Hier, le Soleil est entré dans ma maison…

…Chez vous aussi probablement, car c’était un jour printanier. Mais le Soleil est vraiment arrivé avec la factrice qui m’a apporté un gros paquet… venant de Floride. Je n’y connais qu’une seule personne, ma chère Betty ! Je n’en croyais pas mes yeux… Un Pine Cone quilt !!!!!

Katell - La Ruche des Quilteuses
Aussitôt arrivé, aussitôt posé en évidence dans notre salon…

Il est tellement dans « mes » couleurs !
Cerise sur le gâteau, icing on the cake, ce précieux cadeau est accompagné d’une lettre… oh si touchante ! Elle raconte le choix de chaque tissu, élu pour sa couleur et sa signification, son symbole, son imprimé… Tout est fait pour me plaire, mais aussi pour m’attribuer maintes qualités que je ne suis pas sûre de réunir ! Si vous comprenez l’anglais, vous pouvez lire ce texte qui ressemble tellement à Betty, dans toute sa spiritualité, sa gentillesse et sa sincérité.

Katell - La Ruche des Quilteuses dscn3669 dscn3670

Ce Pine Cone quilt de mon amie « de l’autre côté de l’Océan » me touche infiniment, avec toutes les intentions qui s’y trouvent. Comme elle j’aime trouver des symboles, des significations aux hasards qui souvent n’en sont pas ! Le monde du patchwork me comble d’amitiés, proches ou plus lointaines.

Si vous vous demandez ce qu’est cette sorte de patchwork, vous pouvez lire les articles précédents à ce sujet… et/ou attendre le numéro 132 des Nouvelles (magazine de France Patchwork) qui paraîtra en mars : les Pine Cone quilts y seront évoqués !

Katell - La Ruche des Quilteuses

Je suis heureuse de partager ce Soleil avec vous !

Katell - La Ruche des Quilteuses

Une étiquette pour chaque quilt

Dear Betty,

Grâce à l’article sur La Couleur Pourpre, LeeAnn de Nifty Quilts a eu la merveilleuse intuition de nous mettre en relation, car elle savait que je serais heureuse de connaître un peu plus sur les Pine Cone quilts, ce style de patchwork presque oublié qu’elle avait elle-même remis en lumière avec son Pine Burr quilt – autre appellation de la même technique. 

Depuis septembre 2014, nous avons échangé des milliers de lignes de mails, des centaines de photos, des dizaines de confidences, il en résulte quelques articles qui sont parmi mes favoris de mon blog, mais surtout je retiens notre sincère amitié construite au fil des ans.

dsc_0301

Pour une fois je t’écris en français et je partage ici ma conversation en public, car le sujet intéresse toutes les quilteuses ! Tu m’as demandé un jour: Crois-tu que je doive faire des étiquettes à mes quilts ?

nc2b0-2-pine-cone-quilt-collection-betty-ford-smith
C’est ton Pine Cone Quilt #2, fait de couleurs pastel pimentées de jaune vif et de marine. Il faut lui mettre une étiquette à son dos !

La réponse, tu le devines est : oui, absolument ! Oui, d’autant plus que tes ouvrages seraient des énigmes pour les historien(ne)s du futur :
* ces quilts sont typiques du début et milieu du XXe siècle… et tes tissus sont du XXIe,
* tu fais des quilts qui se faisaient surtout dans un milieu défavorisé… mais tu utilises de beaux tissus,
* ces quilts se faisaient surtout dans les Etats de Georgie, de Caroline du Nord et du Sud, d’Alabama… et tu es en Floride centrale.
Alors, un peu de pitié pour elles, aide les générations futures avec un beau label !

Je considérais les finitions d’un quilt comme une corvée : la bande de finition, le manchon d’accrochage, l’étiquette. Avec l’âge, j’ai plus de patience pour ça car j’en connais l’utilité et j’aime bien faire ces dernières finitions en pensant au prochain quilt ! La corvée est devenue plaisir…

dscn2284
Mes étiquettes restent assez rustiques, étant gauchère mon écriture n’est pas belle et on le retrouve dans l’écriture brodée. Je sais, je pourrais faire mieux quand même !!!

Ce sont mes amies qui m’ont entraînée à faire ce que je recommandais aux autres… mais ne faisais pas forcément : broder de belles étiquettes. D’abord, Maïté, puis Kristine… mais nous y sommes toutes mises ! Mes amies Abeilles sont toutes sensibilisées à l’esthétique d’un dos de quilt et elles font des merveilles ! En général, nous écrivons les renseignements habituels, parfois un petit mot pour le destinataire.

Voici quelques étiquettes de l’exposition Fibre Occitane :

dscf9188

dscn2275

dscn2285 dscn2286 dscn2287

Ce sont tous des ouvrages collectifs de différents clubs de Haute-Garonne où seuls les prénoms sont écrits. Mais la plus belle étiquette que je connaisse est bien celle de Christophe, que j’avais montrée ici ! Comme je ne sais pas gommer les zones de noms de famille, je ne mets pas beaucoup d’exemples. Une autre fois sans doute, avec l’aide informatique de quelqu’un !

En ce qui te concerne Betty, je te suggère de mettre sur chaque label le nom de la technique (Pine Cone Quilt), son ordre dans ta production (#1, #2…), le titre que tu peux trouver pour ce quilt, la date et le lieu de sa création et bien évidemment ton nom. Certaines personnes ajoutent une poche pour y glisser des pages de renseignements, cela pourrait se justifier pour toi, surtout si tu destines tes quilts à des musées ultérieurement.

