, Patricia lui a enseigné le matelassage « à la Amish », ce qui a grandement aidé Madeleine (il fut entièrement quilté avec les deux dés conseillés ici, sur un tambour sur pied Hinterberg acheté au Petit Comptoir), Martine et Christine ont bien aidé pour l’ajustement du croquet en bordure… et Christine a mis tout son talent au service d’une étiquette qui reprend exactement le modèle de deux fleurs, la forme des vases, le rappel du matelassage en grille et le croquet de bordure :

étiquette par ChristineL’étiquette reprend les caractéristiques de ce merveilleux quilt.

-=-=-=-

* A Colomiers, ouest de Toulouse : exposition  du 22 au 28 mars de 10 h à 18 h, salle Gascogne (de la N 124, sortie n° 5), du Club de Patchwork Léo Lagrange de Colomiers qui fête ses 20 ans. Venez nombreux !

bloc madeleine

Premier Bouquet d’Hiver… 

Quiltement Vôtre,

Katell

-=-=-=-

Inspiration et création

Comment se renouveler dans le patchwork ? La question se pose lorsqu’on n’a pas envie de se lancer dans des ouvrages très modernes, qu’on peut se sentir au bout de quelques années un peu prisonnières des modèles classiques, tributaires des exemples des magazines aux nouvelles gammes de tissus tentateurs… et finalement envahies de tonnes de restes de tissus. A chacune de trouver sa bonne solution, la mienne est depuis longtemps dirigée vers le scrap-quilt qui m’amuse. Plus je mets de bouts de tissus différents venus de mes tiroirs mais aussi d’échanges entre copines, plus je suis contente !

Lorsque j’ai découvert les photos de quelques quilts de Marie-Claude (voir l’article précédent) dans le Quiltmania n° 57, je l’ai montré à mes élèves d’alors. Très vite Madeleine, qui finissait son 2e ouvrage, voulut faire un quilt inspiré de Marie-Claude, les Cubes Flottants.

Mais que faire ? Impossible de trouver ces tissus japonais soyeux, en voulant le copier on n’aurait qu’un malheureux ersatz et d’ailleurs l’harmonie sur fond indigo n’aurait pas convenu à l’intérieur de Madeleine. Alors, nous avons repris les restes de tissus de ses deux premiers quilts, à dominante verte, jaune, beige et feuille morte ; le fond s’est alors imposé : ce seront des tissus foncés divers : noirs, gris, bruns… Et voici le résultat, un quilt cousu dans la plus grande tradition, cousu et quilté main, inspiré par un autre quilt mais suffisamment personnalisé pour avoir sa vie propre :

Nous voici donc rassurées, les possibilités du patchwork sont infinies et nous permettront toujours d’exprimer ses propres goûts, d’utiliser des tissus qui nous racontent notre histoire… Et c’est tellement plus gratifiant d’ajouter sa touche personnelle à un quilt que nous mettrons des semaines à terminer !

Sentez-vous libres de faire ce que vous aimez, de modifier les modèles qui vous inspirent, publiés pour vous donner envie de faire du patchwork, vous motiver, vous montrer une voie… J’ai moi-même des difficultés à laisser pousser les ailes de la création qui m’éloignent d’un modèle qui me plaît déjà tel quel, mais ce sont ceux pour lesquels j’ai fait cet effort qui me tiennent le plus à coeur !

-=-=-=-

Bouquet d’antan

Quiltmania est un magazine que je ne me lasse pas de feuilleter. Depuis le premier numéro, je les achète, les lis, rêve sur tout ce que je pourrais faire comme quilts si j’avais 10 vies (je me contenterais bien de 9 comme les chats !). Quand je m’y replonge, je me rends compte de l’extrême richesse de cette revue française. Cocorico ! Les Abeilles autour de moi sont tout aussi fans…

Madeleine a choisi ce très beau tableau inspiré d’un modèle du XIXe siècle dans un ancien numéro. La bordure qui reprend les fleurs du bouquet ne vient pas de Quiltmania, mais de photos vues sur internet, à la fois des USA et de France. Qui s’est inspiré de qui ? Eternelle question, nous n’avons pas fait d’enquête, notre Abeille a juste mis tout son coeur pour réussir cet appliqué très soigné aux couleurs éclatantes !

Bouquet d’Antan, réalisé par Madeleine, d’après un modèle Quiltmania (n° 17)          Quelle harmonie reposante !

Des dés, des dés…

J’aime la simplicité apparente des quilts faits avec un seul gabarit. Simplicité bien sûr dans la répétition, mais subtilité souvent dans l’agencement des tissus de couleurs et valeurs différentes. On reste souvent sans voix devant un simplissime assemblage de carrés ou un Jardin de Grand-Mère…

Le mois dernier, quelques Abeilles ont voulu apprendre les astuces pour coudre des dés, non pas de manière traditionnelle à la main comme Supergoof* Superquilteuse mais « à la Katell », avec un ensemble de petits trucs pour coudre si possible vite et bien à la machine.

Eh bien, voici le premier résultat ! Madeleine a déjà terminé ce mini-quilt avec des chutes de tissus « repros », c’est-à-dire des reproductions de tissus anciens du XIXe siècle. Qu’en pensez-vous ? 

Moi, j’adore ! Et le mien?… En cours de quilting à la main, vous le verrez donc un peu plus tard !

*Blog de Supergoof : www.supergoof.web-log.nl/