Mais d’où vient cette bannière ?

Ce quilt n’avait fait qu’un passage éclair dans notre Ruche, il est vite parti du côté de Montmartre où il veille sur le sommeil de ma soeur.

Je me suis inspirée d’un modèle de Carole Maxwell édité dans la revue FP n° 97, mais j’ai choisi les harmonies familiales : des bleus, des verts, réchauffés par des teintes rappelant le bois… Longtemps je l’ai appelé « La Forêt d’Emeraude » puis, pour rendre hommage à nos origines celtes, j’ai préféré :

Oui, je sais, ma photo n’est pas terrible, ma broderie encore moins… Mais jour après jour je me perfectionne ! Brocéliande donc est librement composé de carrés, de quarts de cercles, de triangles (des carrés bicolores) avec une dynamique diagonale. Si j’avais plus travaillé ma maquette, j’aurais aimé mieux évoquer une trouée de lumière dans la forêt mais je me suis contentée d’un ouvrage décoratif avec des tissus qui me plaisaient, tout simplement.

La photo fut prise avec un des premiers compacts affichant fièrement 3 millions de pixels, elle n’est donc pas très belle. Approchons-nous quand même un peu :