512wlhsfv7l-_sx434_bo1204203200_Et bien sûr, il faudrait faire de même pour les quilts de Miss Sue qui t’appartiennent. La plupart des quilts utilitaires sont anonymes, quel dommage… Souvent on ne recueille de renseignements que lorsqu’on trouve les quilts dans la famille de celle qui le fit. Le meilleur livre sur ces quilts utilitaires du XXe Siècle que je connais est celui de Roderick Kiracofe. Je n’ai pas ceux qui sont uniquement consacrés aux quilts de Gee’s Bend, ils sont sans doute également instructifs.

Alors Betty, j’espère que tu es convaincue de l’utilité de faire des labels pour tes quilts ! Ils peuvent bien sûr être écrits au feutre permanent. Mais si tu te laisses tenter par la fantaisie et la broderie, tu t’amuseras sans doute bien plus !

XOXO,
Katell

Un quilt pour Michelle Obama

Vous n’avez certainement pas oublié Miss Sue, cette femme qui jusqu’à son décès à 98 ans quiltait des quilts traditionnels au fin fond de la Géorgie puis de la Floride, et qui enseigna cette ancienne technique à Betty Smith, spécialiste des arts afro-américains. Si vous lisez ce blog depuis peu, ou si vous avez envie de vous remémorer ces longs moments passés avec ces deux femmes extraordinaires, voici par ordre chronologique les articles qui leur ont été consacrés :

https://quilteuseforever.wordpress.com/2014/12/10/des-quilts-en-floride/

https://quilteuseforever.wordpress.com/2014/12/16/betty-ford-smith-a-la-recherche-de-ses-racines/

https://quilteuseforever.wordpress.com/2014/12/18/miss-sue-faisait-toutes-ses-robes/

https://quilteuseforever.wordpress.com/2014/12/20/les-quilts-en-pomme-de-pin-de-miss-sue-dear-betty/

https://quilteuseforever.wordpress.com/2015/12/27/dinestimables-cadeaux-de-floride/

https://quilteuseforever.wordpress.com/2015/09/26/betty-smith-expose-son-merveilleux-pine-cone-quilt-vert/

Depuis ces articles, Betty garde en elle l’impérieuse nécessité de faire connaître aux jeunes générations la fabrication de tels quilts, les Pine Cone quilts (ou Pine Burr quilts, ou encore Cuckleburr quilts). Un autre jour, je vous raconterai en détails son actualité, mais sachez qu’elle expose et donne des cours. Aujourd’hui, je vous raconte l’idée qui a cheminé dans son esprit cet automne.

almathomas_portraitBetty a appris que la First Lady, Michelle Obama, admirait grandement une femme peintre originaire, comme Miss Sue, de Georgie. Née en 1891, cette artiste n’eut de succès qu’à partir de ses 80 ans ! Elle a fait d’abord carrière comme professeur d’art en université, mais ce n’est qu’à la retraite qu’elle s’est mise à être exposée et reconnue. Son style est l’expressionnisme abstrait, issu en quelque sorte du pointillisme de Seurat ou Signac. Ce fut la première artiste noire à avoir une exposition en solo au Musée Whitney de New-York en 1971, précisément au même endroit et la même année que la grande expo de quilts qui a relancé la fierté américaine pour leur patrimoine textile !

1980-36-9_1b
Autumn Leaves fluttering in the Breeze
aa_1994_36_lg
Starry Night with Astronaut
1980-36-5_1a
Grassy melodic Chant
moving-heaven-earth
Moving Heaven & Earth
2015-12-04-1449189942-2624467-7-almathomas_dancingwithspringflowers
Dancing with Spring Flowers

Dans une des salles à manger de la Maison Blanche est accroché un de ses tableaux, choisi par Michelle O. elle-même. Betty en a été émue, elle qui admire aussi cette artiste. De plus, vous voyez le Dancing with Spring Flowers, ne trouvez-vous pas une ressemblance avec un Pine Cone quilt ?

Betty a donc décidé de témoigner son admiration à la fois à l’artiste et à Michelle Obama, cousant point par point en pensant à ces deux femmes…

quilt-and-steer-head-0022
Quilt dans l’esprit d’une peinture pointilliste d’Alma Thomas, fait par Betty Smith.
quilt-and-steer-head-0082
Le dos montre les points d’ancrage des triangles, dans la pure tradition afro-américaine.
betty-sampler
Betty chez elle, montant le sampler créé pour Michelle Obama (novembre 2016)

Et le quilt fut expédié à la Maison Blanche pour Thanksgiving.

hospital-pictures-0022
Une très belle lettre accompagne ce sampler de quilt traditionnel géorgien. Betty m’en a envoyé une copie, elle raconte avec talent les liens entre Miss Sue et elle, et la connexion avec les peintures d’Alma Thomas.

Betty a agi, n’écoutant que son cœur, ressentant beaucoup d’émotions en pensant à la fin de la présidence Obama. Il y a deux jours, un courrier a agi comme un immense rayon de soleil dans sa vie : la réponse des Obama ! C’est bien sûr une réponse standard, mais signée du couple présidentiel :obama-answer

Quoi de mieux que de vivre ses rêves ? Betty continue de vouloir faire connaître et reconnaître ces quilts. Par la magie d’internet, cette forme de patchwork émerge chez certaines artistes modernes… Bien sûr je prépare un article à ce sujet !

Michelle Obama fait ce vendredi 6 janvier un discours remarqué, mettant en valeur le personnel qui s’occupe de la jeunesse. C’est son credo : l’éducation des jeunes pour un monde meilleur. Cela tombe bien : Betty y a consacré sa vie professionnelle étant d’abord professeur d’art, puis spécialiste en éducation pour enfant en besoins spéciaux et finissant sa carrière comme Principale de lycée et administratrice de district. Encore un point commun entre ces femmes remarquables !helen_keller_quote_the_highest_result_of_education_is_tolerance_5502

D’inestimables cadeaux de Betty Smith

Une couleur démodée

Entre le rubis et l’indigo, le pourpre (plus près du rouge) et le violet (plus près du bleu) sont des couleurs devenues rares. Si vous souhaitez vous habiller en violet, bonne chance ! Il vous faudra écumer de très nombreux magasins pour trouver quelque chose…

Weg-Malveam_DonaudammLe mauve, couleur éclaircie du violet, est encore plus délaissé. Il est loin le temps où cette couleur, nommée d’après la mauve, fleur des champs, faisait fureur ! C’est une avancée en chimie qui rendit cette teinte si populaire dans les années 1860. Comme souvent, les découvertes se font par hasard… Un jeune chimiste anglais de 18 ans faisant des recherches sur la quinine à synthétiser pour soigner la malaria, garda les résidus d’une expérience et remarqua sa couleur particulière… La mauvéine, tirée de l’aniline, était née, bouleversant les codes de la mode de ce milieu du XIXe siècle car on put enfin teindre les tissus en masse avec un résultat fiable, durable, constant. Cette couleur, tant appréciée par la Reine Victoria en Angleterre, devint LA couleur à la mode, avant que d’autres ne fussent également synthétisées. 51IQGknJmoLL’histoire de ce chimiste quasi-oublié est racontée dans ce roman historique  Mauve – Comment un homme inventa une couleur qui changea le monde, de Simon Garfield. A ma connaissance, pas de traduction en français de ce livre qui trace les débuts de la chimie au service des couleurs et notamment la naissance des grands groupes comme BASF, Hoechst ou Bayer.

Une amie quilteuse de Floride

Si vous êtes fidèle à la Ruche depuis au moins un an, vous ne pouvez avoir oublié Betty Smith de Floride*, qui entretient la mémoire d’une sacrée petite bonne femme qu’elle rencontra il y a une dizaine d’années, pour ne plus la quitter jusqu’à sa fin. Rappelez-vous Miss Sue, sa vie intrépide de femme du Vieux Sud, qui rappelle la Couleur Pourpre (livre d’Alice Walker, film de Spielberg) ou les Beignets de Tomates Vertes (livre de Fanny Flagg, film de Jon Avnet) avec  ces formidables femmes du Vieux Sud, blanches ou noires, au caractère bien trempé, forgé par une vie souvent bien dure…

beignets-de-tomates-vertes-708588 600full-the-color-purple-cover

Betty Smith, retraitée de l’Education, Proviseur de lycée en fin de carrière, occupe maintenant ses journées en recherchant des œuvres d’art, en tenant un magasin d’antiquités… et en quiltant.

green-quilt
C’est un Pine Cone Quilt, rappelant la structure des pommes de pin.

Nous l’avions laissée l’année dernière*, ayant tout juste fini un incroyable quilt dans tous les tons de verts. Ce quilt n’en est pas un à strictement parler puisqu’il n’y a pas de quilting, mais c’est fait de bouts de tissus cousus pour en faire une couverture, alors nous pouvons lui accorder ce nom par extension !

La technique est quasi tombée dans l’oubli, utilisée par une poignée de quilteuses. C’est un ouvrage de récupération extraordinaire !

Symbolisme du violet

 

choix de tissus améthyste
Préparation d’une gamme de tissus pour le prochain quilt de Betty. Mais qu’est-ce que ce grand disque pourpre en plumes ?

hair

cameroun
C’est une coiffe traditionnelle camerounaise portée par des dignitaires lors de manifestations. Elle est faite de plumes teintes, cousues en rond sur un fond de fibres, maintenant très recherchée par collectionneurs et décorateurs d’intérieur. Les plumes sont au-dessus.

Cette année, Betty a fait un autre quilt avec la même technique de petits carrés pliés en triangles puis cousus sur une toile de fond pour un nouveau Pine Cone Quilt, son quatrième. Hommage suprême, elle l’a fait en couleurs pourpre-violet… en mon honneur ! Vous ne pouvez pas imaginer le plaisir que cela m’a fait… Pourpre pour l’évocation du beau film de Spielberg qu’elle a comme moi tant aimé… Mais bien plus encore, car Betty est une femme remplie de spiritualité et embrasse les plus belles compréhensions de notre monde. Ainsi, pour son nouveau quilt elle a choisi cette couleur pour moi, pour les caractéristiques du  7e Chakra et les ondes bénéfiques de l’améthyste : intuition, imagination et créativité… Quelle coïncidence que mon mari m’offre une bague aux améthystes en juillet dernier, au moment-même où Betty commençait ce quilt… Au risque de vous amuser, j’affirme ressentir des effets positifs de cette pierre et pour couronner le tout, Betty ignorait que la violette est un des plus beaux symboles de ma ville natale, Toulouse ! C’est avec obstination qu’Hélène Vié poursuit la mise en valeur de notre petite fleur, malgré tant de difficultés.

Helene-Vie-creatrice-du-Jardin-d-Elen-une-societe-dediee-a-la-violette-a-Toulouse-le-23-decembre-2015_afp-article
@AFP REMY GABALDA

Une réalisation si rapide !

début
Betty commence en juillet 2015 ce nouveau quilt, entourée de mille et une œuvres d’art qui font son quotidien. Les premiers carrés pliés sont cousus sur le drap blanc.

premiers tours juillet 2015

Des heures et des heures de travail plus tard :avancement belles couleurs

grand quilt
Et le quilt grandit, le poids devient conséquent… Tous les tissus sont neufs, venant de magasins de tissus de patchwork : il est revenu à une petite fortune, cette couleur étant si peu disponible…
belles couleurs
Quelles belles couleurs ! Ce quilt est d’une rare beauté.
technique
Ici le dos du quilt fini : on remarque que les carrés sont fixés avec de grands points, rang après rang, tout à la main.
quilt complet
Ce quilt a été réalisé en quatre mois, ce qui représente un travail quotidien acharné 🙂 Le 31 octobre, la date limite que Betty s’était imposé, Betty  y travailla 14 heures d’affilée pour le finir ! Et début novembre j’ai eu l’immense joie de recevoir ces photos et la raison de ce quilt pourpre.
détails
Les petites touches de jaune, rose, mauve et blanc donnent tant de fraîcheur à cet ouvrage ! Comme tous les tissus sont neufs, ils pèsent plus que des tissus de récupération (l’usure allège !). Ce quilt de 168 cm sur 252 cm pèse la bagatelle de 14 kg…

Je suis heureuse et honorée d’avoir pu inspirer un quilt si magnifique ! Thank you Betty from the bottom of my heart.

lavender heart

Puis le 13 novembre est arrivé.

sujata-13-11
Sujata Shah

Betty m’a adressé un émouvant mail de soutien. Elle aurait voulu me téléphoner pour exprimer son horreur et son soutien à nous, quilteuses de l’autre côté de l’Océan… Quelle gentillesse… Il fallait qu’elle exprime son souhait pour la paix dans le monde et a donc créé, près de sa porte d’entrée de magasin, un autel. Il réunit des forces de paix venant de Chine, d’Afrique et de Haïti, avec des bougies de prières, de belles plantes et une décoration symbolique. J’en ai été extrêmement touchée, mais je ne pouvais alors communiquer sur le blog à ce sujet, ayant moi-même tellement envie d’occulter cette terrible période.

Autel Betty
En hommage aux victimes du 13 novembre au centre de la Floride, Betty a réuni ces statuettes chargées de sens, et pour nous soutenir dans cette tragédie. La France est loin de la Floride, mais un lien s’est fait entre nous (encore une fois par l’intermédiaire de LeeAnn !) et donc Betty s’est sentie bien plus touchée, s’inquiétant pour mes proches et moi…
Vierge Noire
Une magnifique Vierge Noire (Amérique centrale)

L’histoire ne s’arrête pas là car j’ai reçu par la Poste le fameux livre de Betty racontant toute l’histoire de Miss Sue. Le style est enlevé, les très nombreuses photos si touchantes… Grâce à Betty et quelques personnes éclairées comme Roderick Kirakofe, je comprends mieux l’ampleur des quilts utilitaires et l’état d’esprit des quilteuses qui les firent. Les quilteuses de Gee’s Bend en font partie mais ne sont pas les seules, loin de là ! Le livre de Betty, malgré l’importance de ce témoignage, n’a pas trouvé d’éditeur, elle en a fait malgré tout quelques exemplaires et je suis extrêmement touchée de faire partie des heureuses destinataires… Que de bonheurs grâce à notre passion commune !

Vivons passionnément !

C’est avec cette couleur et la magie de l’amitié que se conclut le dernier post de l’année 2015. Que le passage vers 2016 vous soit heureux  et rendez-vous pour une nouvelle année créative !

*Articles précédents sur Betty Smith et Miss Sue :
https://quilteuseforever.wordpress.com/2014/12/10/
https://quilteuseforever.wordpress.com/2014/12/16/
https://quilteuseforever.wordpress.com/2014/12/18/
https://quilteuseforever.wordpress.com/2014/12/20/
https://quilteuseforever.wordpress.com/2015/09/26/

6d9df4348ff34956fe2caa68240b236a

Betty Smith expose son merveilleux Pine Cone Quilt

Vous avez été nombreux à apprécier la découverte de Miss Sue et Dear Betty l’année dernière sur ce blog.

Pour les nouveaux inscrits de ce blog : nous sommes partis en Floride, en Alabama, en Georgie, ces Etats américains du Sud Profond où vivent de nombreux descendants d’esclaves d’origine africaine. Nous avons remonté le temps avec les précieux documents de Betty Smith, avec les témoignages reçus de son amie Miss Sue, avec ses recherches et ses voyages à Gee’s Bend (petit village d’Alabama devenu célèbre dans le monde des quilteuses) et aussi en Haïti, et même jusqu’en Afrique… Si cela vous tente de faire ce long voyage, installez-vous bien et rendez-vous par ici, en commençant par les Indiens de Floride :

https://quilteuseforever.wordpress.com/2014/12/10/des-quilts-en-floride/
https://quilteuseforever.wordpress.com/2014/12/16/betty-ford-smith-a-la-recherche-de-ses-racines/
https://quilteuseforever.wordpress.com/2014/12/18/miss-sue-faisait-toutes-ses-robes/
https://quilteuseforever.wordpress.com/2014/12/20/les-quilts-en-pomme-de-pin-de-miss-sue-dear-betty/

betty-et-miss-sue
Betty et Miss Sue : tout en conversant, le quilt avance !

book-rkJe viens de recevoir des nouvelles de cette chère Betty pour qui j’ai tant d’amitié et de reconnaissance. Grâce à elle j’ai fait un grand pas vers mieux de compréhension de la vie de ces femmes du Sud, leur état d’esprit pendant qu’elles préparent des quilts pour que toute la famille soit au chaud l’hiver… Témoignages qui m’ont mieux fait comprendre l’intérêt du fabuleux livre de Roderick Kiracofe et les inspirations de beaucoup de quilteuses modernes que j’admire sans retenue.

veterans-paradegreen-quilt-1092-2
Quilt de Betty Ford-Smith, « Parade des Vétérans en vert » (détail)

Que devient ce quilt qui m’a tant enthousiasmée ? Il était tout juste fini en décembre dernier. 

butler
Betty et son mari, devant le quilt disposé de manière à mettre en valeur son côté trimensionnel !

Eh bien, il a été sélectionné pour une exposition exceptionnelle de 5 mois dans un centre culturel de Floride, dédié à la mise en valeur du Patrimoine. Si vous allez en Floride, c’est dans la Galerie Jenkins de Winter Park (Floride du Centre). Plus de 100 quilteuses ont proposé leurs oeuvres, seules 15 ont été retenues, parmi lesquelles Betty Smith. BRAVO BETTY ! 

quilt exhibit
Cartel expliquant qui est la quilteuse, puis d’où vient ce modèle rare.

Parmi les visiteurs, les amies de Betty, quilteuses de Gee’s Bend. Ici la mère et la fille, Ronnie et Laura, posant fièrement devant LE quilt.

Quilt Exhibit in Winter Park 019[2]

Entre elles, ce sont des liens d’amitié très fort ! Si vous ne connaissez pas ce mouvement de quilteuses ni leurs quilts extraordinairement libres, vous avez ici un aperçu.

Merci, Betty, d’avoir pensé à me donner de vos nouvelles !

Betty and quilt

PineBurr_Finished2 Nifty Quilts
Voici le formidable Pine Burr Quilt de Lee Ann, Nifty Quilts, faits de chutes de tissus des années 70. Un vrai travail de récupération à la manière des Afro-Américaines. N’est-il pas merveilleux ? C’est par l’intermédiaire de LeeAnn que j’ai fait connaissance avec Betty !
KG
A la suite de l’expérience de LeeAnn ci-dessus, Karen Griska en a fait un aussi, et a préparé des explications détaillées (en anglais)

Pour ma part, je suis sur le point de terminer un Pine Cone quilt, mais… tout petit, d’environ 50 cm de côté ! J’ai adoré faire les tours, assembler les triangles à la main. Il me reste à terminer les angles. J’espère l’exposer lors de notre futur événement, Fibre Occitane, sur lequel nous communiquerons prochainement.

DSCN1414

DSCN1415
Le cœur d’un Pine Cone quilt est une petite étoile, n’est-ce pas ravissant ?

Les quilts en pomme de pin de Miss Sue & dear Betty

Il est des modèles de quilts dont on connaît l’origine, celui dont on parle aujourd’hui n’est pas facile à retracer avec certitude, d’autant plus qu’on en trouve des variantes aussi bien chez les Indiens d’Amérique qu’au fin fond de la Thaïlande ou de la Chine ! C’est donc une façon d’utiliser le tissu qui est intuitive, ce n’est pas compliqué puisque la base est un simple carré de tissu plié. On le connaît sous le nom de point de prairie quand on l’utilise en bordure ou en accent décoratif.

n° 2 pine cone quilt collection Betty Ford Smith
Ce quilt Pine Cone de Betty Ford-Smith témoigne d’un savoir-faire presque perdu. Exposé en 2006 à Lake Placid (Floride), il gagna le Prix du Public. C’est le deuxième qu’elle a fait, sous l’oeil bienveillant de Miss Sue.

C’est un Pine burr ou Pine Cone quilt quand l’ouvrage n’est composé QUE de points de prairie disposés en cercles. Son aspect décoratif est très prisé et son origine est revendiquée à plusieurs endroits. C’est devenu le symbole de l’Etat de l’Alabama. Ici une page Pinterest sur ce thème, montrant beaucoup de variantes au fil du temps.

mary_standing_a Lumbeejewelry
Ici une fière Indienne pose en costume traditionnel (revisité !) de la tribu Lumbee en Caroline du Nord. Ils utilisent ce motif en tant que modèle d’origine indienne, on les retrouve actuellement en bijoux et autres objets d’inspiration native.
blog-20110712-9689
Les plumes de rapaces étaient communément utilisées en coiffes et en bijoux par les Indiens. Ici une plume de faucon. Quand on les dispose en cercle, je trouve qu’il y a une belle ressemblance avec les quilts Pine Cone !
flat,550x550,075,f.u2
Vous comprenez mieux ce que je veux dire ici ! Les Indiens Lumbee s’attribuent l’origine de ces quilts en raison de maints objets et dessins en cercles qui font effectivement penser à ces quilts.
PineconeNapkinRings3
Mais c’est la pomme de pin comme son nom l’indique, qui est l’inspiration la plus évidente. Cette forme de quilt est en tout cas issue de la Nature !

Dans le Vieux Sud, en Géorgie comme en Caroline du Nord et du Sud, en Floride comme en Louisiane, en Alabama ou au Texas, on fait des quilts en pomme de pin depuis bien plus de cent ans, certains disent même depuis 200 ans. Je vous en avais déjà parlé ici. C’est d’ailleurs grâce à cet article que LeeAnn m’a mise en relation avec Betty… et que Betty a accepté de me faire confiance et de me raconter ses passions.

100_0534[6] (3)
Le premier quilt de Betty est ici dans son magasin d’antiquités, Miss Ruby’s Den (baptisé d’après le nom de sa chère maman). On voit aussi des poupées de tissus qui ont attiré mon attention : Betty les a faites en 1980. Ce sont les dernières qui lui restent, elle en avait fait beaucoup quand elle s’occupait d’enfants déficients auditifs. Elle les a appelées « Betty long legs », Betty aux longues jambes !

Vous avez vu les quilts utilitaires très variés de Miss Sue, parallèlement elle faisait aussi des Pine Cone quilts.
Miss Sue
a appris dès son enfance à faire ce genre de quilt, car sa mère, sa grand-mère en cousaient déjà. Les Pine Cone quilts donnaient la possibilité d’utiliser des petits carrés de toutes sortes de tissus qu’on ne peut utiliser ailleurs, c’est l’ultime recyclage. Chez Miss Sue, tous les bouts de textiles pouvaient finir en carrés, mis dans diverses boîtes pour assortir les couleurs. Plus le quilt grandit, plus il faut de tissus du même genre pour pouvoir faire le tour ! Parfois, un quilt restait en plan par manque de tissus. De temps en temps aussi, elle arrêtait pour que ses doigts guérissent, tant la couture de ces carrés en quatre épaisseurs (plus le tissu de fond) est une épreuve ! Les aiguilles finissent par faire des trous dans les doigts, qui n’a pas connu cela en quiltant ?… Sans compter la raideur des épaules, à force de tourner le quilt de plus en plus lourd…

clip_image002[3][2]
Miss Sue commence un Pine Cone Quilt. Celui-ci sera très coloré !
clip_image002[4][2]
L’ouvrage a bien avancé. Les cartons pleins de petits carrés déjà découpés sont à côté de son fauteuil.
clip_image002[2] (1)
Ces quilts sont montrés dans les classes en tant que pièces patrimoniales (heritage works), car il ne reste plus grand monde à faire ce genre d’ouvrage !

Par souci de transmission de son savoir tout autant que par plaisir, Miss Sue a donc enseigné à Betty comment faire un quilt en forme de pomme de pin. Betty s’est si bien piquée au jeu qu’elle vient de terminer son troisième, tout vert, que voici !

veterans parade,green quilt Collection Betty Ford-Smith
Ce quilt est tout est vert, rappelant la Saint-Patrick (fêté le 17 mars un peu partout aux USA). Elle l’a terminé fin novembre, ce qui tombe bien car les couleurs sont parfaites pour Noël aussi !
green quilt andsadie park dedication 004
J’admire ici comment les tissus sont judicieusement choisis pour faire un magnifique camaieu. Je vois aussi que certains tissus sont de beaux batiks et autres étoffes de belle qualité !

Pourquoi ce genre de quilt a-t-il eu autant de succès ? On a besoin de tant de temps et de tissus !

– Cela permet de ne rien jeter, c’est déjà une excellente raison. Les dimensions des carrés peuvent différer, mais c’est souvent de l’ordre de 3 inch de côté (7,5 cm). On peut cependant choisir une base plus grande ou plus petite.

– L’autre bonne raison est que chaque morceau étant finalement en 4 épaisseurs + la base sur laquelle sont cousus les carrés, ce quilt procure une grande chaleur même en l’absence de molleton (beaucoup d’air est emprisonné, formant une couche isolante). C’est le but premier d’un quilt, donner chaud ! Mais attention au poids final : celui que vient de terminer Betty, vert en l’honneur de la Saint-Patrick et des Vétérans, pèse 13 kg !!! Il mesure tout de même 2,50 x 2,10 m.

green pine cone on bed and silver tea set  Collection Betty Ford Smith
Dès qu’il fut fini (fin novembre de cette année), Betty le posa sur son lit. Si on l’utilise en couverture, on ne se sent pas écrasé comme si un éléphant se posait sur soi car le poids est bien réparti et il diffuse une bonne chaleur réconfortante. C’est pourquoi ce genre de quilt a eu tant de succès dans le Sud où les maisons étaient souvent sans aucun chauffage d’appoint.
green quilt
Magnifique en tapis aussi !

 

A présent, maintenant que Miss Sue n’est plus, Betty souhaite ardemment que survive ce savoir-faire. Elle l’a enseigné à son tour à 4 personnes, mais toutes ont laissé tomber, par manque de temps, d’intérêt, de pugnacité. C’est ainsi qu’elle trouva l’article de LeeAnn sur internet qui, elle, en a fait un à la machine à coudre et explique sa méthode ici. LeeAnn est, comme moi, très intéressée par toutes formes de quilts aux formes oubliées afin de leur redonner vie !

Je n’ai pas vocation à faire ici un catalogue de tout ce que Betty peut vendre ou exposer (elle a d’autres collections tout aussi impressionnantes que les drapeaux vaudou, notamment des masques africains), mais si, aux Etats-Unis, quelqu’un est intéressé, n’hésitez pas à la contacter ici : misssue98@yahoo.com (attention, il y a bien 3 s à la suite !) . Le quilt vert, par exemple, est en vente sur ebay, mais comment le faire connaître ? Même de loin, j’espère contribuer à sa vente, qui sait… Sa boutique en ligne montre en tout cas qu’elle est considérée comme une vendeuse exemplaire, cela ne peut que donner confiance à un acheteur éventuel.

Cependant j’aimerais insister sur le livre que Betty vient d’écrire :

image[1]

Il est prêt à être imprimé, mais les coûts par exemplaire sont importants. Elle y raconte bien plus que tout ce que j’ai pu vous dire, accompagné de plus de cent photographies. Il y a aussi tous les conseils pour réussir un Pine Cone quilt à la main. Si quelqu’un peut lui donner un coup de pouce pour l’édition, ce sera son plus beau cadeau de Noël ! Même adresse de contact :
misssue98@yahoo.com

C’est avec cette belle histoire d’amitiés entre femmes que je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année, à vous tous qui me lisez fidèlement ! Car il faut parfois du courage pour s’attaquer à mes longs posts, je sais bien !…

Fabric-Pine-Cones
Ici les explications pour faire des pommes de pin en tissu… à défaut d’un quilt pour Noël !

 

large_merrychristmastoyoutitle2

 

… et à l’année prochaine !

-ooOoo-

Miss Sue cousait de drôles de robes !

Miss Sue était une voisine de Betty. Elles se sont rencontrées alors que Miss Sue avait déjà 92 ans, mais que leurs conversations et leurs échanges furent riches ! Jusqu’aux derniers jours de sa vie de 98 années bien remplies, cette sacrée petite bonne femme vaquait toujours à ses occupations : coudre, quilter, cuisiner, jardiner, faire les courses et, toujours, réunir tous les bouts de tissus qu’elle pouvait trouver !

Collection Betty Ford-Smith
Vous reconnaissez Betty à gauche, chez Miss Sue, entourée des objets de toute sa vie. Le quilt ? Oui, nous en parlerons la prochaine fois 🙂

Sa vie mériterait un film. Celui-ci serait, croyez-moi, mouvementé. Elle devait avoir un ange gardien car elle a survécu à un grave accident de voiture, à un coup de foudre (un de ceux dont on ne se remet pas forcément, lors d’un orage 😉 mais à quoi pensiez-vous donc ?…), à plusieurs opérations chirurgicales… et à une tentative de meurtre au cours de laquelle elle tua son agresseur ! Une sacrée petite bonne femme, vous dis-je !

Elle naquit voilà 102 ans dans une ferme de Quincy, unique fille autour de neuf frères. Sa famille déménagea en Géorgie quand elle était petite.

Pour la petite histoire, cette ville de Quincy, bourgade de Floride près de la frontière de la Géorgie, mérite tout de même qu’on s’y attarde, même si Miss Sue la quitta enfant. Elle était naguère connue pour ses champs de tabac, mais aussi, pendant la grande Dépression des années 1930, pour la ville la plus riche par habitant ! Grâce au tabac ? Non, au Coca !

quicys-coke-legacy
Mur publicitaire récemment repeint à Quincy, où on vénère cette boisson !

C’est une folle histoire que celle d’un banquier de la ville qui, en 1922, recommanda à tous ses amis fermiers bénéficiaires d’une excellente récolte de tabac, d’acheter des parts de la jeune société d’Atlanta. Il avait deviné que c’était un excellent investissement : il remarquait que les gens dépensaient jusqu’à leur dernier cent pour s’offrir un Coca-Cola bien frais… Au cours de la Grande Dépression des années 30, Quincy comptait bien des millionnaires car le banquier avait vu juste ! A Quincy, la devise est restée : acheter et conserver, ce qui n’est pas à la mode dans le monde des boursiers, mais les familles ayant conservé leurs parts jusqu’à ce jour en sont ravis !!

cq5dam.resized.450.256
Petite usine d’embouteillage de Coca-Cola au début du XXe siècle à Quincy.

Revenons à Miss Sue, officiellement Arlene Denis, mais allez savoir pourquoi, on l’appelait Miss Sue. Ses parents ne faisaient pas partie des heureux bénéficiaires des gains de Coca-Cola. Elle grandit donc dans la ferme de ses parents, sa mère lui apprit la couture et le quilting, son père la distillation d’alcool. On enseigne ce qu’on sait faire ! Sa mère la gardait auprès d’elle pour l’aider, cela lui épargna le travail harassant dans les champs. Puis elle se maria et eut 12 enfants. On n’imagine pas la vie qu’elle eut, à nourrir sa famille, à la vêtir et lui procurer de la chaleur pour dormir, en pleine Grande Dépression… Après, heureusement, sa situation économique s’est améliorée, mais on ne perd pas certaines habitudes. De la nécessité à mettre au chaud sa famille, de l’horreur de jeter le moindre tissu, Miss Sue a fait des quilts utilitaires toute sa vie :

Collection Betty Ford-Smith Collection Betty Ford-Smith rack de quilts Miss Sue Collection Betty Ford-Smith

Ses quilts utilitaires sont les témoins du style « patchwork improvisé », pour lequel toute erreur éventuelle devient un nouveau style. On fait avec ce qu’on a, sans perdre de temps, et on trouve toujours moyen d’arranger ce qui ne va pas.
Ensuite, a
voir chaud pour dormir, c’est bien, mais s’habiller pour pas cher c’est tout aussi nécessaire ! Miss Sue fréquentait les boutiques de fripes, on lui offrait aussi les vieux tissus et vêtements du quartier ; elle leur donnait une nouvelle vie en démontant les habits usagés pour les reconstruire à sa manière.

Collection Betty Ford-SmithCollection Betty Ford-Smith

Miss Sue avait son patron de robe qui lui convenait pour tous les jours. Les couleurs qui claquent ne lui font pas peur, les carreaux, les fleurs et les unis peuvent bien se retrouver sur le même vêtement, mais oui pourquoi pas ?… J’aime l’omniprésence des deux poches de devant, c’est effectivement si pratique ! Le col quant à lui, aux formes variables, ajoute de la féminité au modèle. Elle s’était forgé ainsi une identité reconnaissable de loin avec ses robes faites à la maison (à la main), en tissus de récupération, mais néanmoins seyantes et virevoltantes avec leur petit volant ! Elle avait inventé son propre style.

Robert Butler Collection Betty Ford-Smith
Il fait frais l’hiver, même dans le Vieux Sud, alors Miss Sue ajoute simplement un pull sur sa robe. Vous pouvez remarquer que la cheminée est ornée de papier adhésif en Vinyl formant un patchwork très coloré !
Collection Betty Ford-Smith
Autour d’elle, tout est couleurs, gaieté et profusion d’objets qui ont tous une histoire.
Collection Betty Ford-Smith
On la devine coquette, Miss Sue, avec ses robes multicolores, ses bagues et son immense sourire ! Qui peut imaginer qu’elle a, sur cette photo, plus de 92 ans ?… On dirait une gamine 🙂
miss sue sewing Collection Betty Ford-Smith
J’aime particulièrement cette photo sur laquelle Miss Sue est plongée dans son occupation favorite : la couture. Inlassablement, elle cousit jusqu’à la fin de sa vie.

Dans ce Vieux Sud, Miss Sue ne faisait pas partie du célèbre groupe de Gee’s Bend, mais elle a vécu les mêmes nécessités, d’où la ressemblance.

Collection Betty Ford-Smith
Ici je crois qu’une chemise a servi de haut de robe !

Betty me confia qu’au long des six années de leur amitié, elle alla rendre visite à Miss Sue quasiment tous les jours, et tous les jours celle-ci cousait quelque chose. Elles étaient devenues aussi proches que deux personnes de la même famille qui se connaissent depuis toujours.
Le dimanche, Miss Sue lisait la Bible, écoutait quelques Gospels à la radio et faisait des mots croisés, assise sur son porche (terrasse couverte devant les maisons américaines). Toutes deux s’installaient ensemble quelques heures et se racontaient leurs histoires. Miss Sue se souvenait de sa vie en Géorgie, de la vie de ses douze enfants, tous décédés sauf un avant elle… Pendant la conversation, Miss Sue cousait, cousait… Elle faisait donc des robes, mais aussi les slips, les chemises de nuit, les nappes, les sets de table, les rideaux, des vêtements de bébé… Tout à la main par goût, même si elle savait utiliser une machine à coudre. Dans le quartier, on savait à qui confier ses ouvrages de couture !

collection Betty Ford-Smith
Les deux amies, Miss Sue et Betty

 Nous retrouverons Betty et Miss Sue avec des quilts très spéciaux prochainement !

-oOo-

L’exubérance affichée des vêtements de Miss Sue n’est pas sans rappeler les célèbres boubous africains, que les femmes continuent de porter quand leur travail ou leur goût ne les mènent pas à s’habiller à l’occidentale. Les Occidentaux, aptes à se dévêtir quand il fait chaud, sont toujours étonnés de voir les couches de tissus sur les gens du cru qui, eux, se protègent de la morsure du soleil !

357x471xVictorianNamibia13-e1343075362869.jpg.pagespeed.ic.QDRn9y1zQjY8xtqalskU

En parallèle avec les joyeuses robes de Miss Sue, Betty m’a indiqué une bien singulière histoire de vêtements qui remonte à une centaine d’années. Cela se passe en Afrique, très au sud, en Namibie. Ce pays était une colonie allemande depuis 1892. A force de se voir confisquer leurs terres et leurs troupeaux, les Hereros se rebellèrent. La riposte allemande fut abominable. Copiant les Britanniques qui venaient d’inventer les camps de concentration pendant la Guerre des Boers en Afrique du Sud (120 000 descendants de Hollandais et autant d’Africains noirs en camps), les Allemands parquèrent les Hereros à partir de 1904. Ils massacrèrent ce peuple et on parle là du premier génocide du 20e siècle. On estime que, de 80 000 personnes, les Hereros ne furent plus que 15 000 en 1915 à la fin de l’occupation allemande. En 2004, 100 ans après le début de cette tragédie, le gouvernement allemand reconnut la responsabilité morale et historique de leur peuple, offrant ses excuses au peuple Herero.

hereros enchaines
Hereros enchaînés

 Dans le désert de Namibie et contrairement à celui du Sahara par exemple, les gens vivaient à peu près nus avant l’arrivée des missionnaires et des colons allemands. Pour la bienséance, ceux vivant à leur contact durent se vêtir, mais leurs habits n’avaient sans doute pas grande allure. Après la guerre, que firent les survivants Hereros pour marquer leur victoire finale ? Contre toute attente, ils s’approprièrent la plus belle mode de leurs oppresseurs, en souvenir de ce que leur peuple avait traversé comme épreuves, les portant comme des cicatrices visibles du passé ; ils clament ainsi leur propre victoire et indépendance. Les hommes s’habillent en tenue coloniale militaire et les femmes ont opté pour les robes à crinoline de la mode victorienne des Allemandes d’alors. C’est encore actuellement leur manière de s’habiller avec de sublimes variantes en patchwork, une mode joyeuse et élégante… mais aussi, quand on connaît l’histoire, une implacable manière de rappeler au monde le génocide dont les Hereros furent victimes.

herero-women Sally Watson
Photo de Sally Watson.
148702698_b4b26c6534_z
Ce chapeau unique, en forme de cornes, honore les troupeaux, richesse de leur peuple. Il est soit assorti à la robe, soit en tissu contrasté.
3.1254658975.herero
Sublime robe de patchwork !
herero woman
Photo Martha de Jong-Lantink
herero woman7
Photo Elmarie Mostert. Les modèles de robes utilisent parfois jusqu’à 12 mètres de tissu, à porter sous un soleil de plomb… Cette jeune Africaine conserve pourtant l’allure altière et féminine à la mode victorienne.
533x800xherrorladies.jpg.pagespeed.ic.2yPn_QRPsXujOh6y3-gD
Deux jeunes beautés prolongent la tradition héritée de leurs aïeules.

f392f4432a4970a4e471864a145f8d2c

5490540986_349deb47b6_b
Belle élégance pour une tenue quotidienne. 
86779edbc310ab7994e35bfccbf41d7f
Photo Jim Naughten (voir livre ci-dessous)
Photos Jim Naughten
Photos Jim Naughten
jnhereros131
Les hommes aussi portent souvent des vêtements dérivés des costumes des Allemands. Photo Jim Naughten 
jnherero24
Ne dirait-on pas des amies couturières de Miss Sue ? (Photo Jim Naughten)
293bffc2405b4be32265389b6cd739e1
C’est peut-être ici ma robe préférée ! Photo Jim Naughten.

 

efeddb32ffb97938bd49f9881bb724ed
Photo Jim Naughten – Le petit volant du bas rappelle celui des robes de Miss Sue !

 

Photo Jim Naughton
Photo Jim Naughten
Photo Jim Naughten
Photo Jim Naughten

 

Photo Jim Naughten
Photos Jim Naughten
livre herero
Outre l’histoire de ce peuple, ce livre n’a QUE des photos exceptionnelles de personnes de la tribu Herero vêtues à leur manière, sur un fond de désert namibien à la lumière aveuglante… Disponible notamment ici.

 -ooOoo